0
Défense
Troisième test réussi pour l'AGM-88G de Northrop Grumman
Troisième test réussi pour l'AGM-88G de Northrop Grumman
© U.S. Navy

| Dorian de Schaepmeester 407 mots

Troisième test réussi pour l'AGM-88G de Northrop Grumman

Northrop Grumman a effectué le troisième test en conditions réalistes de son missile anti-radar AGM-88G. L'opération s'est déroulée au large des cotes californiennes, avec le concours de l'U.S. Navy.

Un missile anti-radar à la pointe de la technologie 

Troisième test et troisième succès pour le nouveau missile anti-radar de Northrop Grumman. La firme américaine menait le 21 juillet un nouvel essai de l'AGM-88G (ou AARGM-ER), en partenariat avec l'U.S. Navy. La manœuvre s'est déroulée au large de la Californie, plus précisément à Point Mugu, lieu de test privilégié de la marine américaine. L'objectif du missile, lancé depuis un avion de chasse F/A 18 Super Hornet : repérer et détruire une cible en contrebas. 

"L'AARGM-ER s'est démontré aussi performant que prévu, en détectant, identifiant, localisant et engageant un système de radar anti-aérien au sol. Ce nouveau succès nous permet d'envisager une future mise en service, avec les nouveaux missiles intégrant des appareils aériens", explique le capitaine Dutko, de l'U.S. Navy, dans un communiqué diffusé par le missilier nord-américain.  

Un missile AGM-88 HARM chargé sur un avion F-4 Phantom II, en 1988.
Un missile AGM-88 HARM chargé sur un avion F-4 Phantom II, en 1988. © Scott Stewart, USAF
Un missile AGM-88 HARM chargé sur un avion F-4 Phantom II, en 1988.

La version améliorée de l'AGM-88E

La gamme de missiles AGM-88 a été lancée au début des années 1980, avec une mise en service de l'AGM-88 HARM en 1985. L'arme est un missile air-sol anti-radar à haute vélocité, destiné à détruire les infrastructures de détection aérienne et de communication ennemies. La version HARM peut atteindre une vitesse de presque Mach 2, fendant l'air à plus de 2 000 km/h, et percuter une cible à environ 110 km de son point de lancement. Dès la fin des années 1990, l'armée américaine souhaite rendre son armement plus efficace et en 2010, la firme Orbital ATK (désormais fusionnée avec Northrop Grumman) livre ses premiers AGM-88E AARGM. Ces "missiles anti-radars guidés améliorés" (AARGM : Advanced Antiradiation Guided Missile) possèdent une capacité de frappe étendue, avec une portée supérieure à 110 km.

Le développement de l'AGM-88G débute en 2016. L'U.S. Navy requiert une nouvelle amélioration des missiles pour les unités de l'aéronavale. Grâce à une propulsion par statoréacteur, le missile pourrait atteindre une vitesse de Mach 4 (4 939 km/h), avec une portée s'étendant au-delà de 300 km. En septembre 2021,  Northrop obtenait la certification "Milestone C", l'autorisation à produire des unités en faible quantité pour un premier lot de missiles. Quelques mois plus tard, en décembre, le gouvernement octroyait 45,6 millions de dollars à l'entreprise privée, débouchant sur la production à faible taux d'un second lot d'AGM-88G.

Actuellement, le nouveau missile de Northrop est intégré au F/A 18 Super Hornet, au F-35 et aux EA-18G Growler de l'aéronavale. L'AGM-88G pourrait connaître d'autres tests avant d'être mis en service au cours de l'année 2023. 


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité