0
Aviation Civile

| YC 420 mots

Air France se met au régime pendant trois ans

La compagnie dévoile une série de mesures visant à réduire la dette de 2 milliards d'euros d'ici à fin 2014.

Comme prévu, Air France se met au régime pendant trois ans. Et ce grâce à une batterie de mesures d'économies classiques destinées à « réduire rapidement l'endettement ». En ces temps de crédit plus cher en Europe, la dette du groupe, soit 6,5 MdE à la fin 2011, est dangereusement élevée. L'objectif prioritaire est donc de la réduire de 2 MdE d'ici à la fin décembre 2014.

Pour y arriver, le groupe met donc en place des mesures immédiates de réduction de coûts qui seront suivies par la mise d'un « plan de transformation » à partir de mai ou juin prochain. Ce deuxième volet, qui vise à dégager la moitié des 2 MdE recherchés, passera par une «amélioration très importante de la productivité dans tous les secteurs du groupe ». Ce qui implique « la renégociation des règles d'emploi contenues dans les accords collectifs existants ».

Renégociation qui a d'ailleurs déjà commencé avec les différentes organisations syndicales. L'objectif est d'étendre à l'ensemble du réseau court et moyen-courrier les gains de productivité qui ont été obtenus auprès des navigants techniques et commerciaux pour la mise en place des bases de province, d'abord à Marseille en juillet 2011, et bientôt à Toulouse et Nice. Des gains de productivité qui seront également demandés aux personnels des secteurs maintenance et fret.

En attendant les résultats de ces négociations qui s'annoncent « douloureuses », sont d'ores et déjà mis en place le gel des augmentations générales des salaires en 2012 et 2013 ainsi que la poursuite du gel des embauches déjà décidé en septembre dernier. Près de 500 ME d'économies sont attendus de ces différentes mesures auxquelles s'ajoutent la fermeture de lignes et de nouvelles coupes dans les frais généraux.

Parallèlement, la décision de n'augmenter l'offre de capacité passagers et fret que de 5 % en cumul sur la période 2012-2014 conduira à une réduction de la flotte et donc des investissements initialement prévus à l'exception de ceux qui touchent à la sécurité et à l'amélioration des services aux passagers comme les 110 ME qui accompagnent une série de mesures pour la classe Affaires long-courrier.

La conséquence de cette baisse des investissements ramenés à 5 MdE sur les trois prochaines années, contre 6 MdE de 2009 à 2011, sont des décalages dans les livraisons d'avions initialement programmées : trois A320 sont ainsi repoussés de 2012 à 2013-2015 ainsi que deux A380 de 2014 à 2016 et un Boeing 777-300ER de 2015 à 2016. Un certain nombre d'options ne seront pas non plus exercées.

 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription