advertisment-image

Inscription à la newsletter La Lettre de la Défense - réservée aux abonnés


0
Espace
Ici Mars
Ici Mars

| Pierre-François Mouriaux

Ici Mars

Chaque fin de semaine, une image qui a fait l’actualité ou retenu notre attention. Le 20 février, l’astromobile de la mission américaine Mars 2020 livrait une vision panoramique de son site d’atterrissage martien.

Mosaïque de six clichés

Arrivée sur la surface de Mars le 18 février, l’astromobile Perseverance de la mission américaine Mars 2020 a aussitôt envoyé des clichés noir et blanc de sa zone d’atterrissage, au cœur du cratère Jezero.

Puis, dans les heures qui ont suivi les essais de plusieurs de ses équipements (quelques 5 000 commandes en trois jours), des vues bien plus détaillées sont parvenues au centre de mission du JPL, à Pasadena, en Californie – au départ en noir et blanc, elles ont ensuite été recomposées en couleurs.

Ainsi, à partir de quatre images réalisées le 20 février depuis le mât de Perseverance (à 2 m de hauteur), une vue panoramique du site d’atterrissage a pu être recomposée.

Elle est ici présentée après avoir été retraitée avec trois filtres couleurs par Olivier de Goursac, membre de la Planetary Society et de la Société Astronomique de France, bien connu pour ses retouches d’images martiennes et lunaires, auteur du récent ouvrage Lune (Flammarion, 2019).

 

Analyse de l’image

Gilles Dawidowicz, géographe de formation et secrétaire général de la Société Astronomique de France, nous commente le paysage ainsi dévoilé : « Pas de surprise à la découverte des premières images renvoyées par Perseverance depuis le cratère Jezero. Il faut dire que la Nasa et les nombreux laboratoires de recherche impliqués dans la mission Mars 2020 avaient largement documenté le cratère d’impact, ses environs et surtout le paléo-delta au centre de toutes les attentions. Nous y sommes donc posés tout près, et l’on constate une vaste plaine alluviale, sorte d’écotone marquant de profondes différences avec la partie amont du fleuve située sur de hauts-plateaux. Le delta est considéré comme un piège à sédiments, véritable livre à ouvrir pour remonter le temps et l’histoire de la région. Nous y sommes venus pour analyser et prélever des argiles, des smectites, de l’olivine, des silicates hydratés, mais surtout des carbonates. Une mission de dix ans attend Perseverance ».

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription