1
Espace
Mars : ocre, bleutée, aride et froide
Mars : ocre, bleutée, aride et froide
© ESA/DLR/FU Berlin

| Gilles Dawidowicz

Mars : ocre, bleutée, aride et froide

Ocre, brune, rougeâtre, grise, blanche, bleutée, aride et froide. Voilà comment qualifier la planète Mars saisie par l'orbiteur européen Mars Express, le 17 juin dernier.

[Visualiser l’image en HD]

 

Peu après l'hiver

L'hiver est à peine terminé dans l'hémisphère nord martien, et les rayons du lointain Soleil ont du mal à dissiper les brumes hivernales. Il fait froid, très froid. Il fait sec aussi, très sec. Mais le paysage est somptueux. Nous sommes face à la calotte polaire nord (en haut de l'image) et au rebord septentrional du grand bassin d'impact Hellas Planitia (en bas de l'image). Manifestement, la planète rouge porte bien mal son nom. Entre les deux extrémités du cliché, les zones « tropicales » et l'équateur. Les nuances de couleurs sont incroyables, et permettent de se rendre compte des paysages qu'offre notre voisine.

 

Du nord au sud

La région polaire nord reste encore mal explorée : seule la sonde américaine Phoenix s'est posée le 25 mai 2008 à 68° de latitude nord, soit encore bien loin du pôle (pour mémoire, sur Terre le cercle polaire nord se trouve à 66° de latitude). Toutes les autres missions automatiques martiennes se sont posées aux alentours de l'équateur (exception faite de Viking Lander 2, le 3 septembre 1976).

Le nord est donc en haut, le sud en bas. Dommage de n'avoir pas le globe dans son intégralité, mais l'image est saisissante. Il s'agit d'un assemblage de photographies réalisées depuis l'orbite par la sonde Mars Express grâce à sa célèbre caméra HRSC. La résolution au sol atteint au centre de l'image environ 1 km par pixel.

 

Vastitas Borealis

Le premier tiers de l'image, en haut, nous dévoile la calotte polaire nord, ses contreforts et les basses terres resurfacées de la planète. La calotte polaire est à son extension hivernale maximale. Elle s’étend en latitude entre 90° et 75°. Elle n'a pas encore vraiment amorcé son rétrécissement printanier. Très blanche, elle est essentiellement composée de glace d'eau… et de poussières. Ici ses rebords sont bleutés : il s'agit certainement de nuages de cristaux de glace probablement formés lors des premières phases de sublimation printanière et lors de transferts gazeux atmosphériques. Dans l’angle à gauche, le cratère d’impact Lomonosov est comblé de glaces également saisonnières. Elles auront disparu bien avant l'été. En zoomant sur l'image, le paysage est somptueux. Quelques petits cratères d'impact aux alentours sont révélés et couronnés également par une fine couche de glace blanche.

Plus au sud se trouvent les basses terres, des plaines mornes et sans relief aux sols polygonaux façonnés par le pergélisol ; elles sont peu cratérisées et donc relativement jeunes. Deux grandes étendues nous font face : l’une très grise située juste à la limite sud de la calotte : c’est Vastitas Borealis, une région faite de dunes sombres, et l'autre au sud de cette étendue un peu plus ocre et saumonée dans laquelle on reconnaît le grand cratère Lyot et ses anneaux magnifiques. Cette dernière est marbrée par de belles et étonnantes buttes plus ou moins tabulaires ou pyramidales, témoins d’un passé vraisemblablement lointain où à de grandes phases de sédimentations ont succédées des phases intenses d’écoulements et d’érosion. Observez la limite de ces terrains délités. Ce premier tiers de l’image est en effet marqué par une frontière naturelle et nette : la dichotomie Nord/Sud de Mars. Peut-être un paléorivage indiquant les limites sud d’un océan boréal aujourd’hui disparu…

 

Un cliché tout en nuances

Les deux-tiers restants de l’image, au centre et en bas, sont le domaine des hauts et vieux plateaux cratérisés martiens. Littéralement criblée d’impact, le nord et le centre de cette région se nomme Arabia Terra et nous offre des cratères d’impact géants comme les cratères Cassini (412 km), Antoniadi (394 km) et Tikhonravov (386 km). Ici, la surface de Mars a été poinçonnée, oblitérée par des milliers d'astéroïdes qui ont façonné un paysage désolé il y a surement 3,9 milliards d'années, à une époque où un intense bombardement météoritique se serait produit dans l'ensemble du système solaire.

Enfin, tout en bas de l'image, dans une région nommée Terra Sabaea, on retrouve à droite le grand cratère d'impact Huygens (410 km) juste avant le rebord nord d'Hellas Planitia. Ici se sont formés de grands fleuves dans les temps anciens, aujourd'hui fossilisés, et dans lesquels de gigantesques écoulements d'eau se seraient produits suite à des ruptures brutales de poches d'eau stockées en sous-sol. Aujourd'hui, il n'en reste plus que des vallées fantômes asséchées, des terrasses étagées, des méandres et des îles, d'énormes dépôts de sédiments... Bref, des formes et formations fascinantes à étudier, à explorer !

 

L'ombre d'un géant

Une dernière chose encore. Dans l'angle droit de l'image, ce n'est certainement pas le pôle sud et sa calotte de glaces que l'on voit sur le cliché. C'est bien les remparts nord de l'un des plus grands bassins d'impact du système solaire : Hellas Planitia. Il mesure plus de 2 200 km de diamètre, et plus de 9 km de profondeur ! Un géant parmi les géants. La collision cosmique à l'origine de cette formation géologique exceptionnelle a été formidable. Titanesque même. Hellas est une cicatrice, une blessure béante, presque une mutilation qui a entaillée à jamais l’hémisphère sud de la planète. Mais le pôle Sud, encore bien loin de là, n’est pas visible sur le cliché.

 

Construite sous maîtrise d’œuvre de Airbus Defence and Space (ex-Astrium) pour l’Agence spatiale européenne, la sonde Mars Express est en orbite autour de la planète rouge depuis le 25 décembre 2003. Elle était partie de Baïkonour le 2 juin 2003, à bord d'une fusée Soyouz-Fregat.

 

Gilles Dawidowicz est géographe, auteur, conférencier et secrétaire général de la Société astronomique de France. Pour Air & Cosmos, il décrypte régulièrement les nouveaux clichés réalisés par les sondes qui explorent le système solaire.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription