24
Ukraine
Guerre en Ukraine : analyse des pertes en blindés, aéronefs et navires
Guerre en Ukraine : analyse des pertes en blindés, aéronefs et navires
© Gaétan Powis

| Gaétan Powis 1218 mots

Guerre en Ukraine : analyse des pertes en blindés, aéronefs et navires

Afin de chiffrer ce premier mois de guerre, voici une première liste des pertes Ukrainiennes et Russes. Elle comprend les différents chars, aéronefs et navires détruits, endommagés ou capturés.

Plus d'un mois de conflit

Le 24 février aux premières heures, les Russes commençaient leur invasion de l'Ukraine. Ce qui semblait parti pour une guerre éclaire de quelques jours s'est très rapidement transformé en une guerre qui dure depuis 36 jours - au moment où cet article est écrit. Grâce aux

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.


Répondre à () :

Hannosset | 31/03/2022 19:03

Cet article souligne justement le problème (insoluble) des avions non furtifs de 4,5ème génération. A moyenne ou haute altitude, ils sont menacés par les S300. A basse altitude (pour échapper aux radars), ils sont détruits par les MANPADS. Les Russes n’auraient eu directement la supériorité aérienne que s’ils avaient eu des avions de 5ème génération (même avec des problèmes de jeunesse...). Ils finiront néanmoins par l’avoir, mais au prix de combien de pertes humaines?

Jean-Pierre | 31/03/2022 19:22

L'avion ne fait pas tout, il faut les munitions adéquates et il semble que les Russes utilisent surtout des bombes lisses et non des munitions de précisions. Dans ce cas, il faut s'approcher très près de l'objectif et donc un avion dit de 5ème génération serait également vulnérable.

Hannosset | 31/03/2022 19:38

@jean pierre. NON ! Pourquoi un avion de 5ème génération, furtif en altitude, irait il s’exposer en basse altitude??? Même les bombes gravitaires ont un CEP de moins de 10 mètres. La moins mauvaises des solutions est de faire ce que l’Inde (qui n’a pas d’avions furtifs) vient de faire en achetant des JDAM américains. Mais ce n’est qu’une emplatre sur une jambe de bois ...

Thibaut Mallet | 31/03/2022 20:53

Pour faire du CAS en haute altitude il faut des pod de designation de tres bonnes qualités ( les russes n en n on pas) ou des forces faisant de la designation d objectif . La precision de la munition n est utile que si on sait ou tirer. Bref ils font du CAS a l ancienne en se prenant toute la ferraille. Parce qu ils n ont pas de capacite SEAD efficace pour voler en moyenne haute altitude. La furtivite n est pas une garantie ( demandez au deux F117 touchés au Kosovo dont un n’est pas rentre)

Hannosset | 31/03/2022 21:20

@Thibaut Mallet. Vous n’avez techniquement pas tout à fait raison mais je ne vais pas entrer ici dans une explication technique. L’essentiel est de retenir que dans un conflit de haute intensité, les avions de 4,5 ème génération sont face à un problème insoluble.

Hannosset | 31/03/2022 21:31

@Thibault Mallet. Les F117, c’est la préhistoire...

Hannosset | 31/03/2022 22:09

@Thibault Mallet. Quant à la capacité SEAD, à part les USA, qui l’a? Aucune autre nation ! Cela fait plus de 30 ans que la France sait qu’elle ne l’a plus. Relisez les livres blancs! Dans le dernier livre blanc, il est indiqué que la France devrait (un jour peut-être...) faire un "effort particulier"... Depuis, madame Parly a déclaré que dans un soucis d’économie et d’intégration dans l’Otan, les F35 s’en chargeront... Que dire de plus ?

Vladimir | 03/04/2022 06:33

Russia china algeria coré du nord Iran Biélorussie chaves ont est près contre le reste du monde sionistes

Vladimir | 03/04/2022 06:34

Russia china algeria coré du nord Iran Biélorussie chaves ont est près contre le reste du monde sionistes

EW | 01/04/2022 10:29

Il y a un gros problème avec le décompte. Rien que sur l'aspect aérien, l'Ukraine disposait de 288 avions de combats (SU-27, MIG-29, SU-24, SU-25), d'après le décompte elle en aurait perdu 11 au total.... Donc la force aérienne Ukrainienne est pratiquement intact. Pourtant il n'y aurait plus qu'une petite dizaine d'appareils en état de vol (SU-25 et SU-24) en réalité, où est passé le reste ? Pourquoi l'Ukraine demande-t'elle des chasseurs si l'essentiel de ses appareils sont toujours là ? Pourquoi ne les utilise-t'elle plus ? Ce que je crois, c'est que les pertes Ukrainiennes sont très largement sous-estimées dans tous les domaines car l'essentiel de la communication vient du côté Ukrainien qui maîtrise très bien l'information.

Neutrino | 01/04/2022 11:33

Imaginons ce qui semble être le cas, que l'Ukraine reçoive des armes anti aériennes de la part des USA très performantes , ils réservent peut être leur aviation pour le moment où le ciel de l'Ukraine sera moins vulnérable à l'aviation russe et alors là les troupes russes au sol vont avoir très mal . Bien évidemment cela n'est qu'une hypothèse.

Coureux | 03/04/2022 08:58

Je cherche à m'informer sur la situation. Merci

Coureux | 03/04/2022 08:59

Je cherche à m'informer sur la situation. Merci

Coureux | 03/04/2022 08:59

Je cherche à m'informer sur la situation. Merci

Coureux | 03/04/2022 09:00

Merci de m'informer

Diallo Alhassane | 03/04/2022 10:48

Je pose la question. Pourquoi la Russie perd autant de blindé en Ukraine ?

Julie | 03/04/2022 11:38

@Diallo Alhassane. Vous posez une très bonne question. La réponse est peut-être à trouver dans les drones "tueurs" et les missiles antichar (sans oublier, bien sûr, le courage des ukrainiens). Mais votre question en appelle une autre : est-il encore pertinent de disposer de chars lourds ? Pour quel usage seraient-ils irremplaçables malgré leur vulnérabilité ? Est-il réaliste de penser refaire la bataille de Koursk ? C'est à ces questions qu'il faudrait répondre avant de poursuivre le programme MGCS que nos amis allemands s'emploie par ailleurs à enliser en vue de l'accaparer. Bien cordialement.

Charles Falcon | 03/04/2022 15:37

L'avenir est aux véhicules dronises et aux automates .On trouvera de moins en moins de volontaires pour griller dans des chars dont la vulnérabilité apparaît aujourd'hui catastrophique.

Julie | 03/04/2022 17:25

@Gaetan Powis. Avez- vous un avis sur la pertinence des chars, et tout particulièrement des chars lourds ?

Gaétan Powis | 03/04/2022 18:44

Il faut différencier l'utilisation des chars par les Russes ou par les troupes de l'OTAN ; la Russie a clairement démontré l'utilisation de groupements de chars indépendants et disposant de peu de soutien. Résultat, un BTR-3/4 (VBCI) accompagné d'infanterie ukrainienne dans Marioupol a détruit un char russe isolé ! Idem pour l'embuscade à l'entrée de Brovary où une colonne de T-72 russes doit reculer en laissant quelques chars aux tapis... suite à des tirs de missiles anti-char d’infanterie. Côté OTAN, on mélange les unités pour créer des groupements tactiques interarmées ; chars, génie, infanterie portée, artillerie,… Le char sert comme arme anti-char et surtout comme canon mobile en soutien à l’infanterie (contre un bunker, une cave etc). L’idée est de déployer un maximum de moyen différents pour pouvoir se couvrir mutuellement ! Koursk au sein de l’OTAN ? ça s’appelle Tempête du désert ! Il suffit de voir l’utilisation de la division Daguet ; soutien blindé au XVIIIe corps en rase campagne, sans oublier la couverture hélico de l'ALAT. N’importe quel combat en rase campagne demande l’utilisation de blindés de tout types afin de détruire les blindés ennemis. Dès que les mouvements ralentissent (forêts, villes,...), le char devient alors une unité de soutien.

Julie | 03/04/2022 18:59

@Gaetan Powis. Merci beaucoup pour vos éclaircissements. Bonne soirée.

Julie | 03/04/2022 23:25

@Gaetan Powis. Encore un petit mot si vous le voulez bien. De l'aveu même de la Reichwher, le meilleur char en 1940 était le B1bis à moteur Renault. Les allemands n'en sont pas venus à bout avec leur propres chars mais avec des Stukas et des canons anti-aeriens de 88 mm mis "à l'horizontale". Aujourd'hui, les Stukas sont des drones et les canons de 88 mm sont des missiles anti- chars qui peuvent même agir au-delà de l'horizon en étant guidé, par exemple, par un drone. Si je comprends bien l'intérêt d'engins blindés pour diverses missions telles que l'appui d'infanterie, je peine à comprendre l'intérêt de disposer de chars lourds dans les conflits d'aujourd'hui ou à venir. Sauf à penser que cet intérêt est industriel, mais cela est une autre histoire Savez-vous qu'il y a environ un an (je n'ai plus en tête la période précise) les anglais avaient décidé de ne pas donner de suite au Challenger avant de revenir sur leur décision, Ceci montre bien que s'interroger sur la pertinence des chars lourds a du sens, d'autant plus qu'il faut gérer des priorités. On pourrait revenir sur celles-ci si vous le souhaitez. Bien cordialement.

Eric | 04/04/2022 21:11

Je pense que pour la destruction masdive des chars , ce sui semble vraiment être le cas. C'est une combinaison de facteurs : emploi de système extrêmement performant comme les drones, le javelin et autres. Un renseignement temps réel des forces ukrainiennes par l'occident (sat elint et comint)Des militaires Russes certainement exténués par des mois de manoeuvre, absence de logistique, periode defavorable pour les chars (bourbier), emploi de petits groupes hyper efficaces et biens armés. Stratégie de deploiement par colonnes monstrueuses etc.

Gay | 04/04/2022 20:21

Hhhhh

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité