2
Défense
Ukraine: L'OTAN conseille la restructuration de la BITD
Ukraine: L'OTAN conseille la restructuration de la BITD

| Baptiste Guillou

Ukraine: L'OTAN conseille la restructuration de la BITD

Alors que le texte de loi n°3822 relatif à la réforme de l’industrie de défense n’a pas encore été adopté, le consortium ukrainien Ukroboronprom poursuit ses réformes ... avec le soutien de l’OTAN et peut être au détriment de Nexter

Rencontre

La réunion du 29 avril dernier entre les dirigeants du consortium ukrainien et le responsable du bureau de liaison de l’OTAN en Ukraine était consacré à la réforme de Ukroboronprom, mais également l’approbation de la stratégie de développement de l’industrie de défense, qui vise à mettre le consortium aux normes OCDE. La mise aux normes européennes et OTAN passent également par la mise à niveau quant aux règles de Conformité (Compliance) occidentales, ce que le consortium ukrainien a déjà commencé, en mettant en place son propre code d’éthique et en développant la formation des employés. Une compression des effectifs de 10% a également été lancée.

Marchés occidentaux

Le marché russe s’étant refermé pour l’industrie ukrainienne de défense, la priorité est de viser l’exportation et la production pour l’armée. Les résultats financiers pour 2020 du consortium indiquent que le revenu net de Ukroboronprom a augmenté de 1,7 milliards de Hryvnias par rapport à 2019, pour s’établir à 37,4 milliards de Hryvnias (environ 1,1 milliard d’euros), tandis que le portefeuille de commandes à augmenté de 21 % en 2020. Les commandes publiques de défense ont fortement augmenté, de 79 % entre 2019 et 2020.

Munitions pour l’Europe Centrale

L’Ukraine intéresse l’OTAN non seulement pour contrer l’influence russe, mais également pour produire, à bas coût, des munitions destinées aux pays d’Europe centrale. C’est dans ce contexte que Kiev a décidé mi-avril de créer deux usines de production de munitions. La construction de ces usines devrait prendre 2 à 3 ans, estime un représentant ukrainien. L’Ukraine disposait d’une telle usine, à Lougansk, dont elle a perdue le contrôle suite au déclenchement de la guerre civile en 2014. Le directeur général de Ukroboronprom a précisé que l’usine de munitions dépendra du consortium. Un soutien Otanien qui  pourrait avoir avoir des conséquences sur l'emploi au sein de la BITD européenne. Et ce jusqu'en France sur le site de Nexter à Bourges, si l'on en juge par le poids représenté par les munitions sur le chiffre d'affaires de la société, et par les liens entre le consortium Ukroboronprom et l'industrie d'armement Turque déjà très agressive à l'export.  
 

Répondre à () :


Captcha
Edmond Huet | 01/05/2021 17:46

Une ou deux usines de munitions en Ukraine ? Cela fait sept ans que cette plaisanterie circule.

Benyoucef Tarik KEDIHA | 01/05/2021 23:50

Aucun numéro d'air et cosmos gratuit c'est honteux

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription