2
Ukraine
Un nouveau drone ukrainien frappe en territoire russe, à 160 km derrière la ligne de front !
Un nouveau drone ukrainien frappe en territoire russe, à 160 km derrière la ligne de front !
© Rob Lee (Twitter)

| Gaétan Powis 968 mots

Un nouveau drone ukrainien frappe en territoire russe, à 160 km derrière la ligne de front !

Ce mercredi 22 juin, un drone ukrainien a réussi à endommager une raffinerie... située à environ 160 km derrière la ligne de front. Les premières indications montrent qu'il s'agit du nouveau drone de confection ukrainienne PD-2.

Article mis à jour le 22 juin à 21h40 (voir en fin d'article)

160 km derrière les lignes ennemies

Ce 22 juin au matin, les Ukrainiens ont réussi à faire voler un de leur drone au-dessus des territoires contrôlés par les Russes et les indépendantistes rebelles. Après un vol d'une distance d'environ 160 km, le drone est passé en Russie pour s'écraser sur la raffinerie de Novochakhtinsk (Rostov, Russie). Très rapidement, des flammes d'une dizaine de mètres de hauteur étaient visibles ainsi qu'un très fort dégagement de fumée. Une vidéo (présente à la fin de cet article) montre le drone s'écraser sur la raffinerie. Plusieurs informations laissent à penser qu'un second drone se serait également écrasé sur le complexe mais aucune vidéo ne vient confirmer cette hypothèse.

Une jeune entreprise... et un drone tout neuf

Le drone n'a pas encore été formellement identifié mais il ressemble très fortement à un PD-1 ou un PD-2 de fabrication Ukrainienne. Toutefois, la portée de 100 km du PD-1 n'est pas compatible avec la distance à parcourir entre les premières lignes et la raffinerie. De fait, il s'agit très probablement d'un PD-2 :

  • Connexion de plus de 200 km
  • Distance de vol maximale de 1.100 km
  • Faible coût opérationnel
  • Endurance de 8 heures
  • Capacité d'emport de 19 kg
  • Construit par Ukrspec Systems
Le PD-2 en configuration de transport avec deux soutes supplémentaires sous les ailes.
Le PD-2 en configuration de transport avec deux soutes supplémentaires sous les ailes. © Ukrspecsystems
Le PD-2 en configuration de transport avec deux soutes supplémentaires sous les ailes.

Ukrspec Systems est créée en 2014 afin de répondre au manque, pour ne pas l'inexistence totale, de drones au sein des Forces armées ukrainiennes. En coopération avec les militaires, l'entreprise a modifié des drones quadcopters commerciaux pour finir par développer le PD-1 en 2017 puis le PD-2 en 2019. Un an plus tard, les essais finaux sont approuvés par les militaires ukrainiens pour son utilisation au sein des Forces armées. Il ne fait son apparition grand public qu'en 2021.

Il n'est pas furtif mais dispose tout de même d'une signature radar diminuée grâce à sa construction en matériaux composites. En configuration standard, il emporte une caméra gyrostabilisée HD EO/IR avec un zoom x30. Il est développé à des fins de renseignement / ISR, d'observation au profit des troupes au sol (correction des tirs d’artillerie par exemple) ou de transport de matériels légers (largage de kit de premiers soins, de munitions...). Il semblerait qu'il s'agisse de la première utilisation de l'appareil en tant que drone kamikaze et ce, avec une grande efficacité. Le rapport coût / efficacité est par ailleurs sans égal, puisque les Ukrainiens perdent un drone de faible coût -probablement quelques milliers de dollars- alors que les Russes voient une de leurs raffineries endommagée.  La réduction de la production coûtera bien plus cher que le drone perdu, mais pourrait aussi rendre plus complexe l'approvisionnement du front sur le moyen terme. Le site internet du complexe touché annonce une capacité de raffinage de pétrole brut annuelle de 7,5 millions de tonnes de pétrole et décrit la raffinerie comme étant "le plus grand fournisseur de produits pétroliers du sud de la Russie"...

Il s'agit d'une énième attaque réussie sur le territoire russe, avec notamment : 

  • des missiles Tochka-U touchant deux aéroports différents, détruisant un Il-76 et deux Su-30 au sol,
  • le raid des hélicoptères Mi-24P du 1er avril sur le dépot de carburant de Belgorod, 
  • les attaques par drones Bayraktar TB2 jusqu'aux dépots pétroliers de Briansk, 100km au-dela de la frontière russe...

Il s'agit donc d'une nouvelle réussite pour l'Ukraine sur le plan opérationnel, mais aussi en terme de guerre de la communication, un facteur fondamental dans une conflit où le moral des troupes et de la population compte énormément. La mise à mal du système de défense aérien russe est régulièrement soulignée par les observateurs, loin de la réputation des systèmes russes attendue avant la guerre (nous en avions même fait une vidéo, accessible ci-contre).

[Ajout du 22 juin 2022, 21h40]

Après une analyse des nouvelles images disponibles, l'empennage du drone semble être plat alors qu'il semble ne pas posséder de winglets en bout d'ailes, ce qui exclut le PD-2.

Il pourrait s'agir d'un drone commercial comme le Mugin-5 Pro ou d'un Mugin 6 Pro, sans leur kit de décollage et atterrissage vertical. Le site internet de Mugin ne fournit pas d'information sur la portée du drone, mais précise son prix, à savoir 9.499 dollars pour le Mugin 5 Pro et 14.999 dollars pour le Mugin 6 pro. 

Des coûts très réduits qui avaient déja amené les trafiquants à acquérir ces appareils, au grand dam des autorités (une problématique que nous avions évoqué dans cet article).

Bien qu'un doute subsiste sur la nature exacte du drone utilisé, les caractéristiques des appareils du chinois Mugin permettent d'avoir une bonne image des capacités de ces appareils en temps de guerre, mais aussi des risques qu'il feraient peser entre de mauvaises mains :

drone suicide.jpg
Zoom sur le drone-suicide extrait de la vidéo ©
drone suicide.jpg
Le Mugin 5 Pro, sur la photo ci-dessus, ressemble fortement au Mugin 6 Pro : celui-ci est une version allongée du Mugin 5 Pro.
Le Mugin 5 Pro, sur la photo ci-dessus, ressemble fortement au Mugin 6 Pro : celui-ci est une version allongée du Mugin 5 Pro. © MuginUAV
Le Mugin 5 Pro, sur la photo ci-dessus, ressemble fortement au Mugin 6 Pro : celui-ci est une version allongée du Mugin 5 Pro.

Mugin 5 Pro

  • 5 mètres d'envergure, 3,5 mètres de long
  • charge utile de 25 kg
  • endurance de 6 à 8 heures (en fonction de la charge)
  • vitesse de croisière de 120 km/h
  • réservoir de 27 litres

Mugin 6 Pro

  • 6 mètres d'envergure, 3,5 mètres de long
  • charge utile de 25 kg
  • endurance de 6 à 10 heures (en fonction de la charge)
  • vitesse de croisière de 90 km/h
  • réservoir de 27 litres

Si la multiplication de ce type d'attaque était observée, il pourrait s'agir d'un tournant dans le cadre de cette guerre, puisque l'Ukraine retrouverait une capacité à frapper dans la profondeur sans risquer ses équipements les plus onéreux.

Sur le plus long terme, la pertinence de l'utilisation de missiles de croisière, détectables et interceptables, pourrait être fortement remise en cause par la possibilité de réaliser des assauts massifs et saturants de dizaines de ces drones low cost vers des cibles non durcies...


Répondre à () :

Flo | 23/06/2022 19:02

Le developpement du drone MALE européen est certifié ITAR free.

| 23/06/2022 19:36

C’est à pleurer ! Alors que les ingénieurs Ukrainiens cherchent, trouvent, conçoivent et construisent des drones, ceux de Dassault sont obligés de faire appel à leurs collègues Européens pour arriver à faire voler le Neuron ... Heureusement qu’ll y a Airbus et l’UE.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité