1
Espace
Récupération en mer d’un étage de fusée Electron
Récupération en mer d’un étage de fusée Electron
© Rocket Lab

| Pierre-François Mouriaux

Récupération en mer d’un étage de fusée Electron

Chaque fin de semaine, une image qui a fait l’actualité ou retenu notre attention. Le 20 novembre, la société américano-néo-zélandaise Rocket Lab a récupéré en mer le premier étage de son microlanceur Electron.

Huit missions en 2020 ?

A l’occasion de son seizième vol depuis mai 2017 (et la sixième tentative de lancement cette année), le microlanceur Electron de la société américano-néo-zélandaise Rocket Lab a placé trente charges utiles sur orbite basse, effectuant sa mission « la plus diversifiée » à ce jour.

Le décollage est intervenu le 20 novembre à 2 h 20 UTC depuis la péninsule de Mahia, sur la côte est de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande.

Se trouvaient notamment à bord du microlanceur deux nouveaux nanosatellites Bro de collecte des signaux (Sigint RF) développés par la startup bretonne Unseenlabs, ainsi que le gnome Chompski, un personnage présent dans les jeux vidéo Half-Life 2 et Left 4 Dead 2, imprimé en 3D.

Embarqué dans le cadre d’une opération de charité, le lutin a permis de récolter plus de 286 000 $ pour une unité de soins intensifs pédiatriques néo-zélandaise.

Electron affiche désormais 95 charges utiles mises à poste en quatorze missions réussies.

Deux autres missions devraient s’ajouter d’ici la fin de l’année, portant à huit le nombre de tentatives en 2020 (Electron ayant connu un second échec en vol le 4 juillet dernier).

 

SpaceX n’est plus seul

Baptisée « Return to sender » (Retour à l’envoyeur), la mission du 20 novembre a été par ailleurs marquée par la récupération du premier étage du lanceur, redescendu sous parachute dans l'océan Pacifique, à environ 650 km de distance du pas de tir.

Visiblement « intact et en bonne condition », l’étage a été repéché par l’équipage d’un navire de Rocket Lab (baptisé « Catch of the Day » - Prise du jour), puis rapatrié deux jours plus tard par camion vers l’usine d’assemblage.

SpaceX n’est désormais plus le seul opérateur de lanceurs au monde à maîtriser la récupération d’étage lors de vols orbitaux commerciaux.

En mars, Rocket Lab avait mené avec succès un test de récupération d'un premier étage de son lanceur Electron, largué par un hélicoptère.

Prochaine étape pour Electron (devenu le 28 octobre le lanceur américain le plus utilisé de l’année, derrière le Falcon 9 de Space et devant l’Atlas 5 d’United Launch Alliance : la réutilisation.

Il sera d’ailleurs intéressant de voir quelles parties de l’étage pourront être remises en état (réservoirs en carbone, moteurs, électronique de bord…), après un plongeon dans l’eau salée et un choc thermique important à ce moment…

Répondre à () :


Captcha
Ludovic | 27/11/2020 12:29

"SpaceX n'est plus seul" : vous allez un peu vite en besogne. Rocket Lab est encore loin de pouvoir réutiliser sa fusée comme eux . La repêchée dans l'eau de mer c'est pas du tout la même chose que la faire atterrir en douceur comme la Falcon 9. Ce 1er étage récupéré va être décortiqué pour voir ce qui est utilisable et ce qui ne l'est pas avant d'autres tests. SpaceX a encore des années d'avance sur tout le monde. Pour info aussi, c'est la VULCAIN d'ULA qui serait partiellement réutilisable ( uniquement les moteurs), pas l'ATLAS 5 qu'elle va justement remplacer.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription