6
Aviation Civile
Le lobby du ferroviaire plus que jamais actif
Le lobby du ferroviaire plus que jamais actif
© Sncf

| Yann Cochennec

Le lobby du ferroviaire plus que jamais actif

Alors que le transport aérien est touché au coeur en raison de la pandémie de coronavirus, des organisations ou associations n'hésitent pas se faire les lobbyistes de la filière ferroviaire.

Haro sur Brussels Airlines

Le lobby ferroviaire reste plus que jamais actif en ces temps de crise sans précédent pour le transport aérien. L'annonce par Brussels Airlines de son intention de supprimer un millier d'emplois a donné des ailes à un certain "Resilience Management Group" qui rassemblerait plus de 100 scientifiques et surtout 182 entreprises de la transition écologique. "Tout le monde se dit qu'il faut sauver 1 000 emplois. C'est toujours le même chantage. Cela ne veut pas dire qu'on ne doit rien faire, mais il ne faut pas mettre des millions sur la table simplement parce qu'il y une urgence sociale", estime Sybille Mertens, économiste à l'Université de Liège, et dont les propos sont rapportés par l'Agence de presse Belga. Cette dernière rapporte également les arguments avancés par François Gemenne, chercheur en sciences politiques à l'Université de Liège et Leo Van Broeck, de la KULeuven. 

"L'avenir des compagnies aériennes européennes se trouve dans une fusion ou un partenariat stratégique avec les compagnies ferroviaires, défendent-ils. "Le TGV ne passerait plus à la gare de Bruxelles-Midi, mais à Zaventem", suggère le second. "Les vols courts, qui ne sont de toute façon pas très rentables, singulièrement pour Brussels Airlines, seraient désormais opérés en TGV", développe le premier qui ajoute : "Cela pourrait amener des clients supplémentaires à Zaventem pour développer des activités longs courriers vers l'Afrique, qui est le secteur stratégique de Brussels Airlines. Cela permet en même temps de réduire considérablement le nombre de vols".

Le très nébuleux réseau action climat

En France, c'est la très nébuleuse association Réseau action climat qui dénonce "une différence de traitement entre l'avion et le train" dans les mesures sanitaires imposées aux voyageurs, beaucoup plus strictes au sein du réseau ferroviaire que dans le transport aérien. Un décret, paru le 11 mai, prévoit une "distanciation physique d'au moins un mètre entre deux personnes (...) en tout lieu et en toutes circonstances". Et dans les trains, seul un siège sur deux est vendu pour respecter cette mesure. Sauf que les compagnies aériennes ne sont viables économiquement qu'à partir d'un taux de remplissage de 75%, fait valoir le Secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari. 

Comme les autres compagnies aériennes, Air France a mis en place des mesures de protection comme le port du masque obligatoire et la prise de température des passagers avant l'embarquement. Sans oublier les systèmes de recyclage d'air et de filtration de l’air qui incorporent des filtres haute efficacité similaires aux modèles employés dans les hôpitaux et les salles blanches industrielles. Des filtres efficaces à plus de 99,9 % pour éliminer des particules telles que les virus, les bactéries ou les champignons avant la recirculation de l’air à l’intérieur de la cabine.

L'avion durable : un combat de tous les instants

Le site web de Réseau action climat accueille également une diatribe qui énonce : "en Allemagne, le soutien imminent de 7 Md€ pour sauver la Deutsche Bahn (et avec elle les chemins de fer allemands) n’est pas sans rappeler les récentes annonces françaises en faveur d’Air France. Pendant ce temps, le Gouvernement français fait effectivement le choix de soutenir une compagnie aérienne sans lui imposer de contreparties environnementales et sociales solides mais se refuse toujours à soutenir la SNCF. Cette inégalité de traitement entre secteurs s’illustre aussi dans l’application différenciée des mesures sanitaires et laisse planer le doute quant à la volonté du Gouvernement d’opérer une réelle transition écologique dans le secteur des transports". L'avion durable est un combat de tous les instants.

Répondre à () :


Captcha
FONTA | 15/05/2020 18:29

Plus que le lobby du ferroviaire, je dirais que c'est le lobby anti-aérien qui est très actif. Et la problématique est qu'il est très infiltré en France, notamment au sein du Haut Conseil pour le Climat, qui parle à l'oreille de nos décideurs. Par paresse ou par démagogie, des décisions sont prises qui, sous alibi environnemental (limité au seul CO2), vont à l'encontre de l'environnement. Je vous fais parvenir ce blog très intéressant de Bertrand Duperrin et reste à votre disposition si vous voulez échanger sur le sujet du développement durable (le vrai, pas celui du lobby nucléaire ou anti-aérien français) https://www-travelguys-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.travelguys.fr/2020/05/12/interdiction-des-vols-interieurs-dair-france-pourquoi-il-ne-faut-pas-semballer/amp/

Julien | 15/05/2020 19:00

Même si je suis passionné d'aéronautique et travaillant à Airbus Toulouse, je dois dire que notre secteur ne fait rien pour se faire aimer. Ce n'est pas en sortant des neo que l'ont va sauver la planète, et l'abandon de l'Efan X est une catastrophe. L'avenir des vols intérieurs se fera soit par le TGV, soit par de l'avion 100% électrique (comme celui de wright électrique). Quand on investit aussi peu en R&D disruptive, il faut s'attendre au retour de bâton.

arrggg | 16/05/2020 23:10

Et puis en matière de lobbying ,l industrie aero sait de quoi elle parle hein? La propulsion par combustion doit arriver a son terme le plus vite possible. Et si AIRBUS ne veut se retrouver dans la situation des constructeurs automobiles actuelle: TESLA, qui construit des vehicules non thermique performant ,et qu il les vends en plus. Sous 10 15 ans , il est probable qu il tue plusieurs constructeurs. Reveillez vous au lieu de pleurer une situation qui vous avantagez. jusqu ici. Vous vous souvenez , .....une ambition, un avion commercial avec des commandes electriques , une poste de commande commun..... Et si la grosse machine qu est devenue AIRBUS redevenez ambitieuse ??? Un avion régional électrique est presque possible..... il faudra de l ambition aussi Sinon..... un Tesla chinois?

Luc | 17/05/2020 13:34

Pour les vols intérieurs un ATR turbo propulseur est tout à fait efficace comparé au train . Un simple hangar pour le décollage et atterrissage suffit. Pas besoin d'avoir des gares en centre ville (Tout le monde ne va pas en centre-ville lors de déplacements) pas besoin de ponts, des tunelles, de decaisser des collines, de rails qui défigurent la nature, de postes de transformateurs, de passages à niveaux dangereux, et une sncf souvent en grève.... D'ailleurs Air France avait un temps envisagé d'acheter des ATR avant d'abandonner le projet pour des Airbus A220 qui sont des Bombardiers CSéries canadiens ....et de Solliter 7 Mds de prêt à l'état français .

sanna | 26/05/2020 08:11

Intéressant

sanna | 26/05/2020 08:14

A lire

| | Connexion | Inscription