0
Espace
Le satellite Sentinel 6A à un an de son envol © Airbus Defence and Space

| Pierre-François Mouriaux

Le satellite Sentinel 6A à un an de son envol

La campagne d’essais d’aptitude opérationnelle du satellite océanographique européano-américain bat son plein en Allemagne, en vue d’un lancement prévu en novembre 2020.

Sentinel 6A (ou Jason CS, pour Continuity of Service) est le premier des deux satellites de la mission Sentinel 6 du programme Copernicus de l’Union européenne pour l’environnement et la sécurité, menée en coopération avec l'Agence spatiale européenne, Eumetsat (l'organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques), le Cnes, mais également la Nasa et la Noaa (l'agence américaine d'observation océanique et atmosphérique).

Dans le cadre de l’accord passé en 2009, les Européens fournissent la plupart des instruments scientifiques de la mission, tandis que les Américains se chargent notamment du lancement, aujourd’hui prévu en novembre 2020 depuis la base de Vandenberg (Californie), à l’aide d’un lanceur Falcon 9 de SpaceX. Sentinel 6B suivra en 2025.

Les satellites Sentinel 6 mesureront en permanence la topographie des océans durant la prochaine décennie. Construits sous la maîtrise d’œuvre d’Airbus Defence and Space, leur altimètre radar Poséidon 4 est fourni par Thales Alenia Space.

 

Essais menés jusqu’au printemps 2020.

A un an du lancement de Sentinel 6A, Airbus teste son aptitude opérationnelle dans les installations d’essais de la société allemande IABG (Industrieanlagen-Betriebsgesellschaft mbH), basée à Ottobrunn, près de Munich, en Allemagne. L’objectif est de démontrer l’aptitude au vol orbital du satellite, et les simulations des conditions de lancement et d’environnement spatial vont se poursuivre jusqu’au printemps 2020.

 

Copernicus Sentinel Airbus Defence and Space Thales Alenia Space IABG CAMPAGNE D'ESSAIS

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription