0
Défense
Les États-Unis et Israël immobilisent leurs flottes de F-35
Les États-Unis et Israël immobilisent leurs flottes de F-35
© Kelly M. Agee, USAF

| Dorian de Schaepmeester 420 mots

Les États-Unis et Israël immobilisent leurs flottes de F-35

L'U.S. Air Force a annoncé avoir cloué au sol près de 300 F-35, certaines unités rencontrant un problème majeur concernant le système d'éjection. Peu de temps après, les forces armées israéliennes suivaient le mouvement en immobilisant à leur tour plusieurs chasseurs de cinquième génération.

Les sièges éjectables à la source du problème

Les F-35 de Lockheed connaissent de nouvelles déconvenues. Le 29 juillet, Bloomberg rapportait que l'U.S. Air Force avait immobilisé au sol sa flotte de F-35. L'État-major américain déclarait alors que certains appareils rencontraient un problème majeur concernant les sièges éjectables de plusieurs avions, pouvant mettre en danger la vie du pilote ou compromettre la réussite d'une mission. Alexi Worley, porte-parole du commandement des forces aériennes, précisait alors que ledit problème portait sur une certaine quantité de systèmes de déclenchement des sièges éjectables. Des cartouches explosives nécessaires à la projection du siège seraient défectueuses, risquant d'altérer le processus d'éjection.

Actuellement, près de 300 unités sont clouées au sol. L'U.S. Marine Corps et l'aéronavale ont aussi procédé à l'immobilisation de certains avions de cinquième génération, après que l'anomalie soit découverte, en avril 2022.  "Le 19 juillet, nous avons débuté la Directive de conformité technique (Time Compliance Technical Directive), qui permet d'examiner pendant 90 jours les cartouches permettant l'éjection des sièges. Selon le résultat des inspections, l'Air Combat Command (ACC) déterminera la date de levée des immobilisations", ajoutait Alexi Worley lors de sa déclaration. Peu de temps après, la Navy publiait un communiqué soulignant qu'un faible nombre de chasseurs étaient concernés. Les cartouches sont depuis progressivement remplacés et les avions de nouveau inspectés avant d'être remis en service. 

Le siège éjectable Martin-Baker Mk.16F, équipant les Rafale de Dassault.
Le siège éjectable Martin-Baker Mk.16F, équipant les Rafale de Dassault. © Julian Herzog, Wikimedia Commons
Le siège éjectable Martin-Baker Mk.16F, équipant les Rafale de Dassault.

Défaut de production sur les sièges éjectables Martin-Baker

Selon le site Opex360, d'autres pays ont temporairement immobilisé leurs avions de chasse : l'Allemagne avec ses Eurofighter et Tornado, la Royal Air Force a restreint l'activité de ses Eurofighter et des Hawk T.1 tandis qu'Israël a décidé, sur recommandation des États-Unis, de suspendre l'utilisation de ses F-35. La cause de ces dysfonctionnements provient d'un défaut de production sur les sièges éjectables manufacturés par la firme Martin-Baker, révélée par le directeur du développement de la compagnie britannique, Steve Roberts. Lors d'une inspection de routine en avril, les cartouches explosives situées sous le siège et permettant la détonation nécessaire à son expulsion hors du cockpit s'avéraient particulièrement légères, laissant supposer à une altération des systèmes. 

Outres les F-35 de l'U.S. Air Force, l'État-major américain a décidé d'immobiliser d'autres avions, notamment des F/A-18 Hornet et Super Hornet. L'armée n'a pas communiqué sur une hypothétique date de remise en service, qui pourrait se produire au terme des 90 jours d'inspections. Concernant la flotte israélienne, le général Tomer Bar, chef d'État-major de l'armée de l'air, indiquait que les F-35 de Tsahal continueraient de voler et de réaliser des missions "au cas par cas". 


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité