0
Défense
Le DLR présente le rival du Zéphyr d'Airbus
Le DLR présente le rival du Zéphyr d'Airbus

| Bastien Carris

Le DLR présente le rival du Zéphyr d'Airbus

Après avoir mené une intense campagne de lobbying auprès de l'OCCAR au détriment de son homologue français l'Onera sur le programme SCAF, le DLR poursuit sa croisade avec les fonds alloués par le gouvernement allemand en ciblant cette fois le projet Zéphyr

L'Alpha poursuit son chemin  

Lancé en 2018, le projet allemand Alpha HAP vient de connaître une nouvelle étape avec la diffusion des premières images de synthèse. Développé par 17 instituts rattachés à la DLR (Deutsches Zentrum für Luft-und Raumfahrt), il vise à mettre en service d’ici 2022 une plateforme HAP (High-Altitude Platform) sans pilotes et propulsée à l’énergie solaire. Dénommée Alpha, cette plateforme pourrait avoir une application duale civilo-militaire.

Détails du système 


Alpha sera en mesure de voler à une altitude de 20 000 mètres pendant une longue période de temps et ce, en transportant une charge utile de 5 kilos. Sa propulsion est assurée par deux petites hélices placées sur chaque aile pour une envergure de 26 mètres. Son poids de 36 kilos, très faible, est dû à l’utilisation intensive de polymères renforcés de fibres de carbone. Sont également conçus les futures charges utiles de l’Alpha qui disposera d’un radar d'imagerie SAR (High-Altitude Platform Synthetic Aperture Radar) et d’une caméra aérienne (Modular Aerial Camera System High-Altitude Platform). La station au sol mobile pourra assurer une communication sécurisée avec l’Alpha à plus de 100 kilomètres de distance.

Vers une application militaire ?

L’intérêt de ce type d’aéronef réside dans la miniaturisation de ses composants, qui lui permettent d’effectuer des missions identiques à des nanosatellites pour des coûts autrement plus faibles. De plus à 20 kilomètres dans la basse stratosphère, il vole au-dessus du trafic civil mais surtout à l'abri des événements météorologiques soudain. Ses concepteurs prévoient de l’utiliser comme un relais de communication 5G pour créer une bulle sécurisée destinée aux opérations aéro-terrestres, mais aussi pour des applications liées à la reconnaissance aérienne. D’autant qu’il s’apparente en termes de performances à l’HAPS Zephyr (High-Altitude Pseudo Satellite) d’Airbus Defence and Space. 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription