1
Défense
Drones turcs dans le Dombass
Drones turcs dans le Dombass

| Yannick Genty-Boudry

Drones turcs dans le Dombass

Kiev vient d'effectuer son premier vol de reconnaissance au moyen d'un drone turc Bayraktar TB2. Un drone armé qui dispose à son actif de la destruction de plusieurs systèmes anti-aériens de courte portée Pantsir S1 en Libye, au Yémen, en Syrie, et en Arménie.

Drone turc dans le Donbass

L’armée ukrainienne a utilisé pour la première fois le drone turc Bayraktar TB2 pour survoler la région du Donbass, selon le vice-président de la commission ukrainienne aux questions de sécurité nationale, de renseignement et de défense, Youri Misyagine. Selon la presse ukrainienne, le vol aurait eu lieu le 9 avril.

 

Q=48

Le contrat pour l’achat des drones Bayraktar TB2 avait été conclu en janvier 2019. Au total, l’Ukraine souhaite en acquérir 48 unités. Les premières livraisons ont débuté en mai 2019. Deux années ont donc été nécessaires pour former les opérateurs ukrainiens et créer un premier escadron opérationnel. Les autorités ukrainiennes avaient également proposé à leurs homologues turcs de construire le premier batch de 12 drones en Ukraine au travers de la start-up Black Sea Shield. Aucun accord n’a toutefois été conclu sur ce point, car des compensations avaient déjà été consenties avec une autre start-up ukrainienne qui réalise des éléments de motorisation et d'armements guidés pour le drone turc Anka de TAI. Fin mars, les forces armées ukrainiennes ont mené des exercices de reconnaissance et de frappes au moyen des armements MAM-C et MAM-L du TB2 dans la région de Kherson. En janvier dernier, Kiev a fait savoir qu'elle envisageait une commande de 5 drones supplémentaires pour équiper ses forces navales.

 

Escalade

Le drone armé turc Bayraktar TB2 est surtout connu comme un « tueur de Pantsir », le système anti-aérien à courte portée russe, depuis ses succès en Libye, en Syrie, au Yémen, et en Arménie. Le déploiement de ce drone turc à la frontière de la région sécessionniste du Donbass peut donc constituer une menace pour les Pantsir et autres systèmes anti-aériens qui pourraient y être installés, pour offrir à Kiev la reprise du ciel. Mais rappelons que les nouveaux Pantsir S2 (acquis par Alger) et SM déployés en Syrie par Moscou sont dotés de systèmes anti-drones désormais (contrairement à la version S1 conçue il y a une vingtaine d'années). Aucune perte n'a d'ailleurs été enregistrée depuis 2019. En outre, les russes ont appris du conflit arménien, et ont constaté que le SA-15 Tor M2 était lui beaucoup plus efficace et plus adapté aux menaces qui évoluent à basse altitude. Il aurait d'ailleurs détruit prés de 9 TB2 azéris. L'utilisation intensive par Kiev du TB2 pour des missions de frappes risquent de radicaliser dangereusement le conflit. Et ce en offrant le prétexte à une escalade, sans forcément obtenir de gains substantiels sur le terrain.

Répondre à () :


Captcha
Jacot la Paille | 13/04/2021 18:59

Tueur de pantsir quand les Russes ne sont jamais à la manœuvre, c'est bon ca.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription