8
Défense
Les experts de la Marine Nationale au chevet de l'USS Ross
Les experts de la Marine Nationale au chevet de l'USS Ross
© Marine nationale

| Gaétan Powis 393 mots

Les experts de la Marine Nationale au chevet de l'USS Ross

Ce 21 mars, le destroyer américain Ross a subi une panne technique sur un système de refroidissement. Deux techniciens français ont été héliportés sur le navire américain depuis le bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne. La réparation des deux marins français sur du matériel américain démontre une nouvelle fois l'interopérabilité de la Marine Nationale avec la Marine américaine.

Clemenceau 22

La Marine Nationale a déployé le porte-avions Charles de Gaulle en mer Méditerranée depuis le 3 février. Ce dernier est accompagné par une flottille de 9 navires dont la mission est de protéger et soutenir l'ensemble de l'escadre. Comme les précédentes missions Clemenceau, celle-ci comporte des navires, hélicoptères et même un état-major multinational. C'est ainsi l'occasion pour la Marine Nationale de démontrer son interopérabilité avec différentes marines de pays membres de l'OTAN (voir l'article résumant les éléments de l'escadre et de la mission Clemenceau 22).

Deux techniciens français sur le destroyer américain Ross

L'interopérabilité au sein de l'OTAN est assurée par des standards appliqués aux forces armées des 30 pays membres. Les exemples les plus concrets se retrouvent dans la standardisation des munitions, des terminologies ou encore le partage de l'information. Cette interopérabilité, jusqu'à un certain niveau, est aussi matérielle et technique. Cette dernière a justement été démontrée hier au sein de l'escadre du porte-avions Charles de Gaulle. 

En effet, ce 21 mars, le destroyer américain Ross a subi une panne sur son système de refroidissement. Les techniciens américains ont pu isoler la fuite mais, comme pour les autres navires de l'escadre, ne disposaient pas de l'expertise technique ou du matériel nécessaire pour la réparer. Le soutien logistique et technique de l'escadre est géré par l'équipage du bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne. Il a donc héliporté un soudeur, un expert frigoriste et leur matériel spécifique sur le destroyer américain. Ces derniers, aidé des techniciens américains, ont alors réparé la fuite sur le circuit endommagé du navire.

Ce cas concret démontre encore une fois que l'interopérabilité entre la Marine Nationale et la Marine américaine est très poussée : elle comprend un large éventail de possibilités, allant de l'échange très connu d'avions sur les porte-avions des deux marines (comme démontré dans cet article) jusqu'à l'expertise, bien moins mise en avant, de mécaniciens des deux marines pour résoudre des pannes. Ces dernières, en apparence peu importantes, peuvent devenir très problématiques en pleine mer si elles ne sont pas gérées rapidement.


Répondre à () :

ATL1 | 22/03/2022 18:02

C'est une venerable Alouette III qui est en finale sur le Ross? On dirait bien...

Gaétan Powis | 26/03/2022 12:03

Oui, le BCR Marne dispose d'une Alouette III pour la mission Clemenceau 22

Hannosset | 22/03/2022 18:56

@auteur. Vous avez raison de souligner les avantages (pour tous !) de l’intégration des armées dans l’Otan !!! Les Américains forment les pilotes Rafale de l’aeronavale, les Français solutionnent rapidement le problème technique d’un navire de l’US Navy, les Allemands se préparent à vendre des blindés Lynx KF41 à l’armée US, etc, et tout le monde est content.

Olivier Ducamp | 22/03/2022 19:35

Tellement vu juste... Et tellement affligeant cette autosatisfaction qui cache la vacuité de nos dirigeants...

Hannosset | 22/03/2022 20:21

@olivier ducamp. Pas de vos dirigeants, je crois, ni même de vos chefs d’entreprises. Eux, ont compris. Mais c’est vrai, dommage et triste, qu’il y aient encore en France (et dans d’autres pays aussi !) des nostalgiques de l’époque des chevaux de traits, des locomotives au charbon et de Louis XIV. De toute façon, dans 100 ans ils seront tous morts et l’avenir se sera construit sans eux...

Chis | 24/03/2022 13:54

A part faire de nous des sous américains qui se trouvent entraîne dans leur conneries, je ne vois aucun avantage à faire partie de l'OTAN. J'ai connu la période où être Français c'etait très considéré. Comme je suis installé en Asie, je peux vous garantir que ce n'est plus le cas. Il suffit de voir comment Poutine reçoit Macron et les autres présidents. Continuez à vous tirer des balles dans la tête...

Jdg | 24/03/2022 20:09

Donc en résumé les français aident les américains pendant que les Allemands empochent l'argent ! Vous avez raison mais ça n'est pas une bonne nouvelle pour autant

Julie | 25/03/2022 17:59

@l'auteur. Le titre de l'article est plutôt racoleur. Au cas d'espèce, il s'agit d'une opération de routine au sein d'une escadre. Peu importe la nationalité des navires impliqués.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité