0
Espace
Un cubesat pour vérifier l’orbite de la station lunaire Gateway
Un cubesat pour vérifier l’orbite de la station lunaire Gateway
© NASA

| Pierre-François Mouriaux

Un cubesat pour vérifier l’orbite de la station lunaire Gateway

Retour sur le contrat de lancement passé en février dernier par la Nasa à l’opérateur de lancement américano-néo-zélandais Rocket Lab.

Un cubesat autour de la Lune

En février prochain, un lanceur Electron de la société américano-néo-zélandaise Rocket Lab, mis en œuvre depuis la base Mars de Wallops Island, en Virginie, embarquera le cubesat 12U Capstone (Cislunar Autonomous Positioning System Technology Operations and Navigation Experiment).

Construit pour la Nasa par les sociétés américaines Advanced Space (Boulder, Colorado) et Tyvak Nano-Satellite Systems (Irvine, Californie), l’engin de 25 kg est un démonstrateur technologique.

Il sera satellisé sur une orbite de halo presque rectiligne (NRHO) de 1 500 x 70 000 km autour de la Lune, décrite en sept jours et comparable à celle de la future station internationale cis-lunaire Gateway.

Sur le papier, l'orbite NRHO présente deux avantages majeurs pour la Gateway : garantir une liaison de communications continue avec la Terre et permettre aux atterrisseurs qui partiront de la plateforme d'atteindre n'importe quel endroit sur la surface lunaire, avec une faible consommation de carburant.

 

Double mission

L’objectif principal de Capstone sera de vérifier la stabilité de cette orbite, mais également de tester un système de navigation embarqué, indépendant de stations sol, qui mesurera sa position par rapport à la sonde lunaire Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO), lancée par la Nasa en juin 2009.

« Capstone est une démonstration rapide et tolérante aux risques qui vise à en savoir plus sur l'orbite cis-lunaire unique de sept jours que nous visons également pour Gateway, expliquait Marshall Smith, directeur des programmes d'exploration lunaire humaine de la Nasa. Nous ne nous appuyons pas uniquement sur ces données précurseurs, mais nous pouvons réduire les incertitudes de navigation avant nos futures missions en utilisant la même orbite lunaire. »

Le voyage jusqu’à la Lune devrait durer trois mois, puis la mission de Capstone s’étaler sur un semestre.

Le contrat de construction a été signé en septembre 2019, pour un montant de 13,7 M$.

Celui de lancement, annoncé le 14 février dernier, s’élève à 9,95 M$.

« Les petits satellites comme Capstone joueront un rôle crucial en support du retour des missions humaines sur la Lune, et nous sommes fiers de soutenir la Nasa dans cette mission unique et pivot », s’est félicité Peter Beck, fondateur et président de Rocket Lab.

Et de rajouter sur son compte Twitter ce 15 juillet : « C'est passionnant et un exercice d’humilité de faire partie d'une équipe diversifiée de personnes, de nations et d'organisations contribuant toutes à l'avenir de l'exploration spatiale. »

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription