13
Défense
Quand l'US Navy reprend le concept de porte-avion léger
Quand l'US Navy reprend le concept de porte-avion léger
© US Navy

| Gaétan Powis 727 mots

Quand l'US Navy reprend le concept de porte-avion léger

L'USS Tripoli vient de finir ses tous derniers essais et peut désormais être déployé. L'US Navy compte ainsi un navire de plus au sein de sa flotte spécialisée dans les opérations de débarquement. Cette nouvelle unité va permettre une montée en puissance non négligeable pour les groupes expéditionnaires puisqu’il a la possibilité d’être transformé en un porte-avion léger.

Une doctrine large et complexe

Les différentes doctrines de débarquement dans le monde se rejoignent toutes sur la classification de quatre navires principaux pour le soutien aux opérations de débarquement :

  • Le Landing Helicopter Assault, de grande taille, spécialisé dans la projection de forces par voie aérienne et maritime,
  • Landing Helicopter Dock, de grande

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.


Répondre à () :

Petrau | 27/01/2022 13:53

Ces portes-avions dits "légers" ne peuvent embarquer d'avions de guet aérien, et leur F35B ne peuvent pas être ravitailles en vol par un autre F35B, ce dernier ne disposant pas de la fonction "nounou" comme en dispose le Rafale. Ils sont donc d'un intérêt plus que limité (assister un débarquement sur des côtes peu défendues, faire de la présence dans des zones de tension,...). Tout ça pour ça ! Nos amis américains se préparent à faire la guerre qu'ils savent faire : celle d'avant.

Hannosset Étienne | 27/01/2022 16:22

"Tout ça pour ça !" écrivez vous. En réalité, les Américains n’ont fait que mettre 40 F35B sur deux de leurs LHD. Et vous, les Français, vous ne mettez pas vos Rafales D sur vos trois Mistral quand votre demi porte avions est à quai ?

Loufi | 28/01/2022 08:12

Etienne commence à gagner. Il n'existe pas de Rafales De. Le novitchok doit lui monter à la tête

Polaris | 28/01/2022 10:19

Les 2 TCD puis BPC puis maintenant PHA de la classe Mistral qui avaient été destinés aux Russes initialement, ont respecté 2 critères dans le cahier des charges. Le 1er critère est un pont d'envole renforcé par un revêtement capable de supporter les futurs appareils Russes à décollage VTOL , et 2 ème critère : La possibilité d'emboiter à la proue (dans les 2 "creux " servant maintenant de rampe de lancement de missiles SIMBAD), une rampe de décollage à l'instar de leurs homologues Espagnols "Juan Carlos " et Italiens "Garibaldi'. La France s'est fermée ces options compte tenu de son choix de ne pas adopter d'appareils étrangers , et ... elle n' a pas pour autant lancée un chantier un sister chip du CDG ... laissant de ce fait une aberration stratégique qui se devait être provisoire : Permanent !!!

Hannosset Étienne | 28/01/2022 10:23

@Loufi. C’est vrai ce que tu écris ?

Hannosset Étienne | 28/01/2022 10:36

@Polaris. Êtes vous CERTAIN À 100% de ce que vous écrivez ? Si c’est vrai, alors c’est sûr que la France ne sortira jamais de l’abîme dans lequel elle s’enfoncé inexorablement... Abime de la desindustrialisation qui s’accélère, du chômage catastrophique, du déficit structurel de la balance commerciale, de l’endettement public mortifère, etc... C’est difficile d’imaginer, pour quelqu’un qui n’est pas Français, qu’un pays puisse commettre autant d’erreurs grotesques dans la conception d’un navire de guerre. J’espère au moins que ces bâtiments sont super armés ou en tout cas armés comme le Triestre italien, sinon je finirai par croire que l’armée française a construit des ferry boats pour pouvoir dire "nous, au moins, on a trois ferry boats !"

Ronfly | 27/01/2022 21:47

Pourquoi tant de haine... Pourquoi pas optimisé leurs navires en fonction des besoins. C'est être pragmatique. Nous avions bien fait pareil à notre façon en Libye avec l'utilisation de nos classes mistral en porte hélicoptère d'assaut avec une vingtaine d'appareils...

Petrau | 28/01/2022 08:59

Les BPC Mistral, Tonnerre et Dixmude sont des Portes Hélicoptères d'assaut Amphibies. Ils n'ont jamais eu vocation a être des Porte-avions. Cordialement

Hannosset Étienne | 28/01/2022 10:44

Selon les études menées par les universités françaises, il n’y a que 15% des français qui sont "anti américains". Vous n’avez aucune raison d’avoir peur. La France restera et dans l’Otan et dans l’UE. Pourquoi ? Parce qu’elle en a besoin, tout simplement. Cela dit, concevoir des navires de guerre sans possibilité de les "améliorer" à faible coût, ce n’est vraiment pas intelligent...

Hannosset Étienne | 28/01/2022 10:53

@Petrau. Vous avez malheureusement raison, ce ne sont que des ferry boats construits à moindre coût... En attendant, quand votre demi porte avions est à quai, vous faites quoi ? J’espère que la France a au minimum signé un accord militaire avec ses ennemis potentiels pour qu’ils n’agressent pas la France quand le CDG est à quai...

DELMAS | 28/01/2022 17:36

Le concept de porte avion léger n'est pas nouveau au sein de l'US Navy. Déjà après l'arrivée de la classe Forrestal, la classe Essex avait été reléguée en porte avion léger à vocation anti sous-marine. Mais l'idée de navires dotés d'appareils à voilure fixe à décollage vertical apparue dans l'US Navy dans les années 70 sous l'impulsion des travaux menés par les britanniques. Le concept de Sea Control Ship fit son apparition et le porte hélicoptère USS Guam de la classe Iwo Jima a été transformé en porte aéronef avec des AV8A de conception britannique. Cependant les démonstrations menées n'ont pas été retenues par les amiraux américains pour bâtir une flotte complémentaire aux super porte avions. Néanmoins de nombreux pays occidentaux ont repris l'idée comme l'Espagne et l'Italie ou de nombreux pays asiatiques. Sans parler de la Royal Navy à qui revient en réalité la paternité du projet (classe Invincible et aujourd'hui les HMS Queen Elizabeth et Pince of Wales. Chez les américains, mis à part le déploiement de 6 appareils maxi au sein des unités expéditionnaires des marines (MAU puis MEU), l'idée réapparu réellement au début des années 90 avec le déploiement de 20 AV8B de la VMFA 542 à bord de l'USS Nassau de la la classe Tarawa, depuis la mer rouge. Les résultats ont été efficients et ont permis d'apporter un soutien significatif aux troupes engagées au sol. Cependant, le concept est limité en raison des contraintes budgétaires et opérationnels. En effet, de telles unités nécessitant des appareils VSTOL (comme les AV8B et F35B), uniquement mis en oeuvre par le corps des marines outre atlantique, il apparait difficile de déployer des forces significatives sur plusieurs navires dans des missions de contrôle des mers alors que la vocation première de l'USMC est l'action vers la terre et plus particulièrement le soutien à ses fantassins. Par contre de telles unités navales trouvent un réel intérêt dans le cadre du concept Sea Base, mais c'est une autre histoire....

Hannosset Étienne | 28/01/2022 17:55

Je partage votre opinion. Il est vrai que le concept de sea base est une autre histoire mais c’est aussi une belle histoire (surtout dans le Pacifique et l’océan Indien !) et qu’un article d’A&C serait le bienvenu.

Bat | 29/01/2022 11:51

Vous avez tous un peu raison ,nos 3 batiments Types Mistral n'ont pas le pont renforcé entièrement comme pour les deux vendus aux russes et retro ceder à l'Egypte mais il y a une zone d'accueil des F35 B ou Harrier 2 selon une procédure. Ensuite la France en cas de déploiement le fait toujours sous l'egide de L'ONU donc cesser de nous parler d'une confrontation France seule contre tous...ce type de conflit n'aura pas lieu ....de toutes façons si cela avait lieu ce serait USA et Europe contre un adversaire ....

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité