0
Défense
Budget : 39,2 Md€ pour la défense
Budget : 39,2 Md€ pour la défense
© Armée de l'air et de l'espace

| BOQUET Justine

Budget : 39,2 Md€ pour la défense

Le Ministère des Armées a détaillé le projet de loi de finances des armées pour 2021. 39,2 Md€ devraient ainsi être consacrés à la défense, soit une hausse de 4,5% par rapport à 2020.

Un budget en augmentation.

Lundi 28 septembre, le Ministère des Armées a présenté son projet de loi de finances, qui vise à consacrer 39,2 Md€ aux armées, soit une hausse de 1,7 Md€ par rapport à 2020, où il s'élevait à 37,5 Md€. Inscrit dans la ligne donnée par la LPM 2019-2025, le budget 2021 poursuit l'objectif de remontée en puissance des armées avec deux grandes priorités : « réparer nos armées » et « préparer l'avenir », rapporte le Ministère des Armées. « Il existe une volonté du gouvernement d'augmenter les moyens des armées et de leur donner les capacités à intervenir à l'extérieur et à l'intérieur de nos frontières », complète le MinArm. L'annonce du PLF permet ainsi de poursuivre une hausse budgétaire entamée il y a désormais 3 ans. Alors qu'en 2017 le budget alloué aux armées était de 32,2 Md€, une hausse de 7 Md€ est constatée sur la période.


 

Plan de relance.

Ce budget permettra notamment de soutenir la BITD française, impactée par la crise économique provoquée par le Coronavirus. « Le budget 2021 est une contribution à la relance de l'économie dans le secteur de la défense », spécifie le Ministère des Armées, en rappelant qu'il s'agit d'un domaine porteur en matière d'emploi (200 000 emplois en France) et de débouchés pour les industriels. Ainsi, en 2021, l'industrie de défense devrait bénéficier de 22 Md€ d'investissements de la part du MinArm. « Le budget contribuera au maintien de l'activité nationale car il irrigue l'économie et les territoires », insiste le Ministère des Armées. Afin de soutenir les mesures visant à lutter contre le chômage dans un contexte économique complexe, les armées prévoient par ailleurs le recrutement de 27 000 personnes l'année prochaine, avec un nombre important d'opportunités dans le domaine du renseignement et du cyber. Le soutien à la BITD, rappelle le Ministère des Armées, s'est déjà traduit par le plan de relance avec les commandes des 3 Airbus A330 devants être convertis en MRTT, de 8 hélicoptères Caracal, d'un avion léger de surveillance et de reconnaissance, d'un système de drone aérien pour la Marine nationale ou encore de 10 systèmes de mini-drones, voués également à la Marine.
 

Commandes d'équipements.

Outre les commandes passées à travers le plan de relance, l'année 2021 devrait également enregistrer plusieurs autres contrats. 44,7 Md€ d'autorisations d'engagements sont ainsi prévus « dont 40 Md au titre des équipements des armées », précise le MinArm. Parmi les grands axes d'investissements de ce nouveau PLF figurent la hausse des crédits accordés à la protection (ce qui passera notamment par un budget en hausse de 27% pour le service de santé des armées) et la modernisations des équipements avec de nombreuses livraisons de matériels attendues – dont 1 Caïman pour l'armée de Terre, 1 NH90 et 2 ATL2 rénovés pour la Marine, 3 MRTT, 1 A400M, 1 satellite Ceres, 14 Mirage 2000D rénovés et 2 C-130 rénovés pour l'armée de l'Air et de l'Espace. Du côté des commandes sont notamment attendus les 30 premiers HIL, le lancement des démonstrateurs SCAF ou encore les missiles MICA de nouvelle génération. « 7,7 Md€ seront consacrés aux équipements », résume finalement le Ministère des Armées. Autre axe majeur de ce PLF : disposer d'une armée à hauteur d'homme. Une volonté qui se traduira, entre autres, par la création de 300 emplois, par la réforme de la rémunération, la poursuite du plan famille ou encore l'amélioration des conditions d'hébergement des militaires. La préparation du futur sera aussi mise à l'honneur, à travers les programmes SCAF, de futur char de combat ou encore de porte-avions de nouvelle génération. Enfin, dernier axe majeur de ce PLF : « la consolidation de l'autonomie stratégique ». Cela passera notamment par un investissement dans le domaine spatial, à hauteur de 224 M€ pour le développement de nouvelles capacités. L'innovation sera également largement soutenue, avec 901 M€ de crédits consacrés aux études amont, soit 10% de plus par rapport à 2020.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription