3
Ukraine
Antonov se redéploie sur Leipzig/Halle
Antonov se redéploie sur Leipzig/Halle
© Antonov Logistics SALIS GmbH

| Gaétan Powis 534 mots

Antonov se redéploie sur Leipzig/Halle

Avec la guerre en Ukraine et la destruction de ses installations principales, la compagnie Antonov Airlines a récemment officialisé qu'elle se redéployait temporairement sur l'aéroport de Leipzig-Halle. L'éloignement de l'Ukraine ne rendra pas le transport des matériels et personnels aisés. Cependant, ce choix s'explique surtout par le fait que Leipzig-Halle est déjà une plateforme de premier ordre pour Antonov.

Des installations détruites

Depuis le 24 février 2022 et l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les différentes installations de la société Antonov ont été endommagées à différents niveaux. Pour ne citer que les deux principales installations ;

  • Aéroport Antonov/Gostomel : le premier jour, les Russes tentent un assaut héliporté sur l'aéroport mais

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.


Répondre à () :

| 20/05/2022 21:47

Il faut espérer que l’Europe (Airbus Espagne) et les USA (Lockheed Martin? Boeing?) se regroupent pour proposer un projet d’avion de transport stratégique à l’UE et aux USA.

JP | 22/05/2022 12:17

A propos d'Antonov. L'entreprise a vu une bonne part de son potentiel détruit par les bombes russes. En espérant que la paix revienne au plus tôt et que L'Ukraine retrouve sa pleine souveraineté, une solution intelligente de l'aider à reconstruire son potentiel économique serait de lui passer des marchés. Une application toute trouvée : un marché de modernisation de L'Antonov 124 assorti de liquidités pour reconstruire les installations d'Antonov. L'étape ultime serait l'achat par les pays européens de cet Antonov 124 new look qui se substiturait à un coût raisonnable au fumeux projet SATOC qui ne verra jamais le jour pour deux raisons essentielles : les européens voudront un mouton à cinq pattes plombé dans sa fabrication par la règle inepte du juste retour, et surtout, le SATOC n'aura que le marché européen, c'est à dire au plus quelques dizaines d'appareils, ce qui rend absurde son développement.

| 23/05/2022 14:16

(JB) Être dépendant de l’Ukraine serait la pire des erreurs ! De toute manière, il n’y a pas d’urgence, puisque l’Otan et certains pays sont propriétaires de suffisamment de C17 Globemaster.

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité