1
Espace
Arianespace envisage jusqu’à 17 lancements en 2022
Arianespace envisage jusqu’à 17 lancements en 2022
© A. Daste / Arianespace

| Pierre-François Mouriaux 525 mots

Arianespace envisage jusqu’à 17 lancements en 2022

Après un retour sur une année 2021 intense, l’opérateur de lancements commerciaux européen a dévoilé le 6 janvier ses objectifs pour 2022, année de l’entrée en service des lanceurs Vega C et Ariane 6.

Passage obligé

A l’occasion des traditionnels vœux à la presse (réalisés cette année à distance, situation sanitaire oblige), Stéphane Israël, le président exécutif d’Arianespace, a dressé le bilan de sa société en 2021, et présenté les perspectives d’une année 2022 qui s’annonce charnière à plusieurs égards.

 

Cinq missions de plus qu’en 2020

L’an passé, ce sont 15 missions qui ont été menées avec succès, la plus emblématique étant celle qui a vu, le jour de Noël, le lancement du télescope spatial James Webb de la Nasa – auquel Air & Cosmos consacre un dossier de quatre pages dans son numéro 2764H, à paraître le 7 janvier.

Ces missions ont été menées par trois Ariane 5, neuf Soyouz et trois Vega, mis en œuvre depuis trois bases différentes : 7 depuis Kourou (en Guyane), 5 depuis Vostotchny (au sud-est de la Sibérie) et 3 depuis Baïkonour (au Kazakhstan).

Ce sont 5 missions de plus qu’en 2020, et un total de 305 charges utiles déployées, dont 284 pour la constellation indo-britannique OneWeb dédiée à l’internet global, dont 8 nouveaux lots ont été mis à poste (lors 5 à 12).

Sur les 15 lancements effectués en 2021, 11,5 étaient strictement commerciaux, ce qui permet à Arianespace de conserver la tête sur ce marché.

 

Un chiffre d’affaires en hausse

En termes de commandes, Arianespace peut s’enorgueillir d’avoir décroché le lancement de 22 satellites supplémentaires, portant à plus de 1,25 Md€ son chiffre d’affaires, en progression de 30% par rapport à 2020.

A ce jour, le carnet de commandes de ses différents lanceurs (Ariane 5, Ariane 6, Soyouz, Vega et Vega C) représente 36 lancements au profit de 24 clients différents, institutionnels ou privés.

Pour la suite, Stéphane Israël pressent à moyen terme l’arrivée d’ambitieux projets de constellations, tout en concédant que le marché des traditionnels satellites géostationnaires de télécommunications commerciaux est au plus bas, et qu’il ne devrait pas redécoller à l’horizon 2022/2023, au moment de la transition entre Ariane 5 et Ariane 6.

 

Deux nouveaux lanceurs

Pour 2022, ce ne sont pas moins de 17 lancements qui sont envisagés.

La plupart seront réalisés avec les lanceurs classiques Ariane 5 (pour des missions géostationnaires en configuration de lancement double) et Soyouz (depuis Kourou, Baïkonour et Vostotchny), notamment pour le compte de OneWeb, dont le prochain lot doit être lancé le 10 février.

Mais ce qui devrait retenir l’attention du grand public en 2022 est la perspective des vols inauguraux des lanceurs Vega C et Ariane 6, respectivement annoncés au deuxième trimestre et au second semestre).

Pour Ariane 6, les choses se précisent puisque les étages inférieur et supérieur sont actuellement en route vers la Guyane, où ils serviront aux essais combinés en avril prochain.

Quant au vol de qualification, il fait actuellement l’objet d’un appel à projets lancé par l’Agence spatiale européenne, en partenariat avec Arianespace et ArianeGroup, pour accueillir un certain nombre de nano et microsatellites à une Ariane 62 (la version de base, avec deux propulseurs d’appoint).

Les lauréats devraient être annoncés à la fin du mois.

« Nous avons hâte d’engager 2022, avec une activité opérationnelle très soutenue et l’arrivée de Vega C et d’Ariane 6, déclare Stéphane Israël. Arianespace n’a qu’un seul objectif : le succès de ses clients ! ».

Répondre à () :

Thibault | 07/01/2022 18:19

Très intéressant !

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription