0
Armées
La marine israélienne achète les Black Eagle 50D de Steadicopter
La marine israélienne achète les Black Eagle 50D de Steadicopter
© Steadicopter

| Dorian de Schaepmeester 474 mots

La marine israélienne achète les Black Eagle 50D de Steadicopter

La marine israélienne s'équipe de drones hélicoptères Black Eagle 50D, manufacturés par la compagnie Steadicopter. Ces hélicoptères autonomes pourront notamment effectuer des missions de reconnaissance et de surveillance côtière.

Une flotte d'hélicoptères-drones pour Tsahal 

L'armée israélienne modernise ses équipements. La branche navale de Tsahal aurait acheté un nombre non spécifié d'hélicoptères "dronifiés" Black Eagle 50D, a annoncé le 27 juillet la firme productrice Steadicopter. Ces appareils, pilotés à distance, accompliront diverses missions durant leur mise en service, notamment de la reconnaissance, de la surveillance côtière ou encore de la recherche et sauvetage. L'entreprise explique que les caractéristiques du Black Eagle une fois en vol couplés à une bonne autonomie le rend propice à une utilisation par les forces armées. 

Des drones à la pointe de la technologie 

Les Black Eagle sont de "petits" appareils, d'environ 1 mètre de haut pour 1 mètre 60 de longueur. L'hélicoptère peut emporter entre 12 et 30 kg de charge utile, pour un poids maximal total de 50 kg. L'hélicoptère est électrique et ne nécessite pas de carburant pour voler, capable d'accroître son autonomie en stockant des batteries supplémentaires et augmenter durablement son temps de vol jusqu'à quatre heures après son lancement. Le Black Eagle fonctionne grâce à un moteur électrique alimentant sa voilure tournante. L'hélicoptère miniature peut atteindre une altitude de 2 743 mètres et une vitesse maximale de 126 km/h, bien que sa vitesse de croisière se situe en deçà, à 85 km/h.   

Outil indispensable à leurs missions d'observation et de reconnaissance, Steadicopter a doté ses Black Eagle de caméras haute-résolution IR/EO (Infrared/Electro-optical). Ces dernières, principalement utilisées par l'armée ou les forces de l'ordre, fournissent des images stabilisées en haute qualité, de jour comme de nuit. Le système du drone permet de transmettre des données jusqu'à 100 km de son opérateur, pilotant l'hélicoptère à distance grâce à une tablette. 

L'hélicoptère Black Eagle peut effectuer diverses missions, notamment d'observation et de reconnaissance.
L'hélicoptère Black Eagle peut effectuer diverses missions, notamment d'observation et de reconnaissance. © Steadicopter
L'hélicoptère Black Eagle peut effectuer diverses missions, notamment d'observation et de reconnaissance.

La "dronification" des hélicoptères militaires 

Actuellement, Israël n'est pas le seul pays et à développer des drones-hélicoptères destinés à grossir l'arsenal des armées. Plusieurs pays et compagnies privées se sont lancé dans la conception de tels appareils, tel que Northrop Grumman aux États-Unis et son MQ-8 Fire Scout ou encore Airbus avec le VSR700. Il est toutefois bon de noter que ces deux modèles se révèle plus imposant par leurs tailles et masses respectives que le Black Eagle 50D. La France est aussi armée d'hélicoptères autonomes, bien plus petits en diamètre que les appareils nommés plus haut et qualifiés de "nanodrones" : le Black Hornet 3. Mesurant 16 cm pour un poids de 33 grammes, le Black Hornet sert à des missions de reconnaissance, sa petite taille le rendant difficilement détectable. 

Pour l'heure, Tsahal n'a pas annoncé de date concernant la mise en service des Black Eagle ni sur la quantité acquise auprès de Steadicopter, les forces armées israélienne faisant preuve d'une grande discrétion concernant l'utilisation de drones militaires. Dévoilés au grand public en 2017 et commercialisés peu de temps après, les premières unités de Black Eagle pourraient être déployés au cours des prochaines semaines. 


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité