3
Ukraine
Deux mois de guerre en Ukraine : quelles pertes aériennes ?
Deux mois de guerre en Ukraine : quelles pertes aériennes ?
© Air&Cosmos

| Gaétan Powis 1179 mots

Deux mois de guerre en Ukraine : quelles pertes aériennes ?

Cet article regroupe les pertes en avions, drones et hélicoptères des deux parties au conflit. Les chiffres présentés dans cet article ne représentent que les appareils perdus, endommagés,... confirmés. Les nombres présentés permettent donc d'avoir une idée des pertes en matériel aérien à minima pour les Ukrainiens et les Russes.

Diversification des pertes russes

Dès le début de l'invasion, la Russie annonce que sa force aérienne a pu installer une suprématie aérienne au-dessus de l'Ukraine. Cette suprématie implique une liberté de mouvement totale au-dessus du théâtre d'opération. Cela n'a jamais été le cas ; l'Armée ukrainienne dispose d'une variété de systèmes MANPAD mais aussi de systèmes mobiles de courte, moyenne et longue portée. La Slovaquie a même cédé sa seule et unique batterie anti-aérienne longue portée S-300 à l'Ukraine (article sur ce sujet). 

Dès lors, ces défenses continuent d'infliger des pertes aux Forces aérospatiales russes (trois exemples disponibles dans cet article). La perte d'un Su-35 le 3 avril dernier a deux conséquences :

  • La perte de cet appareil est un coup au moral pour la Russie puisqu'il s'agit de l'avion de combat multirôle le plus moderne actuellement en service au sein des Forces aérospatiales russes. En d'autres termes, même en pilotant un appareil moderne, un pilote russe peut tout à fait être abattu par les Ukrainiens.
  • C'est aussi un double aveux que la Russie n'a pas la capacité de détruire les défenses aériennes ukrainiennes ; le simple fait que l'avion a été abattu le démontre mais en plus, l'avion était justement équipé pour effectuer une mission de destruction de défenses aériennes (SEAD). Normalement, les mission SEAD sont lancées en masse au début d'une guerre pour pouvoir faciliter les mouvements aériens amis lors du conflit. Or, la mission a été effectuée un peu moins de 40 jours après le début du conflit !

Du côté des hélicoptères, les pertes augmentent également : plusieurs Ka-52 ont été détruits durant ce second mois de guerre, ainsi qu'un Mi-28. Plusieurs vidéos montrent que les hélicoptères russes volent de plus en plus bas mais cela n'empêche pas les tirs directs ou les tirs de MANPAD, comme c'est le cas dans la vidéo ci-jointe.

Par ailleurs, l'augmentation des vols de drones russes sur le théâtre d'opération voit aussi une augmentation des pertes :

  • Après un mois, en ce qui concerne le drone léger Orlan-10, les Ukrainiens en ont abattus 5 et capturés 2.
  • Après deux mois de conflit, le total monte à 18 Orlan-10 détruits et 9 capturés.

Durant les 30 derniers jours de guerre, les Ukrainiens ont également détruits en vol un d'un drone de plus grande taille et assez récent de type Orion.

D'ailleurs, en ce qui concerne les Orlan-10, de nombreuses vidéos montrent que plusieurs de ces drones capturés sont en réalité fortement bricolés avec une bouteille en plastique qui fait office de réservoir et d'un appareil photo modifié en tant que capteur de prises de vue. 

Cette pratique pose question : est-ce que les Russes disposent réellement de technologies avancées en ce qui concerne leurs drones légers. Pour l'Orlan-10, le capteur est un simple appareil photo Canon 800D (hormis quelques exceptions) avec certaines parties amovibles collées pour éviter d'avoir des changements de zoom durant le vol. Ce modèle est sorti en 2017 et est disponible pour un peu moins d'un millier d'euros en grande surface. La plupart des drones capturés sont aussi réparés grâce à du ruban adhésif (visible sur la photos ci-dessous), laissant à penser que les pilotes n'ont pas l'habitude de les utiliser ou en tout cas, de choisir une zone d'atterrissage dégagée.

Orlan-10(1).jpg
Sur cette image, on aperçoit clairement que le "capteur" de prise de vue n'est réalité qu'un appareil photo Canon 800D. ©
Orlan-10(1).jpg
Orlan-10(2).jpg
Le réservoir en bouteille de plastique. ©
Orlan-10(2).jpg

Ces pertes ont également un impact budgétaire pour les Forces Armées russes : en 2019, la Russie allouait environ 104 milliards de dollars à ses Forces armées, soit un total de 3,8% de son PIB. Or, en comptabilisant les pertes en hélicoptères et en avions, les Forces aérospatiales russes auraient donc perdu un minimum de 1,5 milliards de dollars en matériel aérien entre le 24 février et le 24 avril 2022. Ce montant équivaut à 1,44% de l'entièreté du budget défense de la Russie.

Liste des pertes aériennes russes confirmées entre le 24 février et le 24 avril 2022.
Liste des pertes aériennes russes confirmées entre le 24 février et le 24 avril 2022. © Air&Cosmos
Liste des pertes aériennes russes confirmées entre le 24 février et le 24 avril 2022.

La Force aérienne ukrainienne est toujours active

C'est l'autre partie étonnante de ce conflit en termes de moyens aériens : les Ukrainiens continuent d'utiliser des hélicoptères et des avions de combat après deux mois de conflit. La preuve la plus connue reste l'attaque de deux hélicoptères de combat ukrainiens attaquant un dépôt de carburant à Belgorod... en Russie ! Les quelques images d'avions disponibles au décollage sont toutefois floutées pour éviter toute géolocalisation de la part des Russes. Il semblerait que les Ukrainiens disposent encore d'aéroports en service dans l'Ouest et que des routes sont utilisées comme pistes avancées.

Bien évidemment, la puissance aérienne ukrainienne a été fortement diminuée durant les premiers jours du conflit et encore récemment, les sorties aériennes russes étaient estimées à 200 vols pour jours contre une dizaine pour les Ukrainiens. Il y a donc une opposition en termes de forces aériennes aux appareils russes. En combinant la capacité de défense aérienne ukrainienne, la Russie ne dispose que d'une supériorité aérienne. D'ailleurs, le chiffre des sorties d'appareils ukrainiens devrait légèrement augmenter puisque les États-Unis ont livré des pièces de rechange permettant à l'Ukraine de remettre en état de vol une vingtaine d'avions de combat. Le porte-parole du Pentagone avait aussi ajouté qu'un pays soutenant l'Ukraine avait livré des avions de combat mais cette annonce a toutefois été démentie par après par l'Ukraine.

Par ailleurs, les Russes se battant dans Marioupol ont capturé des armes occidentales livrées après l'encerclement de la ville, posant ainsi de nombreuses questions sur l'efficacité de cet encerclement. Les armes ont en fait été livrées par des rotations d'hélicoptères de transport moyens Mi-8 ukrainiens. Toujours du côté des hélicoptères, les Russes ont annoncé avoir capturé un nombre important d'hélicoptères de combat Mi-24 sur l'aéroport de Kherson. Cependant, les différents relevés satellites montrent clairement que ces hélicoptères n'ont pas bougé de l'aire parking, en tout cas, par leurs propres moyens, depuis 2016 ! Ces hélicoptères ne sont très probablement pas en état de voler et encore moins de combattre. Ils ne sont donc pas comptés dans le chiffres présentés ci-dessous. Cet aéroport avait d'ailleurs été la cible des Ukrainiens : plusieurs hélicoptères ont été détruits. L'aéroport a ensuite été vidé par les Russes et les hélicoptères endommagés ont été tout bonnement évacué par la route en étant tiré par des camions.

Evacuation d'un Mi-28 russe par la route. L'hélicoptère aurait été endommagé durant l'attaque ukrainienne de l'aéroport de Kheron et n'a donc pas pu quitter les lieux par ses propres moyens.
Evacuation d'un Mi-28 russe par la route. L'hélicoptère aurait été endommagé durant l'attaque ukrainienne de l'aéroport de Kheron et n'a donc pas pu quitter les lieux par ses propres moyens. ©
Evacuation d'un Mi-28 russe par la route. L'hélicoptère aurait été endommagé durant l'attaque ukrainienne de l'aéroport de Kheron et n'a donc pas pu quitter les lieux par ses propres moyens.

En terme de budget et seulement pour les avions, les hélicoptères et les drones TB2, l'Ukraine a perdu au minimum 0,493 milliards de dollars, soit 5,08% du budget Défense de l'Ukraine en 2019 (environs 9,7 milliards de dollars ou 3,4% du PIB). Toutefois, contrairement à la Russie, ce chiffre diminue légèrement puisque l'Ukraine peut compter sur des livraisons de matériels de la part d'autres pays, et notamment d'hélicoptères ex-Afghans ou prévu pour l'Armée de l'Air Afghane, mais stockés aux États-Unis depuis le changement de régime de ce pays.

Pertes aériennes ukrainiennes.jpg
Liste des pertes aériennes ukrainiennes confirmées entre le 24 février et le 24 avril 2022. © Air&Cosmos
Pertes aériennes ukrainiennes.jpg

Résumé des pertes aériennes

Résumé des pertes aériennes confirmées entre le 24 janvier et le 24 avril.
Résumé des pertes aériennes confirmées entre le 24 janvier et le 24 avril. © Air&Cosmos
Résumé des pertes aériennes confirmées entre le 24 janvier et le 24 avril.

Les différents chiffres sont basés sur plusieurs sites internets, trackers sur les réseaux sociaux ou encore la carte des opérations en Ukraine d'Air&Cosmos. Dès lors, ces chiffres ne concernent que les pertes confirmées et représentent le minimum des pertes des deux parties au conflit.


Répondre à () :

JP | 28/04/2022 18:44

(JP). La perte du SU35 russe fait penser à la perte du F117 américain en Yougoslavie. Ce qui se fait "de mieux" n'est pas forcement invincible, d'où qu'il vienne.

Elvis | 17/05/2022 19:18

La rédaction fait tout son possible pour montrer que la Russie a plus perdu que l'Ukraine. Propagande

Michel | 19/05/2022 11:53

Tu as des preuves que c'est de la propagande quels sont tes sources ?

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité