0
Espace
Le Cnes réfléchit à une Ariane 6 semi-réutilisable
Le Cnes réfléchit à une Ariane 6 semi-réutilisable
© Cnes

| Stefan Barensky

Le Cnes réfléchit à une Ariane 6 semi-réutilisable

La direction des lanceurs du Cnes a démarré un réflexion sur une possible évolution de l'architecture d'Ariane 6 vers un concept semi-réutilisable à l'horizon 2025-2027 si ce type de solution devait s'avérer présenter un intérêt économique.

Les succès de la firme américaine SpaceX ont amené les Etats membres de l'ESA à réviser leur conception de la filière de lanceurs européens avec la décision de développer Ariane 6 lors des conférences de Naples en novembre 2012 et Luxembourg en décembre 2014.

Or SpaceX doit effectuer une première tentative de récupération de son lanceur Falcon 9 le 6 janvier, lors d'un lancement de capsule Dragon à destination de la Station spatiale internationale.

A terme, SpaceX pense récupérer et réutiliser ces étages pour réduire le coût global de l'accès à l'espace.

A la fin des années 1990 et au début des années 2000, le Cnes a largement coopéré avec l'industrie spatiale russe sur un concept d'étage ailé récupérable Baïkal, pour la famille de lanceurs Angara.

Ses études lui ont permis d'estimer le seuil d'amortissement d'un tel système à une quarantaine de vols par an, et encore, uniquement si cette réutilisation peut se faire sans démontage des étages ou de leur système propulsif entre les vols.

Pour une éventuelle Ariane 6 semi-réutilisable, il s'agirait de développer un nouveau premier étage avec une propulsion cryotechnique à l'oxygène et au méthane liquides. Doté de un ou plusieurs moteurs, cet étage serait plus puissant que le H140 monomoteur actuellement prévu, ce qui permettrait de se passer des accélérateurs latéraux P120 pour atteindre la performance d'Ariane 62 (et donc d'atteindre la performance d'Ariane 64 avec deux accélérateurs au lieu de quatre).

On notera que Snecma dispose déjà d'une certaine compétence sur ce type de propulsion grâce à des études menées depuis les années 1990, notamment en Russie avec le concept Volga.

Cet étage reviendrait ensuite se poser verticalement, à la manière de celui du Falcon 9.

Ces nouvelles études sont menées dans le cadre de l'enveloppe de 3 M€ décidée à Luxembourg en marge du programme Ariane 6 et financée à 100% par la France. Elles seront au menu des propositions qui doivent être faites à la mi-2015 en vue de la réalisation de démonstrateurs, principalement au niveau de la propulsion.

Si un tel lanceur devait être développé, il ne serait disponible que durant la seconde moitié de la prochaine décennie.

Le démonstrateur d'atterrissage vertical de SpaceX
Le démonstrateur d'atterrissage vertical de SpaceX © SpaceX
Le démonstrateur d'atterrissage vertical de SpaceX
Maquette de l'étage récupérable Baikal
Maquette de l'étage récupérable Baikal © DR
Maquette de l'étage récupérable Baikal

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription