1
Industrie
ATR 42-600S : vers un premier vol en 2023
ATR 42-600S : vers un premier vol en 2023
© ATR

| Yann Cochennec

ATR 42-600S : vers un premier vol en 2023

La crise créée par la pandémie a parfois "chamboulé" les calendriers initiaux des programmes. Le premier vol de la version à décollage et atterrissage court de l'ATR 42-600 se fera en 2023.

ATR 42-600S : 20 exemplaires déjà vendus

Initialement programmé pour 2022, le premier vol de la version à décollage et atterrissage court de l'ATR 42-600 se fera finalement en 2023. La crise est venue perturber le calendrier initial de quelques mois puisque le constructeur franco-italien de turbopropulseurs tablait sur une certification durant le second semestre 2022 avec une première livraison dans la foulée. Pour l'instant, l'ATR 42-600S (S pour STOL) s'est vendu à 20 exemplaires auprès de quatre clients : dix par le loueur Elix Aviation Capital, trois pour PNG Air, la compagnie aérienne de Papouasie-Nouvelle Guinée, deux pour Air Tahiti et cinq de la part d'un client qui souhaite toujours rester anonyme.

Etre prêt pour la vague de remplacement

ATR avait engrangé les premières commandes lors de l'édition 2019 du Salon du Bourget avec un carnet de départ et un potentiel à venir qui permettait au constructeur de lancer officiellement le programme quelques mois plus tard. Avec la capacité de décoller et d'atterrir sur des pistes de seulement 800 mètres (contre 1 050 mètres pour une version classique), l'ATR 42-600S s'ouvre le marché des opérateurs insulaires et de ceux qui desservent des aérodromes avec des pistes très courtes, en haute montagne par exemple. Dans le monde, pas moins de 500 aéroports disposent d'une piste entre 800 et 1 000m. Avec en toile de fond, la prochaine vague de remplacement des Saab 340 dont la flotte encore en service affiche un âge moyen qui dépasse les 25 ans. L'essentiel pour ATR est donc d'être prêt le moment venu.

Un avion modifié pour le STOL

Si l'ATR 42-600S ne demande pas de nouvelle certification de type, l'appareil intègre une série de modifications pour satisfaire à son exploitation en conditions STOL comme l'introduction d'une gouverne de direction plus grande, permettant un contrôle accru de l'avion à basse vitesse. propulsé par les mêmes moteurs Pratt & Whitney que les autres ATR 42 et 72, l’ATR 42-600S permettra toutefois aux pilotes de choisir entre la puissance de l’ATR 42 et celle du 72, "de sorte que l'avion pourra utiliser une puissance accrue pour exécuter des opérations STOL, ou fonctionner plus efficacement avec moins d'énergie sur des pistes plus longues". Enfin pour les atterrissages courts, l'appareil pourra aussi déployer ses spoilers symétriquement pour améliorer l'efficacité du freinage. Il sera en outre équipé d'un système de freinage automatique pour assurer une pleine puissance de freinage dès l'atterrissage.

 

Répondre à () :


Captcha
Pierre Lantier | 23/03/2021 13:49

Pour connaître les dessous du scandale de la privatisation de l'aéroport de Toulouse et la manière dont la Chine a dépecé un Airbus A320 pour le copier au profit de son avion commercial, lisez "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez C.LC. Editions. Une lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible sur amazon.fr et fnac.com

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription