10
Défense
La France commande les 169 Airbus Guépard
La France commande les 169 Airbus Guépard
© Minarm

| La rédaction 360 mots

La France commande les 169 Airbus Guépard

Avec la commande de 169 Airbus H160 Guépard du ministère des Armées, l’activité industrielle du site Airbus Helicopters de Marignane est sécurisée pour les 15 prochaines années. Sans oublier le site de Safran Helicopter Engines à Bordes.

Un Airbus H160 Guépard qui remplacera cinq types d'appareils différents

Prévue par la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, la commande par la France des 169 hélicoptères Airbus H160 Guépard, dont les 30 premiers en tranche ferme, s'élève à 10 Md€ comprenant le développement et la livraison des appareils, la fourniture du système de soutien et de formation ainsi que le MCO pendant dix ans. La commande comprend en plus la commande des 10 H160 pour la Gendarmerie nationale décidée dans le cadre du plan de soutien à l'industrie aéronautique et celle d'un H160 futur hélicoptère banc d'essai pour le centre d'expertise et d'essais DGA Essais en vol afin d'assurer "les essais en vol de mise au point de qualification des équipements et des futurs systèmes d'armes". Le Guépard remplacera cinq types d'appareils différents : Gazelle, Alouette III, Dauphin, Panther et Fennec actuellement en service.

Une flotte unique pour être plus efficace et réduire les coûts

Ce concept de "flotte unique" permettra de "mutualiser les coûts de développement entre les trois armées, d'être plus efficace avec l'optimisation du soutien en jouant sur les effets d'échelle, comme sur les stocks de pièces de rechange. Le tout soutenu par la verticalisation du MCO des H160 Guépard puisque le soutien sera assuré par Airbus Helicopters pendant les dix premières années, à compter de la livraison du premier hélicoptère. Une verticalisation qui est la suite logique de la réforme du MCO aéronautique décidée par la ministre des Armées, Florence Parly, et mise en musique par la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé).

Livraisons des Guépard à partir de 2027

Les premiers Airbus H160 Guépard sont programmés au sein des forces pour l'année 2027, les premières productions ayant démarré en 2024. Chaque Armée disposera d'hélicoptères dotés d'équipements spécialisés. Pour les 80 Guépard de l’Armée de Terre : reconnaissance armée, appui-feu, infiltrations de forces spéciales, appui au commandement ; pour les 49 Guépard de la Marine nationale : combat aéromaritime, protection et soutien de la force navale, actions spéciales navales, action de l’État en mer ; pour les 40 Guépard de l’Armée de l’Air et de l’Espace : surveillance et défense de l’espace aérien, recherche et sauvetage, appui-feu et renseignement.

Répondre à () :

Petrau | 22/12/2021 17:32

Un beau contrat pour un hélicoptère à la pointe de la technologie. A noter que le premier exemplaire de la version civile, le H160, vient d'être livré à un client japonais particulièrement exigeant, la société ANH.

desroses | 22/12/2021 18:42

Magnifique machine a la pointe de la technologie pour nos armées.

Hannosset Étienne | 22/12/2021 19:03

Le H160 est le premier hélicoptère Airbus d’une nouvelle génération. Bravo Airbus.

rudy EUSTACHE | 22/12/2021 19:39

Bravo pour ce renouvellement ,on peut penser à la sécurité civile maintenant...

Andre | 23/12/2021 12:56

7 Alouette III + 16 Dauphin + 68 Fennec + 16 Panther + 86 Gazelle soit un total de 193 appareil à remplacer ... par 169 Gépard ! Il semblerai que 23 héilico se soient perdu en route.

Petrau | 23/12/2021 14:16

Si je peux me permettre, remplacer les appareils que vous évoquez nombre pour nombre n'a pas beaucoup de sens dans la mesure où le H160 a des capacités et un potentiel très largement supérieur à ceux des appareils qu'il remplacera. Bien cordialement

PUDDINU Grégory | 25/12/2021 10:45

Je vous comprends Andre et Petrau... Il est vrai que cet appareil va être au top de la technologie et qu'il n'est pas nécessaire de remplacer les appareils vieillissants nombre pour nombre... Toutefois je pense qu'une trentaine de plus aurait été convenable pour soutenir un conflit armé. Notre marine diminue, notre aviation diminue, nos matériel diminuent, mais nous avons plus d'engagements...

Petrau | 25/12/2021 18:47

Ce n'est pas le Kazakhstan dont il s'agit mais de l'Azerbaïdjan. Désolé pour cette erreur.

Petrau | 25/12/2021 18:37

Je crois que le problème de la France, compte tenu du délabrement de ses finances est qu'elle ne peut pas tout faire. Alors, il faut faire des choix en se concentrant sur l'essentiel et en particulier sur les forces nucléaires. Mais est ce que cela a du sens de développer et construire un nouveau porte-avions nucléaire, utilisable seulement à mi-temps compte tenu de ses périodes de carénage, et extrêmement vulnérable aux planeurs hypersoniques quasiment au point en Chine et en Russie ? Nous ne refererons pas la bataille de Midway. Est il bien raisonnable de vouloir disposer d'un nouveau char lourd extrêmement vulnérable aux missiles anti-chars et aux drones armés ? Il n'est pas sûr que l'on ait bien tiré les leçons du récent conflit entre l'Arménie et le Kazakhstan. Et nous ne refererons pas la bataille de Koursk. Est ce qu'il ne serait pas plus judicieux, au delà de la mise à niveau et du renforcement de la force nucléaire, d'accroître nos forces maritimes via l'acquisition d'un nombre conséquent de frégates de premier rang supplémentaires et de SNA afin de protéger notre espace maritime et nos accès aux "routes maritimes" internationales ? On peut également développer la réflexion en ce qui concerne l'armée de l'air. Et ne pas oublier surtout que l'espace et le cyberspace sont des clés de la sécurité dès aujourd'hui. Bien cordialement.

Etienne Hannosset | 27/12/2021 12:31

Un nouveau char de combat est d’autant plus inutile que Milrem et John Cockerill développent actuellement un char de combat robotisé équipé d’un canon de 120mm de l’ordre de 14/15 tonnes.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription