1
Espace
L’astromobile Perseverance réussit sa première collecte d’échantillons martiens
L’astromobile Perseverance réussit sa première collecte d’échantillons martiens
© NASA / JPL

| Pierre-François Mouriaux 333 mots

L’astromobile Perseverance réussit sa première collecte d’échantillons martiens

La mission Mars 2020, qui a permis de déposer une cinquième astromobile sur Mars en février dernier, vient de réaliser une nouvelle première, qui s’inscrit dans une perspective à long terme.

Après le show d’Ingenuity

L’astromobile Perseverance de la Nasa avait été déposée le 18 février dernier sur la planète rouge, dans la région du cratère Jezero.

Depuis, c’est surtout le mini-hélicoptère Ingenuity embarqué avec l’astromobile qui a fait parler de lui, avec pas moins de… 13 vols réalisés entre le 19 avril dernier et le 5 septembre.

Le lendemain, la Nasa a confirmé que Perseverance avait réussi une autre grande première : l’appareil a effectué le carottage puis le stockage d'un échantillon du sol martien, légèrement plus épais qu'un crayon.

Une première tentative, le 6 août, s’était soldée par un échec : de la roche avait bien été percée, mais aucun matériau n’avait été collecté.

Le succès aura donc été au rendez-vous après plusieurs semaines d'efforts.

C’est le conteneur n°266, fabriqué en titane et étanche à l'air, qui a été utilisé pour l’occasion.

Il sera chargé de conserver la récolte jusqu’à l’ambitieuse mission de retour d’échantillons Mars Sample Return, qui doit s’achever… en septembre 2031.

 

Une planète toujours difficile

« C'est évidemment un grand soulagement de constater que cette fois, après un re-paramétrage des outils de forage, les ingénieurs du JPL ont réussi dans leur entreprise de collecte d'échantillons martiens », nous commente Gilles Dawidowicz, planétologue de formation et vice-président de la Société Astronomique de France.

« Si nous avions l'information depuis le 2 septembre au matin, il restait encore à transférer le précieux chargement dans le tube d'échantillonnage, qu'il fallait encore sceller ensuite. Ces étapes ont donc été menées à bien, et c'est en soi remarquable. On constate que la planète rouge est toujours une planète difficile, mais qu'avec de la perspicacité, du talent et de l'ingéniosité, les choses sont possibles ! Il restera encore à collecter des échantillons dans d'autres types de roches, plus dures, moins dures, plus friables, moins friables, plus poreuses, moins poreuses... Il est donc très probable que les ingénieurs doivent reprogrammer les outils de collecte à chaque fois en fonction de la nature de la roche visée. Rapporter les tubes à échantillons sur Terre sera une autre affaire… ».

Répondre à () :


Captcha
BARNOIN MAURICE | 12/09/2021 17:44

Merci pour toutes ces nouvelles . Bravo . . . . Et ,merci encore .

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription