4
Défense
Leonardo s'invite sur le programme SCAF
Leonardo s'invite sur le programme SCAF

| Bastien Carris

Leonardo s'invite sur le programme SCAF

Après être entré au capital de GEM Elettronica, comme nous le relations le 23 avril dernier, le groupe italo-britannique Leonardo rachète 25,1% d'un autre radariste, l'électronicien allemand Hensoltd AG qui participera au programme SCAF.

606 millions d’euros d’investissement

Le groupe italien investira 606 millions d’euros pour entrer au capital de Hensoldt AG, soit environ 23 euros par action. Ce qui permettra à Leonardo de devenir l’un des principaux actionnaires de la société allemande. L’autre principal actionnaire de Hensoldt est la banque allemande « Kreditanstalt für Wiederaufbau » (KfW), qui détient le même pourcentage de parts que Leonardo : 25,1%. La transaction sera bouclée durant la deuxième moitié de 2021.

Passage à la vitesse supérieure

Le 23 avril dernier, Hensoldt AG a annoncé avoir remporté un contrat de 200 millions d’euros pour le programme « Quadriga » (production et livraison des radars AESA destinés à 38 Eurofighter/Typhoon de l’armée de l’air allemande). Installée à Taufkirchen en Bavière (Allemagne), Hensoldt est une entreprise de l’industrie allemande de défense dont les équipements vont des radars, pour surveiller l’espace aérien, en passant par l’optronique, les systèmes ISR/ISTAR ainsi que SIGINT, comme le secteur du naval et du cyber. La spécialisation de Hensoldt dans le domaine des capteurs, et son rôle grandissant de radariste sur avions d'armes paraît particulièrement intéresser Leonardo, également partie prenante du programme britannique Tempest. 

Implantation sur le marché allemand de la défense à long terme.

Avec cet investissement, non seulement le groupe Leonardo entre au capital d’une entreprise avec qui il travaillait déjà précédemment sur le projet Eurofighter, mais il s’établit également « sur le long terme sur le marché allemand de la défense ». Non seulement via cet investissement, mais également par le biais du secteur bancaire allemand. Pour cet investissement, Leonardo a fait appel à Deutsche Bank pour le conseil financier. Et en devenant actionnaire à part égale avec KfW, les deux entreprises sont amenées à coopérer. KfW est bien implanté dans le soutien financier aux PME et à l’export en Allemagne. 

Répondre à () :


Captcha
Candide | 27/04/2021 08:57

Pour moi cette participation de Leonardo dans Hensoldt, et de fait dans dans l'entreprise française Nexeya, permet également de se positionner sur l'Eurodrone. Ce qui fait une alliance qui devrait participer aux 3 programmes majeur que sont le Tempest, FCAS et Eurodrone. Ce qui est étrange c'est qu'en matière de radar, d'optronique et de guerre électronique les deux groupes sont clairement concurents. Ce qui montre, pour moi, que c'est une alliiance de circonstance dans le cadre de ces grands projets. Ce qui permet également d'isoler un peut plus THALES et SAFRAN (sur la partie optronique).

Mobius | 27/04/2021 10:31

Oui, plutôt d'accord avec vous. Mais c'est une consolidation de fait qui est menée par Leonardo, qui se place sur une trajectoire de 'MBDA des capteurs'. Avec Leonardo qui met ainsi la main sur l'essentiel des programmes anglais, italiens et allemands, il serait raisonnable que Thales et Safran commencent à se poser les bonnes questions (à commencer par arrêter la guerre fratricide dans l'optronique?).

Dejuly | 27/04/2021 11:23

Moi je ne comprend pas pourquoi THales a pas réagi face à cette alliance au lieu lui-même faire se rachat?? Il NOYAUTÉ les entreprises francaises ,de DASSAULT et Thales Notre industries militaires va souffrir d'alliances opposées à notre vision

Mani | 27/04/2021 23:41

d'après ce que je sais Leonardo est une société 100% italienne et non un groupe italo-britannique comme indiqué dans le texte

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription