3
Défense
Les vérités de Florence Parly à l'Ecole de l'Air
Les vérités de Florence Parly à l'Ecole de l'Air
© Ecole de l'Air

| Jean-Marc Tanguy

Les vérités de Florence Parly à l'Ecole de l'Air

La ministre des Armées a à la fois imposé une femme, spécialiste du renseignement à la tête de l'Ecole de l'Air, et permis à l'Armée de l'Air de compléter son appellation avec l'Espace.

Armée de l'Air et de l'Espace


Malgré les limitations d’accueil liées au covid-19, le public était nourri à l’Ecole de l’Air, vendredi 24 juillet, pour entendre et voir Florence Parly introniser le général de brigade aérienne (bientôt de corps aérien) Dominique Arbiol à la tête de cet incubateur des futurs chefs de « l’Armée de l’Air et de l’Espace », puisque la ministre a aussi autorisé l’utilisation de ce nom d’usage. Plusieurs anciens étaient aussi présents pour le baptême de promotion, comme Marc Amberg, ancien leader de la PAF passé chez Dassault Aviation, le général Jean-Pierre Job, ancien CEMAA, ou encore Bruno Clermont, conseiller air d’Eric Trappier.
 

Centre militaire d'observation par satellite

Quelques heures avant son intronisation, Dominique Arbiol confiait à Air & Cosmos l’honneur qui était le sien d’avoir été choisie par la ministre pour une mission qui s’annonce exaltante. La ministre a expliqué, dans sa troisième prise de parole de la journée, que Dominique Arbiol a « construit son parcours avec ardeur et patience », ce qui l’a « mené tout droit au domaine spatial », puisqu’elle a notamment commandé le centre militaire d’observation par satellite (CMOS) après avoir servi au centre de formation et d’interprétation interarmées à l’imagerie (CF3I).
 

Capter l'innovation technique

La ministre, le chef d’état-major de l’Armée de l’Air et madame le général ont pu mesurer toute la vivacité de la base aérienne de Salon-de-Provence mais aussi de ses voisines d’Istres et Orange à capter et générer de l’innovation technique et tactique, comme Air & Cosmos l’incarnera dans de prochains articles, durant le mois d’août. La ministre, qu’on sait férue de technologie, y a trouvé de nouvelles approches pour la formation des personnels navigants, mais aussi les dernières solutions en matière de lutte anti-drones, une problématique aigüe sur tous les théâtres d’opérations, en opex ou sur le territoire national.
 

Promo lieutenant-colonel Joseph Pouliquen

La ministre des Armées a aussi pu profiter de la validation des présentations des ambassadeurs : Rafale Solo Display, école de voltige de l’Armée de l’Air, Patrouille de France, les parachutistes n’ayant pu réaliser leur saut contrecarré par un mistral trop puissant. Dominique Arbiol est désormais en charge des 2 000 âmes de la base, dans leur diversité : 1 200 permanents et 600 à 700 élèves, dont 130 dans la promotion Lieutenant-colonel Joseph Pouliquen, un aviateur emblématique, Compagnon de la Libération, qui a fourni l’exemple que recherchait les jeunes. Des élèves à qui la ministre a demandé « Courage, abnégation, sacrifice », à l’instar de ce que fut la vie de leur parrain.

Répondre à () :


Captcha
Sibille | 27/07/2020 19:51

Le Général de brigade, va passer directement général de corps sans passer par division ? C'est à dire de 2 à 4 étoiles ? 0

Alfa | 28/07/2020 12:06

@Sibille, mdrrr je me suis dit la même chose ... De Brigadier a Corps d'Armées sans passer par la case division, possible en situation exceptionnelle. Qui plus est la Générale aurait le même titre que le Cemaa...🤷🏽‍♂️

N | 29/07/2020 14:36

Pourquoi ne pas simplement remplacer la devise par : "Diversité, Inclusion, Tolérance" Voila qui serait républicain. "Courage, abnégation, sacrifice" ne fait référence qu'à la Nation et à la France, notion dépassée. L'avenir européen est celui de Louise Weiss, une femme qui donne son nom aux bâtiments européens à Bruxelles.

| | Connexion | Inscription