0
Espace
Ariane 6 : en route pour les essais combinés
Ariane 6 : en route pour les essais combinés
© ArianeGroup/Pepper Box/Julien Hazeman

| Pierre-François Mouriaux 340 mots

Ariane 6 : en route pour les essais combinés

Les deux étages du premier exemplaire du futur lanceur lourd européen ont quitté leurs usines française et allemande. Direction : le Centre spatial guyanais pour différents essais sur le pas de tir au printemps.

Des Mureaux à Kourou, en passant par Le Havre et Brème

ArianeGroup, le maître d’œuvre industriel et autorité de conception d’Ariane 6, l’a annoncé le 4 janvier : les deux étages du premier exemplaire du futur lanceur lourd européen ont quitté leurs usines respectives – Les Mureaux, dans les Yvelines, pour l’étage inférieur LLPM (Lower Liquid Propulsion Module), et Brême, en Basse Saxe, pour l’étage supérieur ULPM (Upper Liquid Propulsion Module).

Le voyage qui doit les emporter jusqu’au Centre spatial guyanais (CSG) est effectué à l’aide d’un navire roulier spécialement affrété par ArianeGroup.

Le périple, qui a démarré aux Mureaux avec le chargement de l’étage inférieur, est marqué par deux haltes européennes avant de prendre le large, d’abord au port français du Havre puis à celui de Brème, pour le chargement de l’étage supérieur.

L’arrivée finale à Kourou est prévue pour la mi- janvier.

 

Essais en avril prochain

Une fois sur place, les étages seront intégrés (horizontalement) par ArianeGroup au sein du Bâtiment d’Assemblage Lanceur (BAL), formant ainsi le corps central du lanceur destiné aux essais combinés, dernière étape avant le vol inaugural : il s’agira, en avril prochain, d’effectuer les premiers essais d’Ariane 6 sur son pas de tir ELA 4 (Ensemble de Lancement Ariane n°4), avec notamment des mises à feu du moteur Vulcain 2.1 de l’étage principal (sans décollage).

L’objectif de ces essais combinés est de tester l’ensemble des interfaces et les bonnes communications entre le lanceur et les installations au sol. Seront également testés les logiciels de vol et les opérations de remplissage qui interviennent lors d’une séquence de lancement, ainsi que la vidange des réservoirs.

 

Pendant ce temps, à Lampoldshausen

En parallèle des essais menés en Guyane, un autre exemplaire de l’étage supérieur complet d’Ariane 6, appelé HFM (Hot Firing Model) et équipé de son moteur ré-allumable Vinci, va être testé sur le site de l’Agence aérospatiale allemande (DLR), implanté à Lampoldshausen, dans le Bade-Wurtemberg.

Les essais porteront également sur l’unité de propulsion auxiliaire APU (Auxilliary Power Unit), un nouveau système destiné à renforcer la polyvalence du lanceur.

Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription