1
Espace
Premier vol du nouveau lanceur chinois Longue Marche 8
Premier vol du nouveau lanceur chinois Longue Marche 8
© CNSA

| Pierre-François Mouriaux

Premier vol du nouveau lanceur chinois Longue Marche 8

La Chine continue d’accumuler les succès spatiaux, avec la mise en service ce matin d’un nouveau lanceur de puissance moyenne, potentiellement réutilisable.

Remplacer les vieillissants Longue Marche 2 et 3

Un nouveau lanceur de puissance moyenne a été inauguré ce matin, à l’occasion du 102e lancement orbital réussi de l’année (et le 34e depuis la Chine) : le Longue Marche 8, développé par l'Académie chinoise de technologie des lanceurs (Calt).

Le Longue Marche 8 est destiné à remplacer les Longue Marche 2 et 3 développés au début du programme spatial chinois.

D’une hauteur de 50,3 m, d’un diamètre de 3,5 m et d'une masse de 356 t au décollage, le LM 8 est composé de deux étages (kérosène/oxygène liquide pour le premier étage, dérivé du LM 7, et hydrogène/oxygène liquides pour le second, dérivé du LM 3B), ainsi que de deux propulseurs d’appoint à propergol solide.

Il peut ainsi placer 7,6 t sur orbite basse, 4,5 t sur orbite héliosynchrone (à 700 km d'altitude) ou 2,5 t sur orbite de transfert géostationnaire.

 

Une version réutilisable d’ici 2025

Le décollage du LM 8 est intervenu ce 22 décembre à 4 h 37 UTC, sous un ciel particulièrement couvert.

Tous les passagers ont été placés avec succès sur une orbite héliosynchrone.

Une version LM 8R permettant la récupération du premier étage pourrait entrer en service à l’horizon 2025.

 

Nouvelle mission pour ThrustMe

Mis en œuvre depuis le centre spatial de Wenchang, sur l’île de Hainan, le premier exemplaire du LM 8 embarquait 5 charges utiles : le démonstrateur technologique XJY-7 et des petits satellites d’observation de la Terre.

Citons parmi eux ET-Smart-RSS, un cubesat 6U (8 kg au décollage) a été construit par la société Smart Satellite Technology, pour le compte de l’Institut éthiopien des sciences et technologies de l'espace (Essti), ainsi que Hisea 1, le premier satellite radar à synthèse d’ouverture commercial de la société sino-luxembourgeoise Spacety (180 kg).

Premier petit satellite SAR commercial en bande C au monde équipé d’une antenne à réseau phasé, Hisea 1 est doté du système de propulsion électrique à l'iode de la startup française ThrustMe, chargé d’assurer au satellite son maintien sur orbite, l'évitement de débris et la désorbitation à la fin de sa durée de vie (prévue pour trois ans).

C’est la seconde fois en six semaines qu’un moteur de ThustMe est lancé : le 6 novembre dernier, le démonstrateur Beihangkongshi 1 de Spacety (un cubesat 12U) était devenu le premier satellite au monde équipé d’un propulseur électrique à iode.

Répondre à () :


Captcha
Benoît Fannière | 24/12/2020 13:30

Merci Alain et bonnes fêtes à toi et toute la famille! Ces chinois sont très forts, dommage qu'on ne fasse pas des lanceurs avec eux, comme on fait des hélicoptères....

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription