3
Défense
La rupture sécuritaire des drones tactiques low cost
La rupture sécuritaire des drones tactiques low cost

| Yannick Genty-Boudry 687 mots

La rupture sécuritaire des drones tactiques low cost

Les mini-drones ne sont plus les seuls UAV facilement accessibles. Trafiquants, terroristes, et mercenaires en tout genre peuvent désormais se procurer des petits drones tactiques aux performances voisines de leurs homologues militaires pour moins de 10 000 euros.

Auberge espagnole

Ces derniers jours le Journal du Dimanche et L'Indépendant se sont faits l'écho d'une opération combinée entre les services de police français et espagnols visant à démanteler un réseau criminel spécialisé dans le trafic de drogues entre le Maroc et la France. Une dizaine de personnes ont été interpellées, et 12 kg de haschich saisis. Mais ce fait divers, qui n'a rien de spectaculaire au regard des quantités de drogues dures transférées chaque jour sur le territoire français, se distingue par le fait qu'au domicile du responsable logistique de ce réseau qui demeurait à Malaga en Andalousie, les policiers ont découvert un drone VTOL à voilure fixe de prés de 4,5 mètres d'envergure avec sa station de pilotage, utilisé par les trafiquants pour transporter la drogue entre le Maroc et l’Espagne. Un drone qui a été acheté en ligne.

Skyhigh 4450.jpg
Le Skyhigh 4450.jpg ©
Skyhigh 4450.jpg

VTOL

Si les trafiquants et les terroristes cherchent depuis plusieurs années à se doter de ce type de plateformes, nous sommes désormais bien loin des modèles "Do It Yourself" réalisés par des amateurs d'aéromodélisme, ou des mini-drones Phantom de DJI customisés par les ateliers de Daech pour transporter des grenades anti-personnel. Les clichés et les vidéos publiées par la police espagnole nous ont permis d'identifier le modèle utilisé. Il s'agirait du VTOL à voilure fixe SkyEye d'une envergure de 4,45 m commercialisé en ligne par le site chinois Aliexpress. Avec un prix oscillant entre 9000 et 17000 euros en fonction des options et avec les frais de port, ce drone affiche des capacités surprenantes au regard de son coût. Doté d'une vitesse maximale de 170 km/h (130 km/h en vitesse de croisière) Il peut transporter jusqu’à 25 kg de marchandises pendant 7 heures. Son design est en outre tout à fait abouti et proche des eVTOL de la société ElevonX. Si sa vitesse et son autonomie sont à relativiser en fonction de la charge emportée, il peut toutefois véhiculer automatiquement et selon des itinéraires complexes des marchandises sur plusieurs centaines de kilomètres grâce à son GPS de bord et à des points de passage préprogrammés. Essentiellement réalisée en fibre de verre, et dotée de 4 hélices supplémentaires pour décoller et atterrir verticalement dans un espace réduit, cette plateforme s'avère donc particulièrement discrète face aux dispositifs de détection habituels. On trouve également sur Aliexpress d'autres VTOL moins ambitieux en termes de spécifications, mais avec des atouts certains. Ainsi si le Eagle Hero ne dispose que d'une charge utile de 8 kg projetable à 86 km/h pendant 2 heures, il présente l'avantage certain malgré un prix de 10 000 euros d'être intégralement démontable et de tenir dans un flight case. Le Mugin a des performances analogues, mais pour seulement 3000 euros. Quant au Fly Dragon Baby Shark, il propose en option pour 6000 euros une station de contrôle très proche des modèles militaires commercialisés par les groupes de défense chinois.

 

Aigle Hero et valise de transport.jpg
Le Eagle Hero et sa valise de transport.jpg ©
Aigle Hero et valise de transport.jpg
Mugin 4580 CU 8 kg 3000 eur Tps 2-3h.jpg
Le Mugin et son envergure de 4580 mm.jpg ©
Mugin 4580 CU 8 kg 3000 eur Tps 2-3h.jpg
Station Baby Shark 6000 eur.jpg
La station de contrôle du Fly Dragon Baby Shark.jpg ©
Station Baby Shark 6000 eur.jpg

Terrorisme

La criminalité s'est très vite intéressée aux drones. Ainsi aux États-Unis plusieurs cas d’utilisation par des gangs ont été relevés pour surveiller des postes de police ou des voitures de patrouille. En Jamaïque, ils sont utilisés pour observer les membres de bandes adverses, et en France pour sécuriser les « zones de livraison » ou parachuter des téléphones portables au-dessus des prisons. Mais c'est le transport d'explosif qui inquiète le plus les forces de sécurité. Car si Daech a utilisé les mini-drones armés de grenades comme des IED volantes en Irak, avec 25 kg d'explosif il est désormais possible, et pour un coût modeste, de réaliser des attentats de masse lors de manifestations sportives et culturelles. Ou de permettre à des groupes informels de bouleverser l'équilibre des forces sur le terrain, et ce alors que les systèmes anti-drones efficaces ne sont encore déployés qu'à la marge. Sans même évoquer le risque d'épandage de substances NBC, rappelons qu'en 2011 l'attentat contre l'aéroport de Domodedovo à Moscou qui avait fait 35 morts et 180 blessés graves n'avait nécessité que 7 kg de TNT.

 

Pour en savoir plus sur les nouvelles menaces représentées par les drones suicides vous pouvez vous reporter au numéro 2733 d'Air&Cosmos publié le 30 avril dernier

Attentat.jpg
Même basiques les capacités meurtrières des drones de Daech ont été considérables au Kurdistan .jpg ©
Attentat.jpg

Répondre à () :


Captcha
Jdg | 23/07/2021 06:45

La question que je me pose est : qui peut acheter ce type de drone à part les trafiquants ?

PeeF | 23/07/2021 08:53

Réponse, les centres de santé africains qui livrent l'exacte dose de vaccin en temps et en heure quel que soit l'état des pistes.

BOUDJEMAI | 23/07/2021 10:40

On sait qui vend ces drones très puissant. On doit contrôler leurs clients. Ça fait peur de savoir que les drones suicides peuvent frapper à touts moments.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription