18
Industrie
Aéronautique : Le "Oui à l'aviation !" de 44 sénateurs
Aéronautique : Le "Oui à l'aviation !" de 44 sénateurs
© DR

| La rédaction 618 mots

Aéronautique : Le "Oui à l'aviation !" de 44 sénateurs

Dans une tribune, Bruno Belin, sénateur de la Vienne, accompagné de 43 autres sénateurs, prônent un secteur aéronautique utile, propre et nécessaire.

L’aviation est utile !

La crise sanitaire l’a prouvé ! Bon nombre de vols ont permis de sauver des vies par l’acheminement de masques, d’équipements médicaux, de vaccins et même par le transfert de patients atteints de la Covid-19 dans les régions où les hôpitaux étaient saturés.

L’aviation est un mode de transport au service des territoires permettant la liaison entre les bassins économiques. Les échanges commerciaux peuvent devenir ainsi planétaires grâce au transport de marchandises et grâce aux hubs.

Nous pouvons également compter sur l’aviation pour assurer notre sécurité. Prenons l’exemple des feux de forêts, véritable fléau du sud de la France durant l’été. Les sapeurs-pompiers disposent ainsi d’avions bombardiers d'eau tels que Canadair et Tracker afin de renforcer les moyens de sécurité terrestres.

L’aviation est propre !

L’ensemble des acteurs du secteur aéronautique s’est totalement impliqué et engagé dans l’édit « Green deal ». L’objectif est simple : atteindre la neutralité carbone. Et pour cela ils ont mis en place une feuille de route préconisant l’investissement massif du renouvellement des flottes aérienne avec des avions de dernières générations plus légers et plus économes en carburant (environ 2 milliards d’euros par an) et axant sur la recherche et le développement des carburants durables et par conséquent l’adaptation des infrastructures. D’ores et déjà de nombreuses mesures sont mises en place telle que la compensation d’émissions de CO2 afin de financer l’innovation écologique.

Il est à noter que le secteur aérien ne représente seulement que 2,5% des émissions de CO2 et reste le mode de transport occupant le moins de surfaces au sol tout en préservant l’espace naturel et agricole.

L’aviation est nécessaire pour demain !

L’aviation est une véritable valeur ajoutée pour notre pays. C’est un fleuron de notre industrie. Nous sommes l’un des seuls pays à être doté de l’ensemble de la filière aéronautique, allant de l’industrie aux aéroports en passant par les compagnies aériennes. Grâce aux plus de 300 000 emplois directs, le secteur aéronautique représente près de 5% du PIB. C’est une force pour l’économie de nos territoires grâce à son maillage permettant ainsi la connectivité et la mobilité. C’est une chance également pour le tourisme avec plus de 200 millions de voyageurs par an.

L’aviation c’est de l’emploi, de l’aménagement du territoire, de l’économie, du tourisme, de l’utilité, de la sécurité, de l’innovation, de l’adaptation, du transport. Oui l’aviation n’est pas un problème, il est une solution à la transition énergétique !

Cosignataires :

Bruno BELIN, Sénateur de la Vienne
Jean-Michel ARNAUD, Sénateur des Hautes-Alpes
Serge BABARY, Sénateur d'Indre-et-Loire
Catherine BELRHITI, Sénatrice de la Moselle
Christian BILHAC, Sénateur de l'Hérault
Etienne BLANC, Sénateur du Rhône
Jean-Baptiste BLANC, Sénateur du Vaucluse
Gilbert BOUCHET, Sénateur de la Drôme
Yves BOULOUX, Sénateur de la Vienne
Jean Marc BOYER, Sénateur du Puy-de-Dôme
Max BRISSON, Sénateur des Pyrénées-Atlantiques
Laurent BURGOA, Sénateur du Gard
Alain CAZABONNE, Sénateur de la Gironde
Alain CHATILLON, Sénateur de la Haute-Garonne
Stéphane DEMILLY, Sénateur de la Somme
Elisabeth DOINEAU, Sénatrice de la Mayenne
Catherine DUMAS, Sénatrice de Paris
Françoise DUMONT, Sénatrice du Var
Laurent DUPLOMP, Sénateur de la Haute-Loire
Gilbert FAVREAU, Sénateur des Deux-Sèvres
Françoise FERAT, Sénatrice de la Marne
Bernard FOURNIER, Sénateur de la Loire
Joelle GARRIAUD-MAYLAM, Sénatrice représentant les Français établis hors de France 

Frédérique GERBAUD, Sénatrice de l'Indre
Corinne IMBERT, Sénatrice de la Charente-Maritime
Jean-Marie JANSSENS, Sénateur du Loir-et-Cher
Else JOSEPH, Sénatrice des Ardennes
Christian KLINGER, Sénateur du Haut-Rhin

Florence LASSARADE, Sénatrice de la Gironde
Daniel LAURENT, Sénateur de la Charente-Maritime 

Antoine LEFEVRE, Sénateur de l'Aisne
Gérard LONGUET, Sénateur de la Meuse
Vivette LOPEZ, Sénatrice du Gard
Pierre MEDEVIELLE, Sénateur de la Haute-Garonne 

Franck MENONVILLE, Sénateur de la Meuse
Brigitte MICOULEAU, Sénatrice de la Haute-Garonne 

Philippe PAUL, Sénateur du Finistère
Cyril PELLEVAT, Sénateur de la Haute-Savoie
Frédérique PUISSAT, Sénatrice de l'Isère
Isabelle RAIMOND-PAVERO, Sénatrice de l'Indre-et-Loire 

Stéphane SAUTAREL, Sénateur du Cantal
René-Paul SAVARY, Sénateur de la Marne
Laurent SOMON, Sénateur de la Somme
Sylvie VERMEILLET, Sénatrice du Jura

Répondre à () :


Captcha
Franck Leterme | 22/06/2021 22:13

Arrêtons les mensonges des escrologistes !!

GELINEAU | 23/06/2021 18:54

Les écologistes ne mentent pas : ils ne savent de quoi ils parlent, emboîtant le pas d’une mode, d’autant qu’il est sûrement mal vu de ne pas être écolo !!! Le réchauffement climatique est programmé depuis 100.000 ans sur des cycles de 200.000ans correspondants au cycle de rapprochement et d’éloignement des foyers de l’ellipse que décrit la Terre autours du Soleil ! Et, la vapeur d’eau a 217 fois plus d’effet que le gaz carbonique dans les Gaz à Effet de Serre ! Sans ces GES la température sur Terre serait de l’ordre de moins 18*C et la Terre serait une boule de glace ou la. vie serait impossible !

Philippe Vogel | 23/06/2021 06:19

Depuis un siècle l'aviation rapproche les peuples. C'est aussi une industrie qui a permis la maîtrise de la conquête spatiale, qui a permis le déploiement des satellites de communication ou d'observation de la terre qui nous prévient dès risques météorologiques. Stupéfiant de voir qu'il n'y a pas plus de signataires.

Marie-Cardine | 28/06/2021 19:09

Oui l’aviation a aussi permis de larguer une bombe sur Hiroshima vous voulez que je développe ? Elle fait également un excellent travail au Mali pour rapprocher les peuples

Théo MESTRE | 23/06/2021 06:48

Oui biensur l'aviation pollue moins oui. Et puis quoi encore les mouettes vont dans l'espace. Exemple un avions combien lui faut-il de kérosène pour faire 100 km (le kérosène plus polluant que le mazout et 15 fois plus que le diesel) par rapport à la citadine roulant au diesel ? Et bien un journal en a montré la consommation au 100 d'un avion, ce qui a un peu bousculer nos grandes compagnies comme Air France et des constructeurs Airbus ou Boeing et qui n'ont pas hésité à tout faire pour que l'article disparaisse (en donnant des gros billets). Une voiture consomme en moyenne 8 L/100km un avion consomme 1600L/100km avec du kérosène qui est 15 x plus polluant que la voiture. Sachant que en plus y a environ 3 millions d'avions dans le monde tou types confondues. Donc à vos calculettes. Et allez me dire que un avion est écologique.

Philippe Mouttet | 23/06/2021 08:53

Monsieur, Vous n'avez rien compris. Il faut ramener la consommation par passager transporté. Cela nous donne, par exemple, pour un vol long courrier rempli à 85%, moins de 3 litres aux 100 km par passager. Sans parler de vitesse et distance franchissable sans concurrence. Bonne journée

Thomas | 24/06/2021 10:41

Il faut faire la différence entre les échelles, vous essayez de comparer une citadine qui plafonne a 160 roule sur des megahectares de route goudronnée en lacet et déplace 1t5 brut pour 80kg de charge utile avec un énorme bus 300 place qui joint deux point en ligne droite a 900km/h. Le rendement énergétique, 300 citadines ca fait 450 tonnes déplacées déjà le calcul est en faveur de l'avion, si on ajoute le rapport (kilométrage utile)/(kilometrage réellement parcouru) c'est encore plus flagrant, si l'on ajoute le rendement énergétique de la motorisation plus favorable a l'avion c'est encore plus flagrant, si l'on ajoute le coût écologique de l'infrastructure par voyageur c'est encore plus flagrant, si l'on considère un avion qui vole a 200km/h comme votre citadine au lieu de 800 la facture énergétique(carburant) devient même carrément alléchante. Calculette d'accord mais il faut tout prendre en compte, votre raisonnement paraît très simpliste. Vous comparez aussi le diesel au JetA1 d'accord mais il faut aussi s'intéresser au coût écologique par voyageur de la transformation et a la distribution de ces derniers à partir de la matière première pas certain que le diesel doit si écolo que ça par rapport au mazout ou au Jet. Ce point la aussi merite un approfondissement. Le calcul ce n'est pas la partie la plus compliqué si l'on doit comparer les deux moyens de transport sur la seule base de leur empreinte écologique. En outre comme le mentionne l'article l'empreinte écologique n'est pas la seule chose à prendre en considération, une citadine est un véhicule qui remplit un rôle dans la mobilité qui ne saurait être remplacé par un avion certes (mais qui 95% du temps serait adéquatement remplacée par un trajet à pied, en vélo ou en moto, tous beaucoup plus écolos ) . L'avion en est un autre et dans son rôle il est à ce jour irremplaçable. On peut se poser la question de la pertinence d'aller en vacances à Bali je suis bien d'accord c'est la le problème de fond, et le cœur de l'enjeu écologique, mais s'il est pertinent d'y aller... en bon écolo je prends l'avion et vous laisse le soin de polluer la planète 10 fois plus en vous y rendant avec votre citadine 1,4 diesel HDI.

Eric2613 | 28/06/2021 18:23

Si sa pollu dans le ciel, on entend plus les loups, vrai et vrai qu'il y a du passage, les motifs de déplacement abusif... D'un autre sa développe la technologie et potentiellement engendré un comportement de hippie (tous se qui fait chié, il faut y éliminé), je pensais aux oiseaux... Mais bon si vous préféré sans, peut être voir sur la lune.

BigD | 23/06/2021 09:34

Le secteur aéronautique est crucial pour le pays. Mais personne ne croit à un verdissement des avions. La seule chose que nous savons faire est la compensation carbone à base de plantation d'arbres on ne sait où on ne sait selon quels critères...

Zeke | 23/06/2021 11:22

Cette société est devenu tellement débile qu'ont a besoin d'une session au sénat pour déterminer l'utilité de l'aéronautique...

Jean-Pierre GELINEAU | 23/06/2021 18:29

C’est une évidence ! Et cette invention française de la fin du 19e siècle a été suivie par les USA très peu d’années après, sans oublier LILIENTHAL le premier à avoir « contrôlé un planeur! Puis Clément ADER sur son Avion III qui était à moteurs. Les progrès sont incessants même à l’heure actuelle où l’on travaille énormément sur l’aérodynamique mais aussi sur la combustion dans des réacteurs de plus en plus économiques et performants. Le travail sur la combustion est constant . Elle s’améliore en permanence, et est de plus en plus efficace. Le gaz le plus important dans les GAS ( gaz à effets de serre) est la vapeur d’eau: il y en a 217 fois plus que de CO2. Parfois elle se matérialise par des traînées blanches derrière l’avion et n’ont rien à voir avec la pollution de l’air ! Il est exact qu’il y a d’autres gaz issus de la combustion qui s’échappent, mais en quantités infimes. La seule réelle nuisance avec les avions est le bruit !!! Enfin, petite info : sans les GAS la Terre serait une boule de glace. Sa température serait de -19 degrés Celsius. La vie serait impossible.

Serge Chollet | 29/06/2021 08:38

Ça fait plaisir de voir de savoir que tu es toujours là ! amicalement..

Henriat maurice | 29/06/2021 21:03

Et bien sûr, tous les jets privés qui font le tour du monde avec l'équipage plus 1 ou 2 personnes pour aller frimer au bord d'une piscine en buvant des coktails, ça aussi c'est écologique, économique, justifié et voire même utile? Les avions c'est absolument pas une nécessité. Il y a d'autres priorités existencielles sur la planète comme la lutte contre la faim et inégalités qui conduisent à nier la condition humaine de nombreux peuples. C'est à vomir.

Danto | 23/06/2021 18:39

Les déplacements en France,le train doit être prioritaire.l Avion uniquement a l international.

Christophe Decré | 28/06/2021 16:31

Oui quand il y a une offre de train ouvert à la concurrence mais ce n'est pas le cas de région à région. J'ai vécu des développements considérables entre des régions comme le sud-est et la Bretagne où il n'y avait aucune solution en aller/retour journée, grâce à l'avion. Dans les années 1990, je me souviens qu'un Boeing 737 consommait 3500 litres de kérosène à l'heure pour 130 passagers, aujourd'hui un Airbus A319 de nouvelle génération consomme moitié moins pour davantage de passagers. Motivés par la concurrence, les motoristes aéronautiques n'ont pas d'autre choix que d'aller vers des moteurs biocarburants, hydrogène et électriques . Le transport aérien est incontournable pour relier les hommes d'un continent à l'autre. C'est pour moi le secteur d'avenir logistique dans lequel tout reste à faire. L'avion doit continuer à faire rêver nos petits-enfants car eux seront les faire voler sans bruit avec zéro carbone. Christophe

Louis Soumoy | 29/06/2021 10:32

[Fact checking] On connaissait déjà la dette publique abyssale laissée par cette génération de sénateurs aux jeunes générations dont je fais partie. Voici maintenant qu’ils la doublent sans scrupule d’une dette écologique. 1) "l’aviation est utile". Les exemples cités représentent une part infime du trafic aérien. Bien sûr qu’il faut continuer d’utiliser canadairs, avions médicaux et même avions militaires pour être résilients dans un monde instable. Mais il faut impérativement faire décroître les 99 autres % de vols commerciaux pour respecter les engagements climatiques pris par la France ! 2) "l’aviation est propre". Ce paragraphe fait du Trump en France, et on peut se désoler de voir tomber ces 44 signataires si bas. La compensation carbone est un leurre (les arbres ne stockent que le carbone sur leur durée de vie : on continue tout de même de transférer le carbone fossile des sous-sols vers l’atmosphère au global). La hausse de l’efficacité est nécessaire mais pas suffisante : sur les dernières années, elle a été plus qu’annulée par l’augmentation du nombre de vols (low cost + croissance) : il faut faire décroître le nombre de vols ! L’argument de 2,5%, aussi appelé « ne pas balayer devant sa porte », ne tient pas la route puisque applicable à toutes les autres activités qui peuvent se revendiquer d’appartenir à un secteur représentant 2,5% des émissions. Il faut que tous les secteurs diminuent leurs émissions conjointement ! L’aéronautique ne peut pas demander aux autres secteurs de faire les efforts nécessaires à sa place. 3) Certes, l’aéronautique représente un secteur majeur en France. Mais son avenir est condamné, que ce soit pour respecter nos engagements climatiques, ou simplement à cause de la baisse progressive des importations de pétrole dans les années à venir (pallier de production dès aujourd’hui d’après BP eux-mêmes + croissance de la Chine => baisse en Europe). Nous n’avons aujourd’hui aucune piste de recherche viable pour faire voler un avion de manière rentable sans pétrole. Il serait bon que les politiques prennent en compte les contraintes physiques énoncées par les nombreuses agences et instituts créés pour cela (ADEME, AIE, ...) plutôt que la communication biaisée des entreprises du secteur. Les 44 sénateurs et la frange âgée de leurs électeurs ne seront plus là pour subir les conséquences de ce statu quo rassurant mais dangereux ; notre jeune génération et nos propres enfants, si.

Boyer | 29/06/2021 11:13

Voir le dernier rapport de GIEC. Sans doute tous les experts et chercheurs sont des escrocs et on sait mieux qu'eux. Et vive le déni !!!!

Ruben Partouche | 26/07/2021 17:02

Vous oubliez de parler, outre la consommation de kérosène, des trainées de condensation dont l'impact, s'il est effectivement mal quantifié aujourd'hui, est toutefois connu et non pris en compte dans les calcul que vous décrivez. Si on tient compte uniquement du carburant consommé, la voiture et l'avion sont effectivement assez similaire en terme d'impact carbone au passager.km (impact deux fois supérieur de l'avion, mais cela ne va pas aller en s'arrangeant pour l'aviation). En revanche, on estime aujourd'hui que les trainées de condensation doubleraient (au moins) le forçage radiatif induit par l'aviation : ces trainées réémettent des rayonnements IR vers la Terre sans augmenter son albedo car elles sont trop fines pour cela. Ca reste donc le moyen de transport le plus polluant en intensité et d'assez loin (4 fois plus polluant que la voiture si vous suivez). Tout n'est pas a jeter toutefois, en ce qui concerne le transport de biens, l'aviation reste très compétitive par rapport a d'autres modes de transports : c'est le tourisme de masse qui doit cesser.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription