4
Les Dossiers d'Air&Cosmos
Airbus A380 : comment l'Onera a retrouvé la pièce manquante.
Airbus A380 : comment l'Onera a retrouvé la pièce manquante.
© Onera

| Antony Angrand

Airbus A380 : comment l'Onera a retrouvé la pièce manquante.

La plateforme radar de l'Onera a été mise à contribution pour détecter le moyeu de soufflante d'un des moteurs GP7200 équipant l'Airbus A380 d'Air France et qui avait subi une explosion non contenue en croisière au-dessus du Groenland en septembre 2017.

Sethi sur Dassault Falcon 20

La récupération du moyeu de soufflante perdu par l’Airbus A380-800 d’Air France, immatriculé F-HPJE, a été une entreprise complexe qui aurait certaine- ment pris beaucoup plus de temps si l’Onera n’avait pas mis à contribution sa plateforme radar Sethi, installée sur un biréacteur Dassault Falcon 20. Ce moyen de détection aéroporté a permis de retrouver ladite pièce enfouie dans la neige du Groenland. Pour Airbus aussi bien que pour le motoriste, Alliance Engine, il était important de retrouver la pièce concernée....

Aussi bien le domaine militaire que civil

"Sethi intègre des caméras infrarouges, hyperspectrales, optiques classiques qui peuvent être mises en œuvre simultanément avec le radar. Ce qui fait que Sethi est un moyen unique en Europe, c’est qu’il associe autant de capteurs dans un seul porteur. « Il existe au DLR, en Allemagne, un moyen radar aéroporté qui s’appelle le FSAR, mais qui ne travaille que dans le domaine du radar", observe Olivier Ruault du Plessis. Ils font également de l’optronique, mais en ce cas, il n’y a plus de radar dans l’avion, ce qui n’est pas le cas avec Sethi. Ce qui est également assez exceptionnel, c’est que Sethi permet de répondre à toutes les sollicitations. C’est-à-dire que nous travaillons aussi bien dans le domaine militaire que civil"......

Scanner une zone de 15 x 3 km en un seul passage

L’image de la zone fournie par les satellites optiques d’observation Pléiades, quelques jours après l’accident, ne montre que du blanc, sans aucune trace de pièces ni objets au sol, le radar étant seul en mesure de rechercher et détecter un objet enfoui sous la neige dans une zone de 60 km2. « Il existe des moyens sol, de type chariot ou traîneau, qui sont trop précis et ne couvrent qu’une très petite zone avec une largeur d’un mètre. Nos radars aéroportés ont la capacité de couvrir des zones très larges, ce qui est un atout phénoménal »,insiste Olivier Ruault du Plessis, avant d’ajouter : « Nous sommes capables de scanner une zone de 15 × 3 km en un seul passage, en moyenne. Pour nous, ce fut quand même un défi. Nous avions la certitude de pouvoir détecter un objet sous la neige, mais nous étions en présence d’un moyeu de soufflante en titane et nous n’avions pas la certitude de voir la pièce puisque nous n’avons jamais travaillé avec ce type de métal"......

Répondre à () :


Captcha
Zajderman | 08/04/2020 06:59

Ils manquent des entreprises comme Dassault en France le pays serez plus en avance ont trouverez des masques un état plus rapide

Capello | 08/04/2020 16:31

D'un part, c'est un matériel ONERA qui a permis de trouver la pièce, le fait qu'il soit monté sur un avion Dassault est anecdotique. D'autre part, les conseils économico-géo-stratégiques de la part d'une personne qui n'a pas dépassé le CE2 en expression écrite, c'est juste hilarant !

Mikeul | 08/04/2020 13:32

ONERA: augmentons son budget comme l a fait l Allemagne pour son équivalent le DLR

Arretauport | 09/04/2020 06:47

Il pourrait retrouver le MH370 le bougre

| | Connexion | Inscription