0
Aviation Civile
Les Antonov 124 au coeur de la guerre miniére
Les Antonov 124 au coeur de la guerre miniére

| Yannick Genty-Boudry

Les Antonov 124 au coeur de la guerre miniére

En pleine guerre économique entre le groupe Vale et Rio Tinto, la compagnie britannique d’affrètement Chapman Freeborn a fait appel à trois vols charters d' An-124-100 pour transporter 370 tonnes d’équipement depuis l’Australie jusqu’au Brésil

Vols depuis l’Australie vers le Brésil

Chapman Freeborn a fait appel à Antonov pour transporter en urgence 370 tonnes d’équipements depuis Melbourne en Australie jusqu'à Bélem au Brésil. Les trois vols se sont déroulés du 20 février au 1er mars. Les équipements étaient destinés à accroître en urgence les capacités de production de la plus grande mine de fer au monde, Carajas, située en Amazonie et détenue par le groupe brésilien Vale. L'An-124 est capable d'emporter 120 T de fret, il s'agit du second plus gros porteur au monde derrière l'An-225 capable lui de charger 250 T.

Itinéraires compliqués

En plus de devoir organiser dans un délai très court le transport de l’équipement, Chapman Freeborn a dû s’adapter aux restrictions sanitaires, dont un nombre limité de personnels à bord des avions, et par conséquent des arrêts plus fréquents, et des tests rapides au COVID-19 à chaque escale. Dispatchés sur le globe les trois An-124 ont dû optimiser dans l'urgence de nouveaux itinéraires en transitant notamment par Cancún, Honolulu, Darwin, Paramaribo, Orlando, Bangor, Reykjavík, Leipzig, Bakou, New Delhi, ou Johor Bahru.

Guerre économique pour le minerai de fer

Malgré la crise du COVID, la Chine a importé en 2021 une quantité record de minerai de fer, amenant les cours mondiaux à s'envoler. En outre, Pékin recherche désormais des minerais de haute qualité, tout en réduisant sa dépendance à l'égard de l'Australie et de l'Inde. C'est dans cette perspective que le groupe Vale cherche à redevenir le plus gros exportateur mondial avec 400 millions de tonnes, en détrônant son rival anglo-australien Rio Tinto. Si l'effondrement d'un barrage en 2019 avait en effet ralenti sa production, le groupe Vale est stimulé par le fait que Rio Tinto s'apprête à verser à ses actionnaires plus de 9 milliards de dividendes. Un record en 148 ans d'existence ! 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription