0
Espace
Airbus DS construira le satellite d'observation péruvien
Airbus DS construira le satellite d'observation péruvien
© Airbus DS, D. Eskenazi

| Stefan Barensky

Airbus DS construira le satellite d'observation péruvien

Airbus Defence & Space a signé ce 24 avril un contrat avec le ministère péruvien de la Défense pour le développement, la réalisation et le lancement du premier satellite d'observation optique du Pérou.

 

Approuvé sur le principe en décembre dernier par le gouvernement péruvien après un an de négociations - et un passage d'une résolution de métrique à submétrique en cours de route - ce contrat fera l'objet d'un accord intergouvernemental entre Lima et Paris, la France apportant sa garantie au programme.

 

Le contrat s'élèverait à 579 millions de soles (150 M€) pour une livraison à la mi-2016 avec un lancement sur Vega. Airbus DS a remporté ce marché face à sa filiale britannique SSTL, à Deimos en Espagne et à IAI-MBT en Israël.

 

Basé sur une plateforme agile Astrobus 300, le satellite péruvien - parfois présenté sous le nom provisoire de « PerúSat 1 » - sera doté d'un instrument Naomi (New AstroSat Optical Modular Instrument) à très haute résolution (70 cm) réalisé par Airbus DS avec des structures et des miroirs en carbure de silicium fournis par sa filiale tarbaise Boostec.

 

Airbus DS fournira le segment sol associé et la formation des équipes péruviennes qui exploiteront le satellite. En attendant l'entrée en service du satellite, Airbus DS assurera la réception directe, au Pérou, des images optiques et radar collectées par sa propre flotte de satellite.

 

Outre la surveillance du territoire et de frontières souvent difficiles d'accès et contestées, le satellite péruvien permettra de gérer les ressources naturelles mais aussi de suivre les activités des groupes terroristes du Sentier Lumineux, les opérations de production de narcotiques, le défrichement clandestin et l'orpaillage illégal.

 

Ce contrat intervient alors qu'Airbus DS est également en pourparlers avec les Forces aériennes chiliennes (FACh) pour l'achat d'un second petit satellite d'observation optique basé sur la plateforme Astrobus 100 afin de succéder au SSOT (Sistema Satelital para Observación de la Tierra) lancé en 2011.

 

Le marché de l'observation spatiale est actuellement en pleine effervescence en Amérique latine puisque des appels d'offres sont également en cours en Colombie et en Equateur. Bogota souhaiterait notamment se doter d'une paire de satellites - un optique et un radar - pour lesquels Thales Alenia Space serait sur les rangs.

 

En parallèle, les deux industriels, qui ont remporté un contrat pour deux satellites au Maroc l'an dernier (sous l'égide de TAS), sont dans l'expectative concernant la finalisation du contrat FalconEye aux Emirats Arabes Unis (sous l'égide d'Airbus DS), approuvé l'été dernier et interrompu en fin d'année en raison de manœuvres américaines sur les licences Itar de certains composants clés.

 

Airbus DS doit aussi lancer le 29 avril le satellite d'observation à très haute résolution KazEOSat 1 (830 kg), qui utilise la variante de plateforme Astrobus 500, sur le troisième vol du petit lanceur Vega.

 

 

Le satellite d'observation péruvien PerùSat 1
Le satellite d'observation péruvien PerùSat 1 © Airbus DS
Le satellite d'observation péruvien PerùSat 1
Le satellite d'observation péruvien PerùSat 1
Le satellite d'observation péruvien PerùSat 1 © Airbus DS
Le satellite d'observation péruvien PerùSat 1
Le satellite kazakh KazEOSat 1 (Astrobus 500)
Le satellite kazakh KazEOSat 1 (Astrobus 500) © Airbus DS
Le satellite kazakh KazEOSat 1 (Astrobus 500)

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription