1
Industrie
Boeing 737MAX : L'EASA détaille sa proposition de retour en vol
Boeing 737MAX : L'EASA détaille sa proposition de retour en vol
© Boeing

| Antony Angrand

Boeing 737MAX : L'EASA détaille sa proposition de retour en vol

L’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne (AESA) a publié une proposition de consigne de navigabilité concernant le Boeing 737 MAX pour consultation publique, signalant son intention d’approuver le retour de l’avion dans le ciel européen d’ici quelques semaines. Le Boeing 737 MAX a été cloué au sol par l’AESA le 12 mars 2019, à la suite des deux accidents dans lesquels 346 personnes ont perdu la vie.

Une évaluation objective et indépendante du 737MAX

« L’AESA a clairement indiqué dès le départ qu'elle procéderait à sa propre évaluation objective et indépendante du 737 MAX, en étroite collaboration avec la FAA et Boeing, afin de nous assurer qu’il ne peut y avoir de répétition de ces accidents tragiques, qui ont touché la vie de tant de personnes », a déclaré patrick Ky, directeur exécutif de l’AESA. « Je suis convaincu que nous n’avons laissé aucune pierre non retournée dans notre évaluation de l’avion avec son approche de conception modifiée, a t-il ajouté. « Chaque fois qu’il est apparu que les problèmes étaient résolus, nous avons creusé plus profondément et posé encore plus de questions. Le résultat a été un examen approfondi et complet de la façon dont cet avion vole et de ce que c’est que pour un pilote de piloter le MAX, ce qui nous donne l’assurance qu’il est maintenant sûr de voler », a t-il poursuivi.

Les enquêtes sur les deux accidents ont montré que la cause principale était due à un logiciel connu sous le nom de Système d’augmentation des caractéristiques de manoeuvre (MCAS), qui visait à rendre l’avion plus facile à contrôler. Toutefois, le MCAS, guidé par un seul capteur d'angle d’attaque (AoA), a modifié l'assiette de l’avion en assiette à piquer irrécupérable, menant finalement dans chaque cas à une perte totale de la maîtrise de l’avion.

Facteurs humains 

L’analyse des facteurs humains était un autre domaine d’intérêt fondamental, afin de s’assurer que les pilotes reçoivent les bonnes alertes dans le poste de pilotage en cas de problème, ainsi que les procédures et la formation nécessaires pour savoir comment intervenir. Un problème fondamental du MCAS d’origine est que de nombreux pilotes ignoraient sa présence, outre le fait que les deux appareils qui se sont écrasés étaient dénués de témoin lumineux avertissant le ou les pilotes que le capteur AoA était défectueux.

Un programme de formation obligatoire pour les pilotes

C’est pourquoi l’AESA propose que les modifications apportées à la conception de l’aéronef, qui seront exigées par la consigne finale de navigabilité, soient accompagnées d’un programme de formation obligatoire pour les pilotes, avec formation sur simulateur de vol, afin de s’assurer que les pilotes connaissent tous les aspects du système de commandes de vol du Boeing 737 MAX et réagissent de façon appropriée aux scénarios de défaillance typiques.

La consigne de navigabilité proposée par l’AESA est maintenant ouverte pour une période de consultation de 28 jours. Une fois cette période passée, l’AESA prendra le temps d’examiner les commentaires formulés avant de publier sa consigne finale de navigabilité. Cette publication finale est attendue à partir de la mi-janvier 2021 et constituera la décision officielle de levée d'immobilisation au sol de tous les 737 MAX exploités par des compagnies aériennes des États membres de l’AESA. 

Après le retour en service, l’AESA s’est engagée à surveiller l’avion de près, afin de permettre une détection précoce de tout problème qui pourrait survenir. 

https://www.air-cosmosboutique.com/produit/abonnement-numerique-1-an-aircosmos/

Répondre à () :


Captcha
Ck | 26/11/2020 13:43

Quid ?crainte des passagers de monter de nouveau à bord.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription