6
Défense
L'USAF développe un nouveau missile
L'USAF développe un nouveau missile
© USAF

| Gaétan Powis 270 mots

L'USAF développe un nouveau missile

La proposition de budget de l'USAF permet de voir qu'un nouveau missile air-air est en développement. Aucune information technique n'est cependant disponible. La modularité sous-entendue du missile laisse penser que l'USAF souhaiterait détenir plusieurs versions d'un même missile pouvant être équipé de plusieurs moteurs ou capteurs différents.

La semaine passée, l'Armée de l'air américaine publiait sa proposition de budget pour l'année 2023. C'est à cette occasion que le Modular Advanced Missile est apparu dans le programme de recherche, développement, d'essai et d'évaluation (RDT&E). L'obligation de transparence au sein de la proposition de budget nous apprend que l'USAF souhaiterai financer le développement de ce missile pour un montant de 125,688 millions de dollars pour l'année fiscale 2023.

Cependant, aucune caractéristique précise n'est encore disponible sur ce missile. La modularité sous-entendue permet déjà d'affirmer que plusieurs versions sont en cours de développement ; une même structure mais pouvant être équipée de systèmes de propulsion, d'ogives et de capteurs différents.

L'USAF ne possède actuellement pas de missiles air-air modulaire, à l'inverse de l'Armée de l'Air et de l'Espace. Elle possède effectivement le Missile d'Interception, de Combat et d'Auto-défense (MICA). Il est disponible avec un autodirecteur électromagnétique (MICA EM) ou avec un autodirecteur infrarouge (MICA IR). Contrairement aux missiles disposant d'un radar actif, le missile infrarouge est plus difficilement détectable par l'ennemi. Par ailleurs, la technologie actuelle du transfert de l'information permet à un avion radar allié de transmettre la position de l'avion ennemi alors même que l'avion lanceur n'a pas la capacité de détecter celui-ci et peut donc rester passif. L'avion lanceur possède alors plusieurs options grâce à une plus grande variété de missiles.

Enfin, la modularité du moteur permettrait d'allonger ou de raccourcir la taille du missile afin qu'il puisse être transporté par le plus grand nombre des avions de combat actuellement en service dans l'USAF, tout en impactant la vitesse et l'autonomie de combat de ce nouveau missile.

Rafale du Gascogne équipé d'un ASMPA
Rafale du Gascogne équipé d'un ASMPA, de deux bidons externes, de deux Mica EM et enfin, de deux Mica IR. © MBDA
Rafale du Gascogne équipé d'un ASMPA

Répondre à () :

Julie | 05/04/2022 14:50

Avec les Mica EM et IR, auxquels s'ajoute, dans un autre registre le Meteor, le Rafale n'a pas à rougir devant ses concurrents américains. Une raison de plus de son succès.

canton | 05/04/2022 19:15

superbe notre rafale

Jdg | 05/04/2022 21:43

Le F-35 a des points d'emport sous ses ailes? Je croyais que tout était en soute.

Pierre | 05/04/2022 22:18

Pour avoir vu de près la version du F35A en test en Suisse ( futur avion choisi Il a 2 points d'ancrage sous les ailes pour missiles AMRAAM + la soute..maintenant si des missiles sont sous ses ailes il perd en furtitivite un de ses gros atouts avec son viseur tete haute intégré sur la visière du casque qui fait que le pilote voit littéralement en dessous de l'avion à 180 degrés ( à travers le plancher de l'avion).

Aurelien | 05/04/2022 22:21

Bien vu ! J'aurais aimé pouvoir vous répondre mais je ne peux que rejoindre votre étonnement.

Patrick Allard | 07/04/2022 11:24

Vu également sur les F35 israélien. C'est probablement en cas de "Dog fight" , la soute ça n'est pas idéal quand l'avion vole sur le dos ou est en virage serré

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité