4
Défense
Armée de l'Air : Le "Poitou", à l'aise partout
Armée de l'Air : Le "Poitou", à l'aise partout
© Jean-Marc Tanguy

| Jean-Marc Tanguy

Armée de l'Air : Le "Poitou", à l'aise partout

L'escadron de transport 3/61 Poitou, une des quatre composantes des forces spéciales Air, a fait le plein d'officiers généraux pour la célébration de ses trois quarts de siècle.

Fer de lance des opérations spéciales

Est-ce le signe de son caractère vraiment incontournable, l’escadron de transport 3/61 Poitou, une des quatre composantes des forces spéciales Air a fait le plein d’officiers généraux pour la célébration de ses trois quarts de siècle, le 11 septembre dernier. Le général Paccagnini représentait le CEMAA, qui avait d’autres engagements, et le général Mathieu Pélissier, commandant des forces aériennes a tressé des lauriers à l’unité, fer de lance des opérations spéciales depuis 1993, face au général Laurent Boïte, commandant de la nouvelle brigade des forces spéciales air et au général Philippe Landicheff, ancien général forces spéciales de l’Armée de l’Air. 

Plusieurs membres de l'unité décorés

Il a rappelé de multiples incarnations  de la devise de l’escadron (« A l’aise partout »), dans l’histoire, mais aussi aujourd’hui, sur les théâtres où le commandement des opérations spéciales est engagé. Plusieurs membres de l’unité, un mécano, une secrétaire, un pilote et un ancien commandant de task force ont d’ailleurs été décorés sur les rangs. L’évènement a aussi rameuté nombre de partenaires du Poitou, tant le motoriste Safran (fabricant des Tyne du Transall) que le spécialiste des SATCOM Eclipse, un équipementier incontournable pour le transfert temps réel des flux des données lorsque le Poitou est en C3ISTAR. 

En attendant l'Airbus A400M Atlas

Et nombre de petites pousses dans l’écosystème FS, comme Air Fly System. L’interaction du Poitou et de ces acteurs souvent discrets a généré nombre d’innovations qui alimentent l’activité du centre d’expertise aérienne militaire (CEAM), le précédent poste du général Pélissier. 
Ce dernier a rappelé qu’un des défis du Poitou résidait dans la montée en puissance de l’Atlas, avec un objectif de trois équipages formés d’ici 2024, et sans doute, au début au moins, un droit de tirage sur les unités conventionnelles. Pas un mot par contre sur les soucis actuels de disponibilité du C-130H. Mais le Poitou n’a fait voler ce vendredi qu’un Transall et un Twin Otter, l’absence du C-130 disait en fait tout le reste…

Répondre à () :


Captcha
Raynaud | 21/09/2020 14:03

Fin du c 130?

Koller | 21/09/2020 19:09

Ancien de l’armée de l’air Spécialiste des transmissions de l’air

Gilles | 21/09/2020 20:23

On va plutôt dire, que le Poitou vient de fêter ses 3\4 de siècle.🍾😉

Leblanc | 22/09/2020 01:51

Vive l'armée de l'air.

| | Connexion | Inscription