2
Espace
Une version habitable d’Ariane 6 ?
Une version habitable d’Ariane 6 ?
© CNES

| Pierre-François Mouriaux 657 mots

Une version habitable d’Ariane 6 ?

Une étude d’un an, présentée le 16 juin à la conférence Global Space Exploration de Saint-Pétersbourg, démontre que le futur lanceur lourd européen pourrait garantir à l’Europe un accès autonome aux vols habités. [...] (657 mots)

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.

Répondre à () :


Captcha
COIFFET | 17/06/2021 15:41

Une fusée 'human-rated', ça ne peut se faire que de deux façons : soit à la conception, soit en établissant statistiquement sa sûreté de fonctionnement lancement après lancement. La partie 'sauvetage de la cabine' ne vient qu'en complément de la probabilité primaire concernant le lanceur. Ariane 6 n'est pas conçue pour le human-rated : c'est un fait sur lequel on ne peut pas revenir. Concernant l'aspect probabiliste, on doit convenir que les perspectives d'utilisation sont tous les jours plus faibles, car cette fusée (je cite le dernier rapport de l'ESA) est 'hors-jeu commercial' et n'a AUCUNE commande commerciale (les mensonges de certains n'ont aucune importance, seuls les faits comptent). Ariane 6 devait faire son vol inaugural le 15 juillet 2020 - cette date a été citée à de nombreuses reprises par le patron du programme de l'époque M. Charmeau. Ses propos lénifiants (programme se déroulant parfaitement et, etc) étaient repris par toutes les revues spécialisées (y compris Aviation Week). La réalité était tout autre avec des problèmes graves, soigneusement dissimulés, mais réels. C'est la tentative de résolution de ces problèmes (à des coûts additionnels) qui ont fait ' subitement' reculer le premier lancement en 2022... Pour un 'remake' d'Ariane V (avec une seule innovation majeure : le rallumage du 2ᵉ étage - ce que tout le monde fait et depuis plus de 60 ans pour les Russes et les Américains), on a déjà un échec assuré sur la partie ' on va diminuer le coût de 40%'. Ariane 6 est totalement financée sur argent public européen.

Duval | 17/06/2021 19:14

On ne peut pas abandonné l'accès à l'espace quel que soit le coût. N'oublions pas que speceX fait du dumping sur les vols commerciaux avec des devis entre 40 et 65 M$ et facture 120 M$ à la NASA. Déplus les études servent aux missiles nucléaire en ce qui concerne la France.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription