0
Défense
Le Royaume-Uni reporte la première mise à feu du missile SPEAR 3
Le Royaume-Uni reporte la première mise à feu du missile SPEAR 3
© MBDA, UK Ministry of Defense

| Dorian de Schaepmeester 386 mots

Le Royaume-Uni reporte la première mise à feu du missile SPEAR 3

Le Ministère de la Défense britannique a annoncé que le futur missile air-sol SPEAR 3 ne serait pas testé avant le début de l'année 2023. La firme MBDA rencontrerait de nombreux problèmes techniques, dû à la complexité de la munition.

Un missile trop complexe ? 

La première mise à feu du missile britannique SPEAR 3 (pour Selective Precision Effects at Range) n'aura pas lieu en 2022. Le Ministère de la Défense du gouvernement Johnson a annoncé que le test de la future munition air-sol prendrait finalement place en 2023. Le média Shephard rapporte que la compagnie d'armement MBDA rencontrerait divers problèmes techniques lors de la conception du SPEAR 3. Ce missile viendrait équiper différents avions de chasse, de l'Eurofighter Typhoon aux F-35 de la Royal Air Force (RAF) britannique.

Partageant de nombreuses similarités technologiques avec le Brimstone, élaboré et produit par MBDA, le SPEAR 3 est un missile air-sol d'environ deux mètres, de 18 centimètres de diamètre et de moins de 100 kilogrammes. Avec le SPEAR 3, MBDA promet "un missile de haute précision, avec un faible pourcentage de dommages collatéraux". La munition, larguée depuis un chasseur, peut théoriquement frapper une cible située entre 100 et 130 km. L'entreprise d'armement explique notamment que le missile est redoutable contre des batteries anti-aérienne. Le SPEAR 3 est propulsé grâce à un turboréacteur lui permettant de parcourir rapidement la distance le séparant de sa cible, bien que le missile soit classifié comme étant subsonique. Grâce à l'intégration d'un système GPS/INS (pour Inertial Navigation System, "système de navigation inertiel"), le SPEAR 3 peut effectuer des mises à jour des cibles visées et ainsi atteindre des objectifs en mouvement.

Le missile SPEAR 3, une fois déployé, pourrait atteindre des distances s'étendant de 100 à 130 km de son point de départ.
Le missile SPEAR 3, une fois déployé, pourrait atteindre des distances s'étendant de 100 à 130 km de son point de départ. © Bumper12, Wikimedia Commons
Le missile SPEAR 3, une fois déployé, pourrait atteindre des distances s'étendant de 100 à 130 km de son point de départ.
Le SPEAR 3 partage certaines caractéristiques avec le missile air-sol Brimstone, exposé ici au RAF Museum de Londres.
Le SPEAR 3 partage certaines caractéristiques avec le missile air-sol Brimstone, exposé ici au RAF Museum de Londres. © Nick-D, Wikimedia Commons
Le SPEAR 3 partage certaines caractéristiques avec le missile air-sol Brimstone, exposé ici au RAF Museum de Londres.

Un contrat à 640 millions d'euros

Le projet SPEAR 3 a débuté en 2010 après l'établissement d'un accord entre le gouvernement britannique et MBDA. En 2021, année fructueuse pour le missilier, le Royaume-Uni accordait un financement de 550 millions de livres, soit 640 millions d'euros, pour le développement et la production des nouveaux missiles. 

Avec le report du test initialement prévu pour 2022, la production semble plus lente qu'attendue. Si le Ministère de la Défense britannique annonçait l'intégration des SPEAR 3 aux F-35 en 2025, cette date pourrait cependant glisser à 2026, voir au-delà. En novembre 2021, Jeremy Quin, Ministre des marchés publics de la Défense, indiquait devant le Parlement que les SPEAR 3 ne seraient probablement pas opérationnels avant 2028. La première mise à feu du nouveau missile de MBDA aura lieu en 2023 depuis la base aérienne de Vidsel, en Suède. La manœuvre sera exécutée grâce à un Eurofighter Typhoon.


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité