1
Avions de combat
Le Congrès américain ouvre une enquête sur la fiabilité du F-35
Le Congrès américain ouvre une enquête sur la fiabilité du F-35
© USAF, Lockheed

| Dorian de Schaepmeester 799 mots

Le Congrès américain ouvre une enquête sur la fiabilité du F-35

Un comité du Parlement américain a annoncé au début du mois de juin 2022 la mise en place d’un examen de « durabilité » du chasseur F-35. La gamme d’avions de chasse américaine souffre de nombreux défauts, de problèmes de fiabilité mais aussi de coûts élevés, l'ensemble inquiétant les parlementaire américains.

Contrôler les capacités du F-35

Les défauts du F-35 font débat jusqu’aux chambres parlementaires du Congrès des États-Unis. Le Comité des services armés du Congrès (House Committee on Armed Services, ou HASC) requerrait le 8 juin 2022 la mise en place d’un examen de contrôle et fiabilité des avions de chasse de cinquième génération manufacturés par Lockheed. Les législateurs pointent notamment des « problèmes concernant la chaîne d’approvisionnement des pièces détachées des F-35 » ainsi que des « manquements logistiques ». Le directeur général du GAO (ou Government Accountability Office qui correspond à la Cour des comptes en France) est chargé de mener une enquête afin de déterminer si les différentes versions du F-35 atteignent les pré-requis nécessaires au financement du programme. 

Le rapport devra analyser les capacités opérationnelles du F-35 une fois déployé, relever si les avions ont encore rencontré des problèmes de fonctionnement, et déterminer si les pièces détachées fournies à l’U.S. Air Force permettent d’assurer pleinement la maintenance des appareils. Le contrôleur relèvera également tout élément susceptible d’être questionné sur l’utilisation des avions de chasse. Le GAO devrait présenter un rapport détaillé le 1er mars 2023.

Un F-35 s'est abimé en mer de Chine, en janvier 2022.
Un F-35 s'était abimé en mer de Chine en janvier 2022, un cache de protection sur une entrée d'air ayant été oublié. L'accident d'un F-35 sud coréen est plus problématique : l'ensemble des écrans du cockpit se sont éteints après une simple collision aviaire, interdisant même la sortie des trains d'atterrissage... © US Navy
Un F-35 s'est abimé en mer de Chine, en janvier 2022.

Le F-35 : un avion défectueux ? 

La mise en service du F-35 au sein de l’armée de l’air américaine et dans d’autres pays acheteurs est un véritable feuilleton, tant les chasseurs de Lockheed Martin cumulent les problèmes. En 2018, le HASC alertait déja, dans un rapport au Congrès américain par la suite rendu public, sur la faible portée opérationnelle du F-35C. Le rayon d'action de cette version navalisée du F-35 (à décollage par catapulte et atterrissage par brins d’arrêt) était si faible qu'il était nécessaire de rapprocher les portes-avions de leur cible, jusqu'à les mettre à portée des missiles ennemis... Avec sont autonomie en vol de « seulement » 670 miles nautiques (1 240km), l'avion est considéré comme inefficace si le porte-avion se situe à plus de 1 800km d’une cible.

Mais la version navale du F-35 n’est pas la seule à être critiquée pour ses problèmes techniques et logistiques, les deux autres modèles de l'avion, le F-35A (à décollage et atterrissage conventionnel) et le F-35B (à décollage court et atterrissage vertical) rencontrant également énormément de difficultés : sur les 857 défaillances encore répertoriées en juillet 2021, seules 165 étaient en cours de résolution alors que sept problèmes « critiques » de catégorie 1 étaient encore identifiés, pouvant avoir une incidence lors de la réalisation d’une mission.

Laura Seal, porte-parole du Joint Program Office du F-35, consacré à l’étude et la conception des capacités des avions de chasse, déclarait  à la même période que tous les défauts ne pouvaient être dévoilés publiquement, arguant que de telles informations mettraient en danger les pilotes.

Le F-35 est un appareil souvent mis en comparaison (et critiqué) face au Rafale de Dassault, considéré comme très performant.
Le F-35 est souvent comparé (et critiqué) en comparaison avec le Rafale de Dassault, considéré comme plus opérationnel, mieux abouti et dont les coûts sont maîtrisés. © Dassault
Le F-35 est un appareil souvent mis en comparaison (et critiqué) face au Rafale de Dassault, considéré comme très performant.

De nombreuses déficiences et un coût élevé

Toujours en 2021, le site Defense News détaillait quelques problèmes de catégorie 1, parmi lesquels :

  • des problèmes de pressurisation ayant conduit à plusieurs barotraumatismes,
  • une portée inférieure aux besoins de l'US Navy (un problème a priori insoluble, la forme et la taille du nez de l'avion interdisant toute amélioration autre que logicielle, attendue en 2024),
  • des parasites dans le casque du pilote peuvent rendre l'atterrissage dangereux,
  • des défauts de siège éjectable, 
  • l’impossibilité de voler à plus de Mach 1 (1 234,8km/h) au-dela de quelques secondes,
  • des déficiences dues aux températures parfois extrêmes (sous-motorisation par temps chaud, batteries apparaissant vides par temps froid...).

Le F-35 est par ailleurs un avion coûteux : son seul programme est le plus cher de toute l'histoire de l'armement à plus de 1700 milliards de dollars, même si l'aéronef "nu" a un coût affiché relativement abordable autour de 80 millions de dollars. Le coût d’exploitation de l'avion dépassant largement les 30 000 dollars par heure de vol, une réduction du parc de l'avion a été actée, avec l'achat de nouveaux appareils de génération 4.5+ (F/A-18 et F-15EX) et l'accélération du programme NGAD d'appareil de 6ème génération, qui pourrait entrer en activité dès 2030.

Malgré ces défauts, le F-35 se vend relativement bien, l’Allemagne n'ayant eu d'autre choix que d'en acheter pour maintenir sa capacité nucléaire dans l'OTAN, tandis que des pays comme la Suisse ou la Finlande ont passé commande à l'issue d'appels d'offre. Les Pays-Bas ont pour leur part choisi d'accroître la taille de leur flotte. La firme américaine a néanmoins indiqué que les prix des prochains F-35 pourraient passer sous la barre des 80 millions de dollars l’unité, hors prix des équipements et abonnements obligatoires (maintenance prédictive, bibliothèques de guerre électronique...), de la formation des pilotes et techniciens, des armements...

Le rapport de la HASC devrait fournir des informations supplémentaires sur le F-35 et ses défaillances. Si l’organisme gouvernemental n’a pas prévu de suspendre l’achat de ces chasseurs, la HASC avait déclaré en 2019 qu’il n’était pas impossible pour le gouvernement de fournir aux forces armées d’autres modèles d’avions de chasse. 


Répondre à () :

Deck | 25/06/2022 23:23

Je suis surpris de ne pas trouver de commentaire sous cet article. Les habituels thuriféraires comiques du F-35 n'ont-ils donc rien à dire ? 😉

| | Connexion | S'ABONNER | Publicité