1
Les Dossiers d'Air&Cosmos
La cour des comptes épingle la France
La cour des comptes épingle la France
© Armée de Terre

| BOQUET Justine

La cour des comptes épingle la France

LA COUR DES COMPTES A PUBLIÉ UN RAPPORT ÉTABLISSANT UN ÉTAT DES LIEUX SUR L’EMPLOI DES DRONES PAR LES ARMÉES FRANÇAISES. UN BILAN EN DEMI-TEINTE POUR LA FRANCE.

Rapport.

Le 25 février, la Cour des comptes a publié son rapport public annuel pour 2020. Celui-ci passe en revue de nombreux sujets selon un axe financier et émet des recommandations à destination des acteurs publics. Parmi les sujets décortiqués figurent ainsi les drones militaires aériens. Un chapitre mettant en avant un loupé au sein des armées françaises, qui auraient ainsi raté le virage des drones, aussi bien sur le plan industriel qu’opérationnel. 

 

Lacunes françaises.

Une critique qui, si elle peut paraître dure, semble malgré tout justifiée lorsqu’on compare la situation française avec celle d’autres nations, telles que le Royaume- Uni, ou encore Israël et les Etats-Unis, toutes proportions gardées. « L’exemple israélien illustre le fait qu’un écosystème d’innovation performant, une volonté politique constante, alliée à une stratégie industrielle inscrite dans la durée sont des facteurs déterminants de l’appropriation efficace de beaucoup d’avancées technologiques », insiste la Cour des comptes. Malgré ce retard dénoncé par l’institution financière, la France s’est saisie du sujet dès les années 2000 et entend doter les armées des équipements nécessaires à la conduite de leurs missions, tout en gardant en tête l’enjeu des coûts ainsi que les contraintes de développement. 

 

Virage.

Une prise de conscience qui s’est accompagnée à partir de 2015 d’une hausse des investissements dans ce champ. « Devenus incontournables au sein des armées, voire de certains groupes para-étatiques, [les drones] offrent l’avantage de la permanence de vol et la possibilité d’opérer en milieu hostile, sans risque de pertes humaines, du fait de l’absence d’équipage à bord, et ce pour un coût limité d’acquisition, d’entretien et d’emploi », met en avant la Cour des comptes.

Répondre à () :


Captcha
patrico delmondo | 08/08/2020 16:02

A oui ! Le rapport de la cour des comptes critiquant et dénonçant les grosses lacunes des drones aériens de nos chers militaires et bien fondé ! Il y longtemps que je le dit dans vos pages et ailleurs, on a un retard énorme ! "On" ce repose sur nos "bijoux" encore, de rafales et de nos A400m ! Mais regardons les développements permanents des drones Israéliens, US, Russes et Chinois ,...les Hérons, RQ4, Phoénix, Protectors, Reapers, Wingman....et l accélération des Russes sur leurs drones figther furtifs SU 70 ! On a la capacité engéniéring aéro/drone en France ! Il faut relâcher sur les mini drone courtes distances de protection Terre et Hélico Marine ! Il faut peut étre aussi ne pas ce concentrer sur les grands messes opération SCAF ! Les drones figthers seront indispensable là, demain ! Comme les lanceurs speed pour les réseaux satellites toutes missions coordonnées ! Alors, c est mon point de vue, qui ce développe devant moi de plus en plus , peut-être encore que je suis devenu trop passionné. Merci a vous tous.

| | Connexion | Inscription