0
Les Dossiers d'Air&Cosmos
Comprendre la politique de défense de l'Allemagne
Comprendre la politique de défense de l'Allemagne
© Bundeswehr

| BOQUET Justine

Comprendre la politique de défense de l'Allemagne

ALORS QUE LE COUPLE FRANCO-ALLEMAND CONTINUE DE DÉVELOPPER DES DOMAINES DE COOPÉRATION, CES DEUX PARTENAIRES DISPOSENT D’UNE VISION DE LA DÉFENSE BIEN DIFFÉRENTE. COMPRENDRE L’ÉVOLUTION DE LA POLITIQUE DE DÉFENSE ALLEMANDE PERMET DE MIEUX APPRÉHENDER LES RÉACTIONS ET POSITIONS GERMANIQUES SUR LES DOSSIERS MILITAIRES.

Contraction budgétaire. 

Pendant de nombreuses années, suite à la Seconde Guerre mondiale, la défense allemande et son volet capacitaire ont connu une érosion importante. « Les questions capacitaires ont occupé une place secondaire dans la politique militaire allemande depuis la réunification. Lors des réformes de 1990, 1995, 2000, 2004 et 2010-2011, la Bundeswehr a, il est vrai, tenté de préserver la totalité du spectre de ses capacités et de se ménager une marge de modernisation. Cependant, les discussions fondamentales ont été majoritairement accaparées par les restrictions budgétaires qui ont conduit à la contraction et à la rationalisation de l’appareil de défense et par les doutes quant à la priorité à accorder aux engagements extérieurs », peut-on lire dans le rapport de Gaëlle Winter, Le Redressement capacitaire de la Bundeswehr : un parcours du combattant

 

Enjeu capacitaire.

Les politiques conduites depuis plusieurs années tendent à redonner à l’Allemagne une capacité militaire crédible, dans un contexte social complexe, profondément marqué par l’histoire. « Depuis fin 2013, la question capacitaire a été réintroduite dans le débat jusqu’à s’imposer comme un enjeu majeur, aux côtés de la problématique du rôle de l’Allemagne sur la scène internationale et dans les affaires militaires », ajoute la chercheuse de la FRS (Fondation pour la recherche stratégique). 

 

Moyens.

Une nécessité au regard des capacités de défense allemandes réduites à peau de chagrin et ne permettant pas à Berlin d’adopter une posture crédible sur les questions militaires et d’engagements opérationnels. Ce chantier sera en particulier porté par Ursula von der Leyen, nommée ministre de la Défense en décembre 2013. Celle-ci décide ainsi de se saisir des questions capacitaires et dénonce un modèle d’armée qui se concentrait alors essentiellement sur « le maintien de l’ensemble des capacités dans des quantités toutefois limitées », explique Gaëlle Winter.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription