0
Défense
La Malaisie s'oriente vers le FA-50 sud-coréen pour succéder à ses MiG-29
La Malaisie s'oriente vers le FA-50 sud-coréen pour succéder à ses MiG-29
© Armée de l'air sud-coréenne

| Dorian de Schaepmeester 423 mots

La Malaisie s'oriente vers le FA-50 sud-coréen pour succéder à ses MiG-29

Le gouvernement malaisien semble avoir sélectionné la gamme de chasseurs qui remplacera l'actuel MiG-29 équipant les forces aériennes. Plusieurs officiels ont indiqué que le FA-50 sud-coréen avait été retenu, face à d'autres concurrents tels que l'Inde, la Chine ou la Turquie.

Vers une flotte de "Fighting Eagles" pour la Malaisie 

Après plusieurs années de recherches, la Malaisie semble avoir sélectionné les nouveaux avions de chasse qui viendront équiper son armée de l'air. Le site Global Business Press révélait ainsi le 19 juillet que le Général Asghar Khan Goriman Khan, en charge de la Royal Malaysian Air Force (RMAF) avait arrêté son choix sur les chasseurs FA-50 "Fighting Eagle" sud-coréen. Actuellement, aucun accord n'a été établi avec la République de Corée : selon des officiels malaisiens, il faudra attendre les élections générales se tenant de juillet à septembre 2023. Si l'actuel gouvernement se maintient, la volonté d'acquérir 36 chasseurs multirôles de quatrième génération FA-50 se verrait confirmée. 

Plusieurs pays étaient en lice pour doter la Malaisie de sa nouvelle flotte d'avions de combat. Les JF-17 chinois étaient envisagés, de même que les MiG-35 et Yak-130 russes ou encore les TAI Hürjet produits en Turquie. Mais l'un des principaux compétiteurs était l'Inde, qui proposait ses HAL Tejas. The Defense Post relève ainsi que la récente annonce du haut-gradé malaisien surprend, tandis que quelques semaines auparavant, le directeur d'Hindustan Aeronautics Limited R. Madhavan se déclarait confiant concernant la sélection des aéronefs indiens. De plus, l'Inde se proposait d'offrir la maintenance des 18 Su-30 possédés par la Malaisie. 

Un chasseur indien Tejas en vol, lors d'un démonstration aérienne en 2013.
Un chasseur indien Tejas en vol, lors d'un démonstration aérienne en 2013. © Ashwin Kumar
Un chasseur indien Tejas en vol, lors d'un démonstration aérienne en 2013.

Le FA-50, mise à niveau du T-50

À la base du programme FA-50, on retrouve l'avion d'entraînement sud-coréen T-50 "Golden Eagle", mis en service en 2005. À la fin des années 2000, la Corée du Sud souhaite se pourvoir d'un nouvel avion de chasse, utilisable en situation de conflit. La Korea Aerospace Industries (KAI) se lance alors dans une "mise à niveau" du T-50, dans l'espoir de le rendre opérationnel sur le terrain. En 2010, l'armée sud-coréenne commande un premier lot d'avions en 2010. Le chasseur de quatrième génération est désormais employé lors d'exercices internationaux, souvent comparé à l'Eurofighter, au Rafale ou au F/A 18 Super Hornet. 

L'aéronef peut atteindre une vitesse de 1 715 km/h (Mach 1.4), tout en culminant à plus de 16 000 mères d'altitude. Son rayon d'action est 1 850 km, le rendant intéressant pour des manoeuvres de longue portée. Pour l'heure, seul l'Irak a acheté des unités à la Corée du Sud, se faisant livrer 24 FA-50 en 2017, pour la somme de 2,1 milliards de dollars. Concernant la Malaisie, l'hypothétique transfert des 36 nouveaux chasseurs ne devrait pas avoir lieu avant plusieurs années. La RMAF peut cependant compter sur ses 18 Su-30, huit F/A 18D et douze BAE Hawk, désignés pour les attaques légères. 

Deux avions d'entraînement T-50 philippins, photographiés en 2018.
Deux avions d'entraînement T-50 philippins, photographiés en 2018. © Official Gazette of the Republic of the Philippines
Deux avions d'entraînement T-50 philippins, photographiés en 2018.

Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité