1
Aviation Civile
L'avenir d'Aigle Azur ne tient plus qu'à un fil © Aigle Azur

| HEGUY Jean-Baptiste

L'avenir d'Aigle Azur ne tient plus qu'à un fil

Le tribunal de commerce d'Evry a placé la compagnie en "liquidation avec poursuite d'activité" jusqu'au 27 septembre. Mais la perte d'Aigle Azur est estimée maintenant à 140 millions d'euros.

Nouveau coup de théâtre dans le dossier Aigle Azur. Après le retrait dimanche 15 septembre de l'offre de reprise de Lionel Guérin et Philippe Micouleau et celle du fonds de pension américain Cyrus Capital Partners, le tribunal de commerce d'Evry n'a finalement pas fait de choix lundi 16 septembre pour la reprise de la compagnie en très grande difficulté et a décidé une "liquidation avec poursuite d'activité". Ce qui permet de maintenir en l'état le certificat de transporteur aérien de la compagnie, ainsi que son portefeuille de 9 800 créneaux horaires à Orly. Le tribunal laisse jusqu'à mercredi minuit à d'éventuels nouveaux repreneurs pour se manifester ou pour ceux qui se sont déjà déclarés d'améliorer encore leurs offres. 

Rappelons que le groupe Dubreuil est officiellement candidat à la reprise de l'activité long-courrier d'Aigle Azur, et pourrait reprendre un peu plus d'une centaine de salariés d'Aigle Azur en créant une filiale afin d'y mettre les deux A330 de la compagnie en dépôt de bilan. Air France de son côté est intéressée par le secteur moyen-courrier, notamment les vols vers l'Algérie et le Liban. 

"Même si Air France a prévu d'alléger ses critères de sélection, les contrats de travail ne seront pas repris aux mêmes conditions que chez Aigle Azur, il en est de même pour le groupe Dubreuil", explique une source syndicale PNC contactée par Air&Cosmos. "C'est d'autant plus vrai que l'on découvre chaque jour de nouvelles surprises concernant la perte de la compagnie qui se monterait maintenant à plus de 140 millions d'euros, sans qu'on ne soit pas sûr qu'elle soit encore plus importante puisque les comptes ne sont pas certifiés", poursuit cette même source. "Même s'il pourrait y avoir des incitations du côté du ministère des Transports, il n'est pas du tout évident que ni Air France ni le groupe Dubreuil soit prêt à faire de nouveaux efforts". Si ce n'est pas le cas, la liquidation pure et simple d'Aigle Azur ne serait plus qu'une question d'heures. 

Aigle Azur dépôt de bilan

Répondre à () :


Captcha
ratel | 17/09/2019 15:12

quand on pense aux clients de AIGLE AZUR , c'est vraiment la honte d'abandonner ces derniers et de ne pas les indemniser .

| Connexion | Inscription