1
Industrie
Préserver l'industrie de Défense
Préserver l'industrie de Défense
© C. Cosmao

| La rédaction

Préserver l'industrie de Défense

Les présidents des différents groupements industriels du secteur de la défense ont été auditionnés par la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l'Assemblée nationale.

Coup de pouce à la supply chain Défense

"L’industrie de défense doit être reconnue comme « essentielle à la nation », souligne Françoise Dumas, présidente de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l'Assemblée Nationale, au terme de l'audition de Stéphane Mayer, président du Gicat et du Cidef; d'Eric Trappier, président du Gifas; et Hervé Guillou, président du Gican. Et de mettre en garde "contre toute tentation de réduire les investissements des Armées, non seulement au nom des intérêts de défense de la France mais aussi pour contribuer efficacement et rapidement au maintien et au développement de l'emploi. Il conviendra bien sûr de s'assurer que ces dépenses bénéficient aux grands groupes qui constituent les fleurons de notre industrie, mais d'abord et avant tout à la supply chain, dont on constate que la paralysie ou la disparition représenterait un risque majeur pour l'ensemble de la BITD (base industrielle et technologique de défense), pour notre autonomie stratégique et pour l'aménagement du territoire".

Sauver les 4 000 PME/PMI

"La reprise d’activité se fait progressivement grâce au dialogue social et la mise en place de mesures d’organisation permettant de garantir la protection sanitaire des salariés. En moyenne 30 % des effectifs sont présents sur les sites de production et une part plus élevée des salariés est en télétravail. Les difficultés rencontrées par les fournisseurs se répercutent sur les chaînes d’approvisionnement, ce qui témoigne de la nécessité de soutenir et de sauver les 4 000 PME/PMI qui constituent l’écosystème industriel. L’industrie aéronautique, en particulier, est frappée durement par la crise du fait de son caractère dual (civil et militaire) et de l’arrêt du transport civil aérien", souligne Françoise Dumas qui précise qu'un "dialogue étroit entre les industriels et la direction générale de l’armement (DGA) a permis de hiérarchiser les priorités et de poursuivre les activités nécessaires à la continuité de l’action des armées sur le territoire national et en opérations extérieures (OPEX)".

La concurrence reste active

Les présidents du Gicat, du Gifas et du Gican ont également "alerté les députés de la commission du risque de perte de parts de marchés à l’export pour l’industrie française de défense. En effet, même pendant la crise, les affaires continuent : les entreprises allemandes n’ont jamais interrompu totalement leur activité, les industriels chinois ont rapidement repris contact avec l’ensemble des clients internationaux potentiels, et la concurrence américaine bénéficie à la fois du maintien d’une large part de ses capacités de production et d’un soutien financier massif du gouvernement fédéral. En plus de la préservation des investissements prévus dans la loi de programmation militaire 2019-2025 et du maintien des dotations du Fonds européen de défense, les présidents ont tous les trois plaidé en faveur de mesures d’aide à court terme pour l’ensemble des trois filières (terre, air, mer) afin de surmonter les difficultés".

Plus pour les équipements militaires

Un investissement capacitaire supplémentaire dans les équipements militaires pourrait répondre à des besoins avérés des armées et générer de l’activité et de l’emploi sur le sol national. Pour l’aéronautique, une incitation publique au renouvellement des flottes civiles présenterait le double avantage de redonner de l’activité aux industries duales et d’accélérer la transition de la flotte vers des modèles moins polluants. Enfin, les présidents de groupements ont appelé à soutenir la Recherche et le Développement (R&D) pour éviter tout retard technologique préjudiciable", souligne également Françoise Dumas qui conclut : "les députés de la Commission de la Défense sont attentifs aux effets de la crise sur l’industrie de défense qui n’est pas une industrie comme les autres : la possession d’une BITD souveraine est l’une des conditions de notre autonomie stratégique. Elle est en capacité de jouer un rôle déterminant dans la relance économique du pays".

 

 

 

Répondre à () :


Captcha
Domerc | 30/04/2020 00:27

Surtout pas. Les dépenses militaires sont insoutenables et grèvent la richesse de français toujours plus miséreux. Non il faut que nous votions par des rics pour bloquer toutes ces dépenses ignobles et criminelles faites avec nos impôts. Mais le lobby militaro industriel va encore tout faire pour tout bloquer. Mais je ne suis pas dupe. Tout ce système sert à enrichir des dominants tjs plus antidémocratiques et rentiers. Mais la colère gronde...L'avenir dira ?

| | Connexion | Inscription