0
Défense

DASSAULT AVIATION PRÉSERVE SES RÉSULTATS

ANALYSE NÉANMOINS, LA BAISSE D'ACTIVITÉ SUR LE SEGMENT AVIONS D'affaires ET L'ABSENCE D'UN AUTRE CONTRAT RAFALE COMMENCENT À PESER SUR LES PERSPECTIVES DU CONSTRUCTEUR FRANÇAIS.

AVIATION vec un chiffre d'affaires de 1,662 Md€ au premier semestre 2016, quasiment stable par rapport à la même période de 2015 (1,675 Md€), et un résultat opérationnel en recul de près de 13 %, Dassault Aviation a réussi à préserver l'essentiel dans un contexte de faiblesse continue du marché de l'aviation d'affaires. Le constructeur n'a en effet livré que quinze jets Falcon sur les six premiers mois de 2016 contre respectivement dix-huit et 25 durant les mêmes périodes de 2015 et 2014.

DASSAULT Ce qui explique que le chiffre d'affaires Falcon ait fondu de 66 M€ par rapport au premier semestre 2015 pour s'établir à 853 M€.L'activité Défense a certes progressé de 7 % à 809 M€, mais pas suffisamment pour compenser la baisse sur la famille Falcon.DassaultAviation continue de livrer plus qu'il n'engrange de commandes. La commande des 24 Rafale par l'Egypte au premier semestre 2015 avait permis de propulser les prises de commandes à 4,33 Md€.

Faute de nouveau contrat, les prises de commandes sont retombées à 1,38 Md€, le marché de rénovation du Mirage 2000D n'étant venu que très partiellement amortir la chute d'un semestre à l'autre. D'autant que la progression des ventes nettes de Falcon a été là aussi insuffisante pour jouer un rôle d'amortisseur.Au premier semestre 2015, Dassault avait enregistré 25 ventes de Falcon, mais aussi l'annulation de vingt appareils destinés à NetJets.

Au premier semestre 2016, le constructeur en a vendu un peu moins, 22, mais accusé moins d'annulations : onze Falcon 5X, conséquence du retard de Safran Aircraft Engines sur le moteur Silvercrest.L'année 2016 se jouera donc entièrement sur le second semestre. Mais pas du côté jets d'affaires puisque Dassault ne prévoit finalement que 50 Falcon livrés sur l'ensemble de 2016 contre les 60 initialement prévus. En 2015, le constructeur en avait livré 55.

Et cette tendance baissière va se poursuivre aux dires d'Eric Trappier, président de Dassault Aviation. « Nous nous installons dans un niveau bas pendant un certain temps. Et le phénomène touche tous les segments du marché », a-t-il souligné lors de la présentation des résultats semestriels.Et de poursuivre :« Il est difficile de dire quand la reprise se fera sentir.D'ici deux à trois ans? Je ne sais pas. » Le militaire viendra donc compenser le civil. Dassault prévoit de livrer neuf Rafale en 2016 (six pour la France et trois pour l'Egypte) contre huit en 2015. Malgré cela et malgré le contrat de rénovation des Mirage 2000D, le chiffre d'affaires global sera inférieur aux 4,176 Md€ engrangés sur l'ensemble de 2015 qui incluait la modernisation des Mirage 2000 indiens. Quant aux prises de commandes, seul un nouveau contrat Rafale leur permettra de rebondir au-delà des 4 Md€ enregistrés en 2015.

La balle est donc dans le camp de l'Inde avec laquelle « 99,9 % des sujets ont été réglés »,souligne le président de Dassault Aviation, qui rappelle que la production du Rafale, qui est de deux par mois,pourra monter à trois par mois en cas de nouveaux contrats à l'export, mais aussi passer à un par mois si ces contrats tardaient.

¦ Yann Cochennec @YannCochennec

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription