0
Défense
Le COVID ralentit 14 milliards de dollars de livraisons d'armes à Taiwan
Le COVID ralentit 14 milliards de dollars de livraisons d'armes à Taiwan
© Reuters

| Gaétan Powis 389 mots

Le COVID ralentit 14 milliards de dollars de livraisons d'armes à Taiwan

Suite à la pandémie actuelle, les commandes de matériels militaires taïwanais ont accumulé de nombreux retards de production et donc de livraison. Ces délais inquiètent Taïwan car ils peuvent être une porte ouverte à une invasion chinoise avant que Taïwan dispose d'une force de dissuasion classique trop importante.

Une pandémie qui ralentit toutes les commandes

Taïwan est un allié stratégique pour les États-Unis dans la zone Pacifique. L'île garde une relation très proche avec les Américains, tout particulièrement pour les commandes de matériels militaires. Cependant, la pandémie actuelle a entrainé un retard à divers échelon de la production des différentes commandes : diminution du personnel (production, développement, etc), interruption ou ralentissement de la chaine logistique (matières premières, transport entre les usines aux États-Unis, transport vers Taiwan). Ainsi, sur un total de 17 milliards de divers matériels commandés aux USA, 14,2 milliards seront livrés en retard sur les prévisions annoncées.

La liste complète n'est pas disponible mais il est certains que les matériels ci-dessous accumuleront un délai de livraison :

  • 66 F-16V, achetés pour un totale de 8,2 milliards de dollars, prévus en 2026 mais dont la livraison planifiée est retardée.
  • modernisation des batteries anti-aériennes longue portée MIM-104 Patriot.
  • 40 obusiers autotractés M-109A6 Paladin, acquis pour 625 millions de dollars, première livraison en 2023, désormais repoussée.
  • 25 lance-missiles mer-sol mobile Harpoon Coastal Defense System (HCDS) et 400 missiles anti-navire Harpoon block 2 (RGM-84L-4) pour un total de 1,4 milliards de dollars.
  • 33 bombes guidées planantes AGM-154 JSOW, bien que 23 bombes sur les 56 commandées ont déjà été livrées.

Un besoin de dissuader une invasion de la Chine

Taïwan cherche avant tout à détenir une capacité de dissuasion classique, comme l'explique bien la locution latine "Si vis pacem, para bellum" (Qui veut la paix prépare la guerre). Le belligérant à dissuader est bien évidemment la Chine, qui revendique l'île comme étant son territoire. Les différentes branches de l'Armée taïwanaises sont d'ailleurs fortement visibles dans les médias suite à leurs nombreux entrainements ; campagnes de tirs d'artillerie, manœuvres militaires nationales et internationales, création de piste d'atterrissage sur des autoroutes, etc.

Au vu de la faible profondeur stratégique (36.197 km² contre 543.940 km² pour la France) dont dispose l'île, les Forces armées taïwanaises sont en alerte constante. 

Entrainement d'un E2-C, Mirage 2000-5EI, F-CK-1C et F-16 sur une autoroute Taïwan aménagée en piste d'atterrissage.
Entrainement d'un E2-C, Mirage 2000-5EI, F-CK-1C et F-16 sur une autoroute Taïwan aménagée en piste d'atterrissage. © Associated Press
Entrainement d'un E2-C, Mirage 2000-5EI, F-CK-1C et F-16 sur une autoroute Taïwan aménagée en piste d'atterrissage.

Elles ont justement démontré cette alerte permanente lors des interceptions des très nombreuses incursions d'avions chinois dans l'espace aérien taïwanais. Pour information, l'Armée de l'air taïwanaise disposait en janvier 2022 de 288 avions de combat (contre 266 en cumulant les effectifs de combat de l'Armée de l'Air et de l'Espace et de l'Aéronautique Navale) :

  • 27 F/RF-5E
  • 103 F-CK-1C
  • 112 F-16A/V
  • 46 Mirage 2000-5EI

USA Etats-Unis états-unis Taïwan F-16V Harpoon AGM-154 retards de livraison


Répondre à () :

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

Parole d'experts

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité