4
Ukraine
Le Président Zelensky veut revoir un Antonov 225 voler
Le Président Zelensky veut revoir un Antonov 225 voler
© Antonov Company

| Gaétan Powis 514 mots

Le Président Zelensky veut revoir un Antonov 225 voler

Le Président ukrainien a récemment annoncé sa volonté de reconstruire un Antonov 225. Ce projet représenterait un coût économique très élevé pour l'Ukraine et la guerre actuellement en cours empêche le début de ce projet. L'An-225 Mryia est aussi devenu un symbole pour les Ukrainiens et par sa volonté de le reconstruire, le Président Zelensky veut promettre à sa population de reconstruire le pays ravagé par la guerre.

Un projet entre l'Ukraine et la Turquie tombé à l'eau

Le 19 mai, le Président ukrainien, Volodymyr Zelensky, effectuait une conférence en ligne avec des étudiants ukrainiens. Il a parlé pendant plusieurs minutes du cas de l'An-225, détruits dans les combats de l'aéroport Antonov (Hostomel, Ukraine) :

"Nous voulions le construire, nous avions besoin de 800 millions de dollars. J'ai fait appel au président de la Turquie avec une proposition de construction du 2ème Mryia, mais nous n'avons pas trouvé l'argent."

Le Président ukrainien parle dans cet phrase de sa visite en Turquie d'octobre 2020. A cette époque, les Turcs se sont montrés intéressés pour terminer l'assemblage du second appareil. Toutefois, les discussions sur ce projet n'ont rien donné. Avant ces discussions, les Chinois avaient aussi montré leur intérêt mais là aussi, il n'y a eu aucune suite.

L'ambition d'un président

"Mais dans ce cas-ci, ce n'est pas un problème d'argent, c'est un problème d'ambition. Nous avons été contacté par Ukroboronprom, l'équipe Antonov." 

Le Président ukrainien avance donc une volonté politique de reconstruire un An-225. Pour rappel, Ukroboronprom est un conglomérat qui regroupe plus de 130 entreprises ukrainiennes (dont Antonov) actives dans les différents secteurs de la défense. Il a terminé sur ce sujet en ajoutant :

"C'est une question de l'image de notre pays et de tout les excellents pilotes professionnels qui sont morts durant cette guerre [...] Combien de pilotes ont donné leur vie pour tout amener là-bas, des armes jusqu'à l'eau potable. Et combien de blessés ils ont pris à partir de là ? Un grand nombre de ces personnes sont mortes héroïquement. Construire un Mryia pour la mémoire des héros est la bonne position de État."

Un contexte à prendre en compte

Alors certes, le Président a publiquement affirmé sa volonté de construire un second An-225 mais il faut remettre la situation dans son contexte : 

  • L'Ukraine est en pleine guerre et son économie est entièrement tournée vers le soutien à ses Forces armées.
  • Des frappes russes ont endommagé ou détruit des sites industriels clés, comme le bombardement du 14 mars sur le site d'assemblage des avions Antonov sur l'aéroport de Sviatoshyn (Kiev, Ukraine).
  • Certains pensent que le fuselage non terminé du second An-225 pourrait servir de base à ce projet. Or, seulement le fuselage, les ailes, l'empennage et une partie des trains ont été terminés en partie et ne sont pas entretenus depuis les années 2000. Par ailleurs, ces différentes pièces étaient stockées avant la guerre sur l'aéroport de Sviatoshyn. Or, depuis son bombardement du 24 mars, aucune image récente ne donne de confirmation sur l'état de ces différentes pièces.

La reconstruction de l'Ukraine ?

Il y a aussi la symbolique qui se cache derrière cette ambition : l'An-225 Mryia est devenu l'un des symboles de ce conflit et par sa reconstruction, le Président Zelensky voulait montrer sa volonté de rebâtir le pays une fois la guerre terminée. Par ailleurs, ce projet aura un coût très élevé et il est fort probable que les fonds publics seront redirigés en priorité vers la reconstruction des infrastructures vitales de l'Ukraine.


Répondre à () :

JP | 24/05/2022 15:23

Évidemment, reconstruire un An 225 n'est sûrement pas la priorité du moment. Mais quel symbole ! Le moment venu, rebâtir un exemplaire de cet avion qui appartient au patrimoine aérospatial mondial serait la consécration du renouveau. Les européens s'honoreraient d'en assurer le financement en tant que de besoin. Et pourquoi pas une souscription lancée par A&C ? Chaque euro comptera.

| 24/05/2022 16:48

C’est de l’humour, j’espère ? Vous pensez vraiment que reconstruire de l’ancien est la consécration du renouveau ???

JP | 26/05/2022 12:05

Nous n'avons pas d'avenir si nous ne connaissons pas notre histoire. Le patrimoine, quel qu'il soit, est un témoignage de notre histoire. Bien cordialement.

JP | 24/05/2022 15:24

Évidemment, reconstruire un An 225 n'est sûrement pas la priorité du moment. Mais quel symbole ! Le moment venu, rebâtir un exemplaire de cet avion qui appartient au patrimoine aérospatial mondial serait la consécration du renouveau. Les européens s'honoreraient d'en assurer le financement en tant que de besoin. Et pourquoi pas une souscription lancée par A&C ? Chaque euro comptera.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité