0
Espace
La Lune dans le viseur de Dubaï
La Lune dans le viseur de Dubaï
© MBRSC

| Pierre-François Mouriaux

La Lune dans le viseur de Dubaï

Les Emirats arabes unis ont annoncé le 29 septembre leur intention d’envoyer un robot mobile sur la Lune d’ici 2024.

Endroits inexplorés

Après la mission d’un astronaute émirien à bord de la Station spatiale internationale en septembre dernier, et l’envoi de la sonde Al-Amal (Espoir) vers la planète Mars cet été, les Emirats arabes unis confirment leurs ambitions en termes d’exploration spatiale : avant-hier, le cheikh Mohammed ben Rachid al-Maktoum, vice-président émirati et émir de Dubaï, a annoncé sur Twitter le lancement d’ici 2024 d’un robot mobile de fabrication émiratie, qui atterrira sur la surface de la Lune pour explorer des « endroits qui n’ont pas encore été atteints lors de missions d’exploration précédentes ».

 

Calendrier

L’atterrisseur sera conçu et construit « à 100 % » par les ingénieurs du centre spatial Mohammed bin Rashid de Dubaï.

Le modèle d'ingénierie doit être finalisé d'ici 2021, le modèle de vol doit être fabriqué en 2022, et les tests doivent être menés en 2023.

Aucun lanceur n’est pour le moment associé au projet.

L’engin a été baptisé Rachid, en hommage au père du cheikh Mohammed, réputé pour avoir modernisé Dubaï, « qui nous a appris à quel point nos rêves peuvent être grands, loin et au-delà », a déclaré le cheikh.

 

Mission scientifique

C’est a priori le pôle sud de la Lune qui sera visé.

L’astromobile de 10 kg sera équipée de quatre caméras (mobiles, 3D, microscopiques et thermiques) et de capteurs.

Elle collectera des données sur le sol et la poussière lunaires (nature, radioactivité, charges électriques), et renverra près de 1 000 images sur Terre.

L’ensemble des données sera mis à disposition de la communauté scientifique internationale.

 

Mars comme objectif final

Ce sera la première mission lunaire entreprise par un pays arabe, de surcroit avec une astromobile.

Jusqu’à présent, seuls sont parvenus à déposer du matériel sur la surface sélène la Russie (pour la première fois le 3 février 1966, avec la sonde Luna 9,), les Etats-Unis (Surveyor 1, le 2 juin 1966) et la Chine (Chang’E 3, le 14 décembre 2013), Israël et l’Inde ayant échoué leurs tentatives respectives l’an dernier (Beresheet et Vikram).

L’initiative s’inscrit dans la perspective de construire une première colonie émirienne sur Mars en 2117.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription