0
Aviation Civile
Biocarburant : la Suède doit rattraper son retard © ATR

| yann cochennec

Biocarburant : la Suède doit rattraper son retard

Le phénomène "Flygskam" ou "honte de l'avion" est né de la frustration d'une certaine partie de la population suédoise devant l'inaction des gouvernements suédois à développer une filière biocarburant alors que la Suède a les moyens de le faire.

Paradoxe. Alors que la Suède dispose d'importants moyens naturels pour développer une filière biocarburant, les gouvernements successifs de ce pays ont été incapables, à ce jour, de mettre en place les dispositifs réglementaires, fiscaux, financiers et techniques nécessaires au démarrage d'une telle filière. Pas surprenant donc qu'un phénomène comme le "Flygskam" ou "honte de l'avion" soit né dans ce pays. La Suède possède à elle seule près de 18 % de la totalité des forêts de l'Union européenne (15 % en exploitation industrielle). Ce pays possède 22 millions d'hectares avec un taux de boisement supérieur à 70 %. Bref, la Suède dispose d'énormes ressources naturelles pour développer une filière biocarburant à base de déchets forestiers. Le gouvernement suédois a préféré aller au plus facile, comme d'autres, et avec une vision à court terme : mettre des taxes sur les émissions de CO2 sur tous les vols décollant du pays. Le cas suédois est d'autant plus intéressant qu"il pourrait finalement se décliner à l'échelle de l'Europe. Aux futurs nouveaux élus du Parlement européen et à la Commission européenne de pousser au développement d'une filière biocarburant. D'autant qu'il n'y a pas que les déchets forestiers. Pendant cinq ans, compagnies aériennes, motoristes, constructeurs d'avion ont testé une multitude de biocarburants avec toutes sortes d'avions et de moteurs. Tout a été techniquement validé et désormais prêt à voler. Il ne reste plus qu'à produire.

Biocarburants Suède

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription